DORIS  
DORIS   
   
 
 
   
  Votre recherche :
   
   
  Chercher par son nom commun :
 
   
  Chercher directement par tous les mots des fiches :
 
   
  Zone recherchée :
 
France
Eau douce
Atl. Nord-Ouest
Indo-Pacifique
Caraïbes
   
Toutes zones
   
  Fiche Espèce   (N°405)
 
Photos Imprimer cette fiche    
 
 
(N°405)  
Eurypegasus draconis (Linnaeus, 1766)
Mer Rouge et Indo-Pacifique tropical Ouest et central
Poisson-pégase
 
« Agnathes » et Poissons osseux posés sur le fond
 
 
Dragon de mer
Short dragonfish (GB), Short seamoth (Australie)
 Critères de reconnaissance
Corps à plaques osseuses
Museau en trompe
Longue queue
Larges pectorales claires
Souvent posé sur le sol
 Distribution
Eurypegasus draconis est présent en mer Rouge, le long de la côte est de l’Afrique, dans l’océan Indien et dans l'océan Pacifique, du Japon au sud de l'Australie, et jusqu'à la Polynésie française. Il est présent en Nouvelle-Calédonie.
 Biotope
Le poisson-pégase se rencontre sur les fonds de sable, les fonds détritiques ou dans les herbiers. On le trouve généralement posé sur le substrat* et il s'y déplace souvent "en marchant".
Il peut se rencontrer jusqu’à 90 m de profondeur.
 Description
Eurypegasus draconis est un poisson benthique*. Il peut atteindre la taille de 9 cm à l'âge adulte.
Sa livrée est une mosaïque de beiges plus ou moins foncés, sur fond marron. Le corps est recouvert de plaques osseuses, cela donne un aspect de carapace toute gondolée. L’ensemble confère au poisson-pégase une forte disposition au camouflage.
La tête porte une bouche terminale en forme de trompe à facettes.
Les nageoires pectorales sont larges ; déployées, elles présentent en bordure une bande blanche, puis bleu clair puis de nouveau blanche. Les nageoires pelviennes sont griffues, permettant au poisson-pégase de marcher sur le substrat.
Le corps se termine par une longue queue finissant par la nageoire caudale translucide.
 Espèces ressemblantes
Une espèce est similaire, Eurypegasus papilio. Cependant, elle n’est présente qu’aux îles Hawaii.
Le genre Pegasus présente 3 espèces (P. laternarius, P. lancifer, P. volitans) qui sont morphologiquement proches d'Eurypegasus draconis. Néanmoins, des différences visuelles sont bien identifiables (museau plus court ou queue plus longue par exemple).
 Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Pegasus draconis Linnaeus, 1766
Surypegasus draconis (Linnaeus, 1766)
Zalises draconis (Linnaeus, 1766)
Pegasus draco Shaw, 1804
Pegasus latirostris Richardson, 1846
Cataphractus draco Gronow, 1854
Pegasus pauciradiatus Ogilby, 1886
Pegasus umitengu (Jordan & Snyder, 1901)
 
  Autres poissons sur le fond
   
  A Mayotte  
   
  De nuit  
   
  Individu des Philippines  
   
  En Nouvelle-Calédonie
 
   
  Mer Rouge, couple  
   
  Nageoires pectorales
 
   
  Dimorphisme sexuel  
   
  Tête de la femelle  
   
  Tête du mâle  
   
  Bouche ouverte  
   
  Gravure ancienne  
 
 
 Participants
Rédacteur principal  
Cédric MITEL Détail
Vérificateur  
Virginie LEON Détail
Correcteur scientifique  
Dominique PONTON Détail
Responsable régional  
Cédric MITEL Détail
 
     
Création le : 26/05/2008
Dernière modification le 07/08/2014 20:28:00
Les * dans les textes
renvoient au glossaire
 
     
 
 Classification
 
 

Termes scientifiques
(international)

Termes en français Descriptif/ caractéristiques
succinctes du groupe
Embranchement Chordata Chordés  Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés. 
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés  Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux. 
Super-classe Osteichthyes Ostéichthyens  Vertébrés à squelette osseux. 
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens  Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées. 
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens  Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées. 
Super-ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens  Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens. 
Ordre Gasterosteiformes Gastérostéiformes   
Famille Pegasidae Pégasidés   
Genre Eurypegasus     
 
Espèce draconis     
 
 
 Origine du nom français
Le nom poisson-pégase est lié aux nageoires pectorales qui évoquent, par leur envergure, le cheval ailé, Pégase, de la mythologie grecque.
 Origine du nom scientifique
eury : du grec [eury] = large
pegasus
: du latin [Pegasus] = Pégase, lié aux nageoires pectorales qui évoquent, par leur envergure, le cheval ailé Pégase, de la mythologie grecque.

draconis : du latin [draco] = dragon, vraisemblablement lié à la présence de plaques osseuses sur son corps, à son museau en trompe et à la forme de ses pectorales évoquant également les ailes des dragons légendaires.
 Alimentation
Eurypegasus draconis est un opportuniste. Son régime alimentaire est entre autres choses constitué de petits crustacés et de vers.
 Reproduction - Multiplication
Les adultes vivent habituellement seuls ou en couple. Il existe un dimorphisme sexuel pour cette espèce marqué au niveau de la forme du museau : large, convexe, avec des motifs réticulés sombres pour la femelle et plus étroit, aux motifs clairs pour le mâle.
La fécondation est externe. La dissémination pélagique* permet à cette espèce d'avoir une grande répartition géographique.
 Divers biologie
Les individus se débarrassent périodiquement, d'un seul tenant, de leurs plaques osseuses, telle une mue.
 Références bibliographiques
Allen G., Steene R., Humann P., Deloach N., 2003, REEF FISH IDENTIFICATION - TROPICAL PACIFIC, ed. New World Publications, 480p.
Kuiter R.H., 2009, SEAHORSES AND THEIR RELATIVES, Seaford, Aquatic Photographics, 334p.
Kuiter R.H., 2001, HIPPOCAMPES, POISSONS AIGUILLES ET ESPECES APPARENTEES. SYNGNATHIFORMES, ed. Ulmer, Paris, 239p.
Lieske E., Myers R.F., 2005, GUIDE DES POISSONS DES RECIFS CORALLIENS, Les guides du naturaliste, ed. Delachaux et Niestlé, 398p.
Randall J.E., 2005, REEF AND SHORE FISHES OF THE SOUTH PACIFIC. NEW CALEDONIA TO TAHITI AND THE PITCAIRN ISLANDS,  University of Hawaï Press, Honolulu, 707p.
Weinberg S., 2004, DECOUVRIR L’OCEAN PACIFIQUE TROPICAL, ed. Nathan nature, 447p.
 Liens de références et publications spécifiques sur cette espèce
La page sur Eurypegasus draconis sur le site de référence de DORIS pour les poissons : FishBase

La page d'Eurypegasus draconis dans l'Inventaire National du Patrimoine Naturel : INPN
 
Comment citer cette fiche (How to cite this page) :
  MITEL Cédric, LEON Virginie, PONTON Dominique,  in : DORIS, 7/8/2014 : Eurypegasus draconis (Linnaeus, 1766), http://doris.ffessm.fr/fiche2.asp?fiche_numero=405