DORIS  
DORIS   
   
 
 
   
  Votre recherche :
   
   
  Chercher par son nom commun :
 
   
  Chercher directement par tous les mots des fiches :
 
   
  Zone recherchée :
 
France
Eau douce
Atl. Nord-Ouest
Indo-Pacifique
Caraïbes
   
Toutes zones
   
  Fiche Espèce   (N°989)
 
Photos Imprimer cette fiche    
 
 
(N°989)  
Aluterus scriptus (Osbeck, 1765)
Toutes les mers tropicales et subtropicales
Bourse écriture
 
Poissons osseux nageant près du fond
 
 

Poisson-lime gribouillé, bourse grafitti, bourse robe de cuir, baliste écriture, bourse loulou, chien katounou

Scrawled filefish, broomtail filefish, scribbled leatherjacket (GB), Großer Feilenfisch, Schrift-Feilenfisch (D), Cachúa lija azul, cachua perra, lija trompa, pez lija puntiazul, puerco de altura (E), Cangulo de areia, cangulo-pavão, cangulo-velho, cangulovelho, peixe-porco-galhudo, porgo rabiscado (P), Pesce lima cirrato (I), Letter vijlvis (NL), Alutera pisana (PL), Langhalet filfisk (DK)
 Critères de reconnaissance
Poisson allongé, au corps très comprimé latéralement
Couleur marron à grise, maculée de petites taches noires
Nombreuses lignes et taches bleues sur le corps
 Distribution
Aluterus scriptus fréquente toutes les mers tropicales et subtropicales. Il est présent aux Antilles, en Polynésie française, en Nouvelle-Calédonie et à la Réunion.
 Biotope
Semi-pélagique et souvent assez rare, Aluterus scriptus vit en pleine eau, entre -2 et -80 mètres, dans les eaux marines côtières.

Il vit le long des tombants des zones récifales, des roches et des épaves parmi lesquels il se camoufle.
 Description

Cette espèce circumtropicale est la plus grande des bourses ou poissons-limes (Monacanthidés). Les mâles adultes mesurent généralement autour de 60 cm, mais ils peuvent atteindre jusqu’à 110 cm.

Aluterus scriptus possède une forme allongée et comprimée, un museau pointu et une longue nageoire dorsale. La coloration est généralement marron, voire grise, avec de nombreuses lignes et taches bleues caractéristiques ainsi que des points noirs. Sa robe est variable : elle change de couleur avec le milieu.

Son corps comprend généralement deux épines dorsales : une première grande et bien visible et une seconde beaucoup plus petite (voire absente). La première nageoire dorsale, située au niveau des yeux, est semblable à une longue épine recourbée vers l'arrière du corps. La nageoire caudale, grande et très mobile, peut être observée soit déployée comme un balai soit repliée comme un plumeau. Les nageoires pelviennes sont absentes (caractéristique des tétraodontiformes). Les nageoires pectorales sont petites et également très mobiles. Elles sont situées sous les yeux. La bouche s'ouvre tout à l'avant d'une tête très allongée. Sa mâchoire comporte des dents pointues. Le corps est recouvert d'écailles rendues rugueuses par la présence de petites épines. La fente branchiale est oblique.

La nuit, le poisson bourse écriture adopte une coloration caractéristique formée de bandes verticales claires et sombres, sans pour autant que les lignes bleues et les taches noires ne disparaissent.

Les juvéniles sont jaunes à points noirs, et développent leurs ornementations bleu vif en grandissant. Pélagiques jusqu’à une grande taille, les juvéniles sont grégaires, souvent associés aux épaves flottantes.

Tous les membres de la famille ont des écailles garnies de petites épines et sont dépourvus de mucus, d’où un contact rugueux qui leur vaut le surnom de poissons-limes.

 Espèces ressemblantes
Aluterus scriptus est une espèce difficile à confondre du fait de son allure particulière et de sa longue queue en forme de gros pinceau.

Confusion possible cependant avec Aluterus monoceros (Linnaeus, 1758), le poisson bourse licorne : d'une taille plus réduite (75 cm maximum), il présente des taches ou des lignes bleues moins marquées et une nageoire caudale beaucoup plus petite.
 Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Alutera armata Garman, 1903
Alutera picturata Poey, 1863
Aluteres pareva Lesson, 1831
Aluteres personatus Lesson, 1831
Aluterus renosus Hollard, 1855
Aluterus scripta (Osbeck, 1765)
Aluterus venosus Hollard, 1855
Balistes laevis Bloch, 1795
Balistes liturosus Shaw, 1804
Balistes ornatus Proce, 1822
Balistes scriptus Osbeck, 1765
Monacanthus scriptus (Osbeck, 1765)
Osbeckia scripta (Osbeck, 1765)
 
  Bourses ou poissons-limes
   
  Spécimen d'Indo-Pacifique  
   
  Spécimen des Maldives  
   
  Spécimen de mer Rouge  
   
  Spécimen de Martinique  
   
  Spécimen des Tuamotu  
   
  Spécimen du Mexique  
   
  En pleine eau, de profil  
   
  Epine dorsale  
   
  Livrée olive  
   
  Juvénile  
   
  Dents et pycnogonide  
   
  Pycnogonide  
   
  De nuit  
   
  Au repos ou malade ?  
   
  Camouflage à La Réunion  
   
  Nage horizontale à La Réunion  
   
  Intimidation à La Réunion  
   
  Livrée olive à La Réunion  
   
  Mer Rouge, de profil  
   
  Gourmandise  
 
 
 Participants
Rédacteur principal  
Sandra GRASSIN Détail
Rédacteur  
Gaël ROCHEFORT Détail
Vérificateur  
Benjamin GUICHARD Détail
Responsable régional  
Gaël ROCHEFORT Détail
 
     
Création le : 09/09/2008
Dernière modification le 24/04/2014 21:50:00
Les * dans les textes
renvoient au glossaire
 
     
 
 Classification
 
 

Termes scientifiques
(international)

Termes en français Descriptif/ caractéristiques
succinctes du groupe
Embranchement Chordata Chordés  Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés. 
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés  Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux. 
Super-classe Osteichthyes Ostéichthyens  Vertébrés à squelette osseux. 
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens  Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées. 
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens  Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées. 
Super-ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens  Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens. 
Ordre Tetraodontiformes Tétraodontiformes  Groupe hétérogène mais absence d'écailles imbriquées, ouvertures branchiales réduites, bouche très peu fendue, pelviennes anormales ou absentes. 
Sous-ordre Tetraodontoidei Tétraodontoïdes  Mâchoires et dents transformées en "bec de perroquet". 
Famille Monacanthidae Monacanthidés  Bourses ou Poissons-lime. 
Genre Aluterus     
 
Espèce scriptus     
 
 
 Origine du nom français
Bourse : vient de la texture rigide et rugueuse de sa peau.
Poisson-lime : car il a des écailles de très petite taille et présente des aspérités.
 Origine du nom scientifique

Aluterus : du latin [aluta, alutae] = cuir, peau molle, soulier, bourse, sachet,
scriptus : du latin [scriptum] = écrit.

 Alimentation
Aluterus scriptus est omnivore. Sa nourriture est constituée de végétaux (algues et phanérogames) mais également d’invertébrés sessiles* : corail de feu, gorgones, anémones, tuniciers, éponges...
 Reproduction - Multiplication

Il n'y a pas de dimorphisme sexuel pour Aluterus scriptus, on ne sait pas si les individus parfois observés en couple sont de sexes différents.

Les femelles pondent les œufs dans un nid préparé et gardé par le mâle ou par les deux parents. En zone subtropicale, les œufs peuvent aussi être libérés en pleine eau.

 Vie associée
Des petits arthropodes marins de la classe des pycnogonides (Arthropodes chélicérates) sont parfois retrouvés sur Aluterus scriptus. Presqu'exclusivement constitué d'un céphalothorax et dépourvu d'appendice abdominal, cet arthropode marin est muni d'une grande trompe mobile flanquée d'une paire de palpes, et de quatre (parfois cinq ou six) paires de pattes. Son abdomen est vestigial.
 Divers biologie

Quand il se repose, appuyé sur le flanc parmi les coraux, il prend une coloration mimétique exceptionnelle.

Il fréquente le récif côtier, timide et solitaire, rarement en groupe ou en couple. Paisible, ce poisson ne présente aucune agressivité. Il se déplace habituellement la tête vers le bas sur des profondeurs pouvant aller jusqu’à 120 m. Ses déplacements sont assurés par ondulation de sa nageoire caudale.

Le poisson bourse écriture a probablement peu de prédateurs, mais a cependant été retrouvé dans l’estomac de la dorade coryphène (Coryphaena hippurus) et du thon rouge (Thunnus thynnus).

 Informations complémentaires

D’après certains auteurs, le poisson bourse ne serait pas consommé en Polynésie française en raison de sa très forte toxicité. Des cas de ciguatera* ont en outre été signalés après consommation de cette espèce, qui ferait pourtant l’objet d’une pêche commerciale, notamment en Australie et au Japon.

Bien que difficile à détenir en captivité (nourriture, concurrence alimentaire, sensibilité à la qualité de l’eau...), le poisson bourse écriture est aussi pêché pour le marché de l’aquariophilie. Du fait de sa taille, sa détention devrait cependant être réservée aux aquariums publics disposant de bacs de très grand volume.

 Références bibliographiques
Bacchet P., Zysman T. & Lefèvre Y., 2006, GUIDE DES POISSONS DE TAHITI ET SES ÎLES, ed. Au Vent des Îles, 610p.
Debelius H., 2003, GUIDE DU RECIF CORALLIEN, POISSONS ET INVERTEBRES DE LA MER ROUGE AU GOLFE PERSIQUE, ed. Ulmer, France, 321p.
Debelius H., 1998, GUIDE DES POISSONS, MÉDITERRANÉE ET ATLANTIQUE, ed. PLB, 305p.
Ferrari A. & A., 2000, GUIDE DES RECIFS CORALLIENS (LA FAUNE SOUS-MARINE DES CORAUX), ed. Delachaux & Niestle, France, 287p.
Göthel H., 1998, GUIDE DE LA FAUNE SOUS-MARINE MER ROUGE - OCEAN INDIEN, LES POISSONS, ed. Ulmer, 336p.
Humann P., Deloach N., 2003, POISSONS CORALLIENS - IDENTIFICATION - FLORIDE CARAÏBES BAHAMAS, ed. PLB, 490p.
Laboute P., Grandperrin R., 2000, POISSONS DE NOUVELLE-CALEDONIE, ed. Catherine Ledru, 520p.
Lieske E., Myers R.F., 2005, GUIDE DES POISSONS DES RECIFS CORALLIENS, Les guides du naturaliste, ed. Delachaux et Niestlé, 398p.
Parle C., Parle L., 2005, GUIDE DES POISSONS CORALLIENS DES ANTILLES, ed. PLB, 205p.
Taquet M., Diringer A., 2007, POISSONS DE L'OCEAN INDIEN ET DE LA MER ROUGE, ed. Quae, 528p.
Weinberg S., 2000, DECOUVRIR LA MER DES CARAIBES ET L’ATLANTIQUE TROPICAL, ed. Nathan Nature, 446p.
 Liens de références et publications spécifiques sur cette espèce
La page sur Aluterus scriptus sur le site de référence de Doris pour les poissons : FishBase
 
Comment citer cette fiche (How to cite this page) :
  GRASSIN Sandra, ROCHEFORT Gaël, GUICHARD Benjamin,  in : DORIS, 24/4/2014 : Aluterus scriptus (Osbeck, 1765), http://doris.ffessm.fr/fiche2.asp?fiche_numero=989