DORIS  
DORIS   
   
 
 
   
  Votre recherche :
   
   
  Chercher par son nom commun :
 
   
  Chercher directement par tous les mots des fiches :
 
   
  Zone recherchée :
 
France
Eau douce
Atl. Nord-Ouest
Indo-Pacifique
Caraïbes
   
Toutes zones
   
  Fiche Espèce   (N°1820)
 
Photos Imprimer cette fiche    
 
 
(N°1820)  
Sargocentron spiniferum (Forsskål, 1775)
Mer Rouge, Indo-Pacifique tropical
Poisson-écureuil géant
 
Poissons osseux nageant près du fond
 
 
Poisson-écureuil à sabre, poisson-écureuil à épine géant, poisson-écureuil à grandes mâchoires, soldat armé, marignan sabre, marignan géant, barraque, commissaire, cardinal lancette
Sabre squirrelfish, giant squirrelfish, long-jawed squirrelfish, spiny squirrelfish, longspine squirrelfish (GB), Pesce scoiattolo spinoso (I), Candil sable (E), Riesen-Husar, Großdorn-Husar (D), Esquillo sabre (P), Grootdoorn eekhoornvis (NL), Togari-ebisu (J)
 Critères de reconnaissance
Corps rouge-orangé atteignant 51 cm
Très longue épine pré-operculaire
Grandes écailles à marge argentée
Tache sombre en arrière des yeux
Museau pointu
 Distribution
Le poisson-écureuil géant a une très large répartition, qui comprend la mer Rouge, l'océan Indien et va jusqu'à Hawaï et l'île Durcie dans le Pacifique central et du Japon au sud de L'Australie. Il est donc présent dans tous nos DROM de l'Indo-Pacifique.
 Biotope
Sargocentron spiniferum se rencontre dans les récifs coralliens (lagons et pentes externes) de 1 à 120 m de profondeur. Il reste la journée immobile sous les surplombs ou les tables d'Acropora. C'est un poisson nocturne. Les juvéniles fréquentent les eaux peu profondes.
 Description
Le poisson-écureuil géant a un corps ovale, comprimé latéralement, avec un dos bombé. Il peut atteindre la taille de 45 cm (maximum 51 cm). La tête a un museau pointu avec une large bouche aux lèvres épaisses et de gros yeux. L'opercule* est très visible et présente 2 épines de petite taille, alors que l'épine préoperculaire est très longue.
Il possède de grandes écailles bien visibles, avec un bord argenté. La coloration est rouge à orangée mais peut parfois être très claire, presque blanche. Il y a une grande tache rouge foncé en arrière des yeux. Les nageoires sont de la même couleur que le corps mais un peu plus jaunâtres pour l'anale et les ventrales. La première nageoire dorsale possède 11 épines, la deuxième comporte de 14 à 16 rayons mous. La nageoire anale possède 4 épines et 9-10 rayons mous. La nageoire caudale est nettement bifide, en ciseaux.
 Espèces ressemblantes
Du fait de sa grande taille caractéristique et de son corps très haut, il n'est pas possible de confondre ce poisson-écureuil. En effet, c'est la seule espèce du genre à avoir des nageoires jaune-orangé, et par ailleurs, les autres espèces de cette famille ont un corps plus allongé, et le plus souvent montrent des lignes horizontales sur leur corps.

On peut citer quand même Sargocentron caudimaculatum qui, lui non plus, n'a pas de lignes horizontales. Cependant, il ne dépasse pas 25 cm, n'a pas de tache foncée en arrière de l'œil et a la deuxième nageoire dorsale, la caudale et l'anale transparentes avec une marge rouge. Enfin, cette espèce a une tache blanc argenté sur la partie postérieure de l’appendice caudal et souvent, mais pas systématiquement, l'arrière du corps blanc.
 Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Adioryx spinifer (Forsskål, 1775)
Adioryx spiniferus (Forsskål, 1775)
Holocentrum spiniferum (Forsskål, 1775)
Holocentrus spinifer (Forsskål, 1775)
Holocentrus spinifereus (Forsskål, 1775)
Holocentrus spiniferus (Forsskål, 1775)
Perca spinifer (Forsskål, 1775)
Sargocentron spinifer (Forsskål, 1775)
Sciaena spinifera Forsskål, 1775
Holocentrum leo Cuvier, 1829
Holocentrum binotatum Quoy & Gaimard, 1834
Holocentrum melanopterus Bleeker, 1855
Holocentrum unipunctatum Günther, 1874
Holocentrus bowiei Jordan & Snyder, 1905
Holocentrus verticalis Seale, 1906
Holocentrus xanthurus Fowler, 1944
 
  Poissons-soleils, gros-yeux, soldats et écureuils
   
  De profil  
   
  Tête  
   
  Coloration claire  
   
  Sous un surplomb  
   
  Dans une éponge  
   
  En famille  
   
  A l'abri du corail  
   
  Nocturne  
 
 
 Participants
Rédacteur principal  
Sylvain LE BRIS Détail
Vérificateur  
Véronique LAMARE Détail
Responsable régional  
Sylvain LE BRIS Détail
 
     
Création le : 11/12/2009
Dernière modification le 23/12/2009 22:25:00
Les * dans les textes
renvoient au glossaire
 
     
 
 Classification
 
 

Termes scientifiques
(international)

Termes en français Descriptif/ caractéristiques
succinctes du groupe
Embranchement Chordata Chordés  Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés. 
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés  Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux. 
Super-classe Osteichthyes Ostéichthyens  Vertébrés à squelette osseux. 
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens  Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées. 
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens  Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées. 
Super-ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens  Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens. 
Ordre Beryciformes Béryciformes   
Sous-ordre Holocentroidei Holocentroïdes   
Famille Holocentridae Holocentridés   
Genre Sargocentron     
 
Espèce spiniferum     
 
 
 Origine du nom français
Poisson-écureuil : probablement en référence à la première nageoire dorsale, normalement plaquée sur le dos que ces espèces déploient en cas de danger ou pour impressionner. Ce nom peut aussi faire référence à leur habitude de vivre dans un trou, sous un surplomb, un peu comme un écureuil terrestre.

géant : du fait de sa très grande taille.
 Origine du nom scientifique
Sargocentron : du latin [sargus] qui est le nom d'un poisson marin et du grec [kentron] = aiguillon, dard.

spiniferum : du latin [spiniferum] = épineux.
 Alimentation
Le poisson-écureuil géant se nourrit la nuit de crabes, de crevettes et de petits poissons.
 Reproduction - Multiplication
La fécondation est externe, les œufs ne sont pas gardés.
 Vie associée
Sargocentron spiniferum peut être parasité par des isopodes, notamment Cterissa sakaii qui se fixe généralement dans les branchies.
 Divers biologie
Les Holocentridés peuvent produire des sons servant à la communication au sein de l’espèce.

Dans la famille Holocentridés, les espèces de la sous-famille des Myripristinés (poissons-soldats) ne présentent pas d’épines préoperculaires, à la différence des poissons-écureuils constituant la sous-famille des Holocentrinés. Chez Sargocentron spiniferum, ces épines sont venimeuses.

Comme chez les autres poissons-écureuils ou comme chez les poissons-sergents, la coloration rouge participe au camouflage de ces espèces nocturnes. En effet, la couleur rouge disparaît très vite sous l'eau. Ces poissons apparaissent donc sombres pour leurs prédateurs, surtout quand ils sont dans les trous, sous les surplombs ou dans les grottes qu'ils affectionnent. Il en est de même, lorsqu'ils sortent la nuit pour se nourrir.
 Informations complémentaires
Sargocentron spiniferum est le plus grand des poissons-écureuils et également celui qui a le corps le plus haut.

Cette espèce est plutôt solitaire même si elle se rencontre parfois en petits groupes.

Ce poisson est commercialisé frais mais dans certaines régions, il peut être ciguatérique*.
 Références bibliographiques
Allen G., Steene R., Humann P., Deloach N., 2003, REEF FISH IDENTIFICATION - TROPICAL PACIFIC, ed. New World Publications, 480p.
Debelius H., 2003, GUIDE DU RECIF CORALLIEN, POISSONS ET INVERTEBRES DE LA MER ROUGE AU GOLFE PERSIQUE, ed. Ulmer, France, 321p.
Fischer W., Bianchi G., 1984, FAO SPECIES IDENTIFICATION SHEETS FOR FISHERY PURPOSES. WESTERN INDIAN OCEAN. FISHING AREA 51. VOLUME 2. BONY FISHES (CONGIOPODIDAE TO LOPHOTIDAE), ed. FAO, Rome
Göthel H., 1998, GUIDE DE LA FAUNE SOUS-MARINE MER ROUGE - OCEAN INDIEN, LES POISSONS, ed. Ulmer, 336p.
King D., 1996, REEF FISHES & CORALS - EAST COAST OF SOUTHERN AFRICA, Struik Publishers, Cape Town, Afrique-du-sud, 128p.
Kuiter R.H., Debelius H., 1997, SOUTHEAST ASIA TROPICAL FISH GUIDE, ed. Ikan, 321p.
Lieske E., Myers R.F., 1995, GUIDE DES POISSONS DES RECIFS CORALLIENS, Les guides du naturaliste, ed. Delachaux et Niestlé, 398p.
Weinberg S., 1996, DECOUVRIR LA MER ROUGE ET L’OCEAN INDIEN, ed. Nathan nature, France, 415p.
 Liens de références et publications spécifiques sur cette espèce
Williams L.B. & Williams E. H., 1986, A new species of Cterissa (Isopoda : Cymothoidae) parasitic on coral reef fishes from Ryukyu island of Japan, Galaxea, 5, 203-207.

La page sur Sargocentron spiniferum sur le site de référence de DORIS pour les poissons : FishBase
 
Comment citer cette fiche (How to cite this page) :
  LE BRIS Sylvain, LAMARE Véronique,  in : DORIS, 23/12/2009 : Sargocentron spiniferum (Forsskål, 1775), http://doris.ffessm.fr/fiche2.asp?fiche_numero=1820