DORIS  
DORIS   
   
 
 
   
  Votre recherche :
   
   
  Chercher par son nom commun :
 
   
  Chercher directement par tous les mots des fiches :
 
   
  Zone recherchée :
 
France
Eau douce
Atl. Nord-Ouest
Indo-Pacifique
Caraïbes
   
Toutes zones
   
  Fiche Espèce   (N°1127)
 
Photos Imprimer cette fiche    
 
 
(N°1127) Espèce réglementée  
Scyllarus pygmaeus (Bate, 1888)
Nord Méditerranée, Adriatique, Madère, Canaries et Cap Vert
Cigale de mer naine
 
Crustacés Malacostracés (crabes, crevettes...)
 
 
Cigale pygmée

Pygmy locust lobster (GB), Cicala pigmea, Cicala minore (I), Cigarra enana (E)
 Critères de reconnaissance
Petite cigale de 4 à 6 cm maximum
Les antennes sont transformées en palettes arrondies et crénelées
Sa couleur est rosâtre rayée de blanc
 Distribution
Espèce principalement présente sur les côtes nord de la Méditerranée dans les deux bassins (oriental et occidental) ainsi qu'en Adriatique, mais également localement dans l'océan Atlantique central est (Madère, îles Canaries et du Cap Vert).
 Biotope
C'est par petit fond, en particulier dans les posidonies et de nuit, que nous aurons le plus de chance d'observer cette cigale naine, elle est signalée de 5 à plus de 100 m de fond.
 Description
Scyllarus pygmaeus est un crustacé de petite taille dont les antennes sont transformées en palettes arrondies et crénelées en 7 lobes (ou dents). Sa taille habituelle, jusqu'à 40 mm, peut atteindre 55 à 60 mm au maximum.
Sa carapace rectangulaire (céphalothorax), avec des pilosités brun sombre, est un peu plus longue que large et présente un rostre à peine marqué et trois carènes longitudinales (une médiane et deux latérales) formées de tubercules déprimés et de pointes (ou dents). Les yeux sont très écartés.
Les segments abdominaux avec des sillons branchus donnent à la queue son ornementation arborescente caractéristique.
la cigale naine Scyllarus pygmaeus est fort semblable et donc facilement confondue avec la petite cigale de mer Scyllarus arctus (Linnaeus, 1758), mais sa couleur rouge pâle, brunâtre ou rosâtre et rayée de blanc est bien caractéristique. De plus, la moitié antérieure de la face dorsale du premier segment abdominal présente 2 taches sombres, paramédianes, cerclées de pâle (pas toujours facile à observer). Notez que S. arctus présente les mêmes taches noires, mais ces dernières ne sont pas cerclées de pâle et totalement noyées dans la première bande rouge caractéristique de l'espèce.
 Espèces ressemblantes
Dans la même zone géographique, principalement 2 espèces ressemblent à la cigale naine :

Scyllarus arctus (Linnaeus, 1758), La petite cigale Scyllarus pygmaeus est souvent confondue avec Scyllarus arctus ou considérée par erreur comme un juvénile de cette espèce (voir photo).
On trouve la petite cigale de la Méditerranée aux côtes sud de l’Angleterre vers le nord et sur les côtes marocaines pour le sud. Le corps est de couleur plus foncée, le pédoncule oculaire et les pattes sont annelés de jaune et bleu et l'abdomen présente 3 bandes rouges caractéristiques. Elle vit souvent sur des fonds vaseux ou parmi les herbiers de posidonies et dans les grottes et failles rocheuses à proximité. Sa taille atteint 100 à 110 mm.

Scyllarides latus (Latreille, 1803), La grande cigale de mer, devenue très rare, se distingue de Scyllarus pygmaeus par sa grande taille (jusqu’à 45 cm), sa couleur, et surtout par la bordure lisse de sa première paire d’antennes en forme de palette et le bord arrondi de sa 2ème paire d’antennes. Voir la photo, et ces commentaires, du juvénile de grande cigale pour visualiser les différences avec la cigale naine adulte.
 Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Arctus pygmaeus Bate, 1888
Arctus immaturus Bate, 1888
Scyllarus immaturus Bouvier, 1912

Scyllarus pigmaeus (i à la place du y) et Scyllarides pigmaeus sont des erreurs typographiques ou des mauvaises transcriptions très fréquentes dans les publications.
 
  Homards, langoustes... (Palinoures et Astacoures)
   
  Rosâtre rayé de blanc  
   
  De nuit dans les posidonies  
   
  Cigale naine = petite !  
   
  Cigale naine ou pygmée !  
   
  Palettes positionnées vers le bas  
   
  Dans le coralligène profond  
   
  Prédation  
   
  Confusion facile : Scyllarus arctus juvénile  
   
  Autre confusion : Scyllarides latus juvénile  
 
 
 Participants
Rédacteur principal  
Frédéric ANDRÉ Détail
Vérificateur  
Véronique LAMARE Détail
Responsable régional  
Michel PÉAN Détail
 
     
Création le : 10/06/2008
Dernière modification le 25/09/2014 10:22:00
Les * dans les textes
renvoient au glossaire
 
     
 
 Classification
 
 

Termes scientifiques
(international)

Termes en français Descriptif/ caractéristiques
succinctes du groupe
Embranchement Arthropoda Arthropodes  Animaux invertébrés au corps segmenté, articulé, pourvu d’appendices articulés, et couvert d’une cuticule rigide constituant leur exosquelette. 
Sous-embranchement Crustacea Crustacés  Arthropodes à exosquelette chitineux, souvent imprégné de carbonate de calcium, ayant deux paires d'antennes. 
Classe Malacostraca Malacostracés  8 segments thoraciques, 6 segments abdominaux. Appendices présents sur le thorax et l’abdomen. 
Sous-classe Eumalacostraca Eumalacostracés   Présence d’une carapace recouvrant la tête et tout ou partie du thorax. 
Super-ordre Eucarida Eucarides  Présence d'un rostre. 
Ordre Decapoda Décapodes  La plupart marins et benthiques. Yeux composés pédonculés. Les segments thoraciques sont fusionnés avec la tête pour former le céphalothorax. La première paire de péréiopodes est transformée en pinces.  Cinq paires d'appendices locomoteurs (pinces comprises). 
Sous-ordre Achelata Achélates  Les achélates (anciennement palinoures) sont caractérisés par une première paire d'appendices dépourvue de pinces : ce sont les langoustes et les cigales de mer. 
Famille Scyllaridae Scyllaridés   
Genre Scyllarus     
 
Espèce pygmaeus     
 
 
 Origine du nom français
Le nom vernaculaire de cette espèce provient de sa ressemblance avec la cigale terrestre, mais aussi du bruit qu’émettent ces animaux en frottant leurs lobes lorsqu’on les sort de l’eau. Ils génèrent un son semblable aux stridulations des cigales terrestres.
 Origine du nom scientifique
Scyllarus, Scyllarides, allusion à l'ancien nom donné par Aristote tout d'abord aux crustacés du genre pagure et par extension à d'autres espèces.

pygmaeus : pygmée, naine.
 Alimentation
Les cigales se nourrissent de petits invertébrés, généralement de mollusques et de crustacés. Elles sont occasionnellement nécrophages, et se font prendre dans les nasses et filets (Sardaigne) où elles sont entrées pour dévorer les appâts.
 Reproduction - Multiplication
La reproduction est sexuée. La fécondation est externe et la femelle porte les œufs accrochés à ses appendices abdominaux jusqu'à leur éclosion.
Les larves ont ensuite une vie planctonique dont on connaît mal la durée. Au cours de celle-ci, elles subissent plusieurs métamorphoses jusqu'au stade sub-adulte où elles tomberont sur le fond et se transformeront en un jeune adulte.
Les femelles sont ovigères* de juin à août.
 Divers biologie
40 espèces sont répertoriées dans le genre Scyllarus, la plupart sont de petite taille, et 7 sont commercialisées plus ou moins régulièrement au niveau mondial.

En pratique, Scyllarus pygmaeus est une espèce très peu exploitée et commercialisée : pêche artisanale (trémails et nasses), capturée et commercialisée mélangée à Scyllarus arctus, principalement en Sardaigne où elle est commercialisée fraîche sur les marchés.
 Espèce réglementée
S. pygmaeus est une espèce citée en annexe III de la Convention de Berne, ratifiée par la France et par l’Union européenne : l’espèce est donc protégée sur l’ensemble du territoire communautaire. S. pygmaeus figure par ailleurs dans l’annexe III (espèces dont l’exploitation est réglementée, mais pas interdite) de la convention de Barcelone.
 Références bibliographiques
Fischer W., Bauchot M-L., Schneider M., 1987, FICHES FAO D’IDENTIFICATION DES ESPECES POUR LES BESOINS DE LA PECHE (REVISION 1). MEDITERRANEE ET MER NOIRE, ZONE DE PECHE 37. VOLUME 1. VEGETAUX ET INVERTEBRES, CEE, FAO, ed. FAO, Rome, 760p.
Holthuis L. B., 1991, FAO SPECIES CATALOGUE, VOLUME 13, MARINE LOBSTERS OF THE WORLD. AN ANNOTATED AND ILLUSTRATED CATALOGUE OF SPECIES OF INTEREST TO FISHERIES KNOWN TO DATE, FAO Fisheries Synopsis, 125, 13, ed. FAO, Rome, 292p.
Wirtz P., Debelius H., 2004, GUIA DE INVERTEBRADOS DEL MEDITERRANEO Y ATLANTICO, Grupo Editorial M&G Difusion, Espana, 305p.
 Liens de références et publications spécifiques sur cette espèce
La page de Scyllarus pygmaeus dans l'Inventaire National du Patrimoine Naturel : INPN
 
Comment citer cette fiche (How to cite this page) :
  ANDRÉ Frédéric, LAMARE Véronique, PÉAN Michel,  in : DORIS, 25/9/2014 : Scyllarus pygmaeus (Bate, 1888), http://doris.ffessm.fr/fiche2.asp?fiche_numero=1127