Ver plat orange

Yungia aurantiaca | (Delle Chiaje, 1822)

N° 359

Méditerranée et Atlantique Est

Clé d'identification

Plat, orange ponctué de blanc
Bordure ondulée à liseré blanc
Environ 40 mm
Sciaphile*
Peu profond

Noms

Autres noms communs français
Planaire orange (mais ce n'est pas une planaire, voir "Origine du nom français")
Noms communs internationaux
Orange flatworm (GB), Platelminta, planaria arancia (I), Planaria anaranjada (E), Orangener Plattwurm, Orangener Bandplanarie (D), Oranje platworm (NL)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Planaria aurantiaca Delle Chiaje, 1822
Proceros aurantiacus (Delle Chiaje, 1822)
Thysanozoon aurantiacum (Delle Chiaje, 1822)
Thysanozoon flavum ((Delle-Chiaje, 1822) Örsted, 1844)

Distribution géographique

Méditerranée et Atlantique Est

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Méditerranée et Atlantique Est. Des observations ont été faites tout autour de la péninsule ibérique, et jusqu'au bassin d'Arcachon en limite septentrionale.

Biotope

Fonds rocheux peu profonds, donc recouverts d’algues calcaires et de divers autres organismes benthiques, ceci de 0 à 25 m en général.

Description

Ce ver plat ressemble à un gastéropode opisthobranche « limace ». Son corps est en forme de feuille (1 à 1,5 mm d’épaisseur), très aplatie, avec des bords lobés et ondulés. Contrairement aux nudibranches, les "planaires" (vers plats) n’ont pas de branchies ni de rhinophores*.
Yungia aurantiaca est un ver plat de grande taille : 40 mm de longueur (60 mm maximum). Sa forme générale est un ovale aux extrémités arrondies. Sa couleur est orangée avec de nombreuses ponctuations blanches (sur la face dorsale). Les bords sont marqués d’un liseré blanc. La face cachée (ventrale) du corps est de couleur plus claire, presque blanchâtre. Cette face ventrale présente une ventouse centrale formée de l’orifice unique « bouche-anus » prolongé par un pharynx qui lui permet de se maintenir sur le fond en cas de nécessité (courant...).
Formés par des replis du bord du corps de ce plathelminthe, deux tentacules relativement bien définis sont visibles à l'avant. Disposés en fer à cheval entre les tentacules, une série d’ocelles permet à l’animal de s’orienter par rapport à la lumière, il s’agit d’organes visuels. Notez que ce ver plat fuit la lumière trop intense. C’est d’ailleurs principalement la nuit qu’il sera observé en plongée. La tête porte, d’autre part, des chémorécepteurs* qui sont sensibles aux substances chimiques.
Un épaississement dorsal est bien marqué sur toute la longueur du corps ce qui donne un peu de volume à cet animal.

Espèces ressemblantes

Compte tenu de sa taille et de sa couleur caractéristique –orange ponctué de blanc- il y a peu de confusions possibles avec d’autres plathelminthes ou nudibranches dans sa zone de répartition géographique. La confusion avec un nudibranche est malgré tout possible sous l’eau, mais la finesse du corps et le mouvement relativement fluide des "planaires" permettent de les distinguer des nudibranches qui sont beaucoup plus épais et pourvus de branchies et de rhinophores souvent bien visibles.

Alimentation

Cette "planaire" orange est un prédateur carnivore : ascidies (vue sur Aplidium punctum à Arcachon), bryozoaires, autres petits animaux capturés en les enveloppant et en sécrétant un mucus visqueux. Comme tous les turbellariés, le tube digestif ne possède qu’une seule ouverture, la bouche, et pas d'anus. Les aliments ingérés et les aliments non digérés à éliminer doivent tous deux passer par cette même ouverture.

Reproduction - Multiplication

La reproduction est principalement sexuée. Les individus sont hermaphrodites comme chez tous les vers plats (et les nudibranches !), la fécondation est croisée. Les œufs fécondés sont déposés sur le fond dans un cocon gélatineux.
La copulation est très particulière. Les "planaires" n’ont pas de cavité vaginale et l’insémination est « hypodermique » par l’intermédiaire d’un stylet mâle qui vient littéralement "poignarder" le congénère sur le dos, introduisant ainsi directement le sperme sous la peau. Les « injections » de sperme sont visibles sur le dos de l’individu "poignardé", il s’agit de taches blanches plus grosses que les nombreuses ponctuations habituelles de la robe orange. Une fois à l’intérieur du corps, les spermatozoïdes vont chercher les oviductes pour y féconder les ovules qui s’y trouvent. Les copulations ont été observées, pour cette espèce, au printemps et en été.
Des processus particuliers peuvent entraîner une reproduction asexuée. Le pouvoir de régénération de ces animaux est particulièrement étonnant, ainsi coupé en morceaux, chaque partie pourra régénérer les parties manquantes pour reformer un individu entier et viable.

Divers biologie

Une comparaison avec le caryotype d’un autre ver plat de la même zone de répartition, Thysanozoom brocchii, montre une nette ressemblance à ce niveau entre les deux espèces.
Le mucus toxique qu’il sécrète grâce à la présence de nombreuses glandes, les rhabdites*, sert à la fois d’arme offensive et défensive.
Les "planaires" utilisent 2 modes de déplacement. D’une part la reptation, qui est due à l’agitation des cils qui tapissent le dessous du corps mais aussi à la contraction des muscles (longitudinaux, circulaires et transversaux). D’autre part la nage qui est rendue possible par des ondulations de la périphérie du corps commandées par des contractions musculaires. Notez que tous ces mouvements ne sont pas liés à un système nerveux central, il n’y a pas de « cerveau » donneur d’ordre.
C’est un animal très fragile, fin comme une feuille de « papier à cigarettes ». Il ne faut pas le toucher, il risquerait de se « déchirer » (cf. reproduction).

Origine des noms

Origine du nom français

Planaire : nom féminin du latin scientifique [planarius], plat. Ver plathelminthe (turbellarié triclade) non annelé, libre, aquatique. Ce terme ne doit pas être utilisé pour cette espèce qui appartient à l’ordre des Polycladides, même si dans la pratique ce nom vernaculaire* est utilisé pour nombre de vers plats de la classe des Turbellariés.

Origine du nom scientifique

Plathelminthes : de [platea] = large et plat et de [helminthes] = ver. Donc vers plats !
Turbellariés : [turbella] en latin veut dire agitation. Ce sont des animaux qui se déplacent par « agitation » des cils vibratiles.

Yungia : dédié à un zoologiste suisse du 19ème siècle (Perrier Rémy)

aurantiaca : signifie en latin orangée.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Platyhelminthes Plathelminthes Vers plats à symétrie bilatérale, portant des organes des sens simples sur la tête, tube digestif à une seule ouverture ventrale. Nombreuses espèces libres ou parasites.
Classe Turbellaria Turbellariés Vers plats libres (non parasites) mus par une ciliature ventrale. Tube digestif ramifié qui possède une seule ouverture au centre de la face ventrale.
Sous-classe Archoophora Archoophores
Ordre Polycladida Polyclades Turbellariés à intestin très ramifié. Espèces de grande taille. Planaires marines.
Sous-ordre Cotylea Cotylés Polyclades caractérisés par la présence d’une ventouse ventrale permettant aux vers de se maintenir sur le fond.
Famille Pseudocerotidae Pseudocérotidés Corps ovale, lisse ou à papilles. Tentacules proéminents formés à partir de la marge.
Genre Yungia
Espèce aurantiaca

Nos partenaires