Ver plat noir

Pseudobiceros splendidus | (Lang, 1884)

N° 360

Méditerranée, Atlantique oriental et sans doute cosmopolite

Clé d'identification

Ver plat noir
Bordure ondulée jaune orangé
Aspect de velours
Pas de branchies
Environ 50 mm

Noms

Autres noms communs français
Ver plat splendide, planaire noire
Noms communs internationaux
Red-rim flatworm (GB), Platelminta, policlade, planaria (I), Gusano plano negro (E), Plattwurm, Strudelwurm (D), Platworm (NL)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Pseudoceros superbus Lang, 1884
Pseudoceros splendidus Stummer-Traunfels, 1933 est synonyme de Pseudobiceros splendidus (Lang, 1884)

Distribution géographique

Méditerranée, Atlantique oriental et sans doute cosmopolite

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Indo-Pacifique, Caraïbes

Initialement décrite comme endémique de la Méditerranée, cette planaire noire, peu étudiée, semble avoir une bien plus large répartition, elle a été décrite de l'Atlantique (Afrique) à l’Australie et à la Papouasie Nouvelle-Guinée, Caraibes… Ainsi on trouve Pseudobiceros splendidus dans la zone littorale, ceci dans le monde entier, sous les tropiques comme dans les mers froides.

Biotope

Fonds rocheux riches en algues calcaires, crevasses, interstices de rochers, profondeur de 5 à 50 m. Comme toutes les planaires, elle a des difficultés à se mouvoir sur les fonds meubles. Bien que la plupart du temps sur le fond, cette planaire noire peut nager grâce à des ondulations synchrones de tout le corps.

Description

Ce ver plat ressemble à un Gastéropode opisthobranche « limace », mais son corps est en forme de feuille, très aplati, avec des bords lobés et ondulés. P. splendidus est une planaire de grande taille : 50 mm de longueur (60 mm maximum). Sa forme générale est ovale aux extrémités arrondies. Pseudobiceros splendidus a un aspect de velours. Sa couleur varie du noir au bleu noir foncé dans nos eaux méditerranéennes, alors que la dominante est marron plus ou moins foncé chez les spécimens atlantiques, dans tous les cas les bords marqués d’un liséré jaune orange sont séparés par un fin trait foncé à la jonction de la face dorsale et ventrale (extrême bord du corps). La face cachée (ventrale) du corps est de couleur plus claire, souvent bleu gris.
La présence d’une ventouse centro-ventrale lui permet de se maintenir sur le fond en cas de nécessité (courant...). Cette ventouse est placée juste à côté de l’orifice génital femelle.
Formé par le repli du bord antérieur de ce plathelminthe, deux tentacules relativement bien définis sont bien visibles. Ils sont élargis à leur base et pointus à leur extrémité. Disposée en fer à cheval entre les tentacules, une série d’ocelles, permet à l’animal de s’orienter par rapport à la lumière, il s’agit d’organes visuels. Noter que ce ver plat fuit la lumière trop intense.
La partie ventrale du corps est parsemée de petits cils qui créent un mouvement dans l’eau, ce qui permet au ver de se déplacer. La locomotion est favorisée par une bande musculaire sous la couche épidermique, qui en se contractant provoque le soulèvement et de l'abaissement de la superficie ventrale, ce qui fait onduler le ver. La planaire peut également nager en pleine eau.
Un épaississement dorsal est bien marqué sur toute la longueur du corps, ce qui donne un peu de volume à cette « feuille de cigarette » !

Espèces ressemblantes

La confusion avec un nudibranche est possible sous l’eau, mais la finesse du corps et le mouvement relativement fluide et rapide de déplacement des planaires s’opposent aux nudibranches qui sont beaucoup plus épais et pourvus de branchies souvent bien visibles sur le haut du corps.

Pseudoceros velutinus fait partie, dans nos eaux méditerranéennes, des grandes planaires que l’on peut confondre avec P. splendidus chez qui les bandes orange sont bien visibles à l’œil nu, alors qu’il faut observer P. velutinus à la loupe binoculaire pour découvrir cette fine bande colorée, de plus cette dernière possède de petits points clairs sur toute sa face dorsale.
Prostheceraeus giesbrechtii , est aussi une planaire de plus petite taille (15 mm) rencontrée en Méditerranée, parcourue par une série de lignes blanches longitudinales et parallèles sur un fond bleu plus ou moins foncé.
Eurylepta cornuta, seul représentant du genre en Europe, a aussi un corps violet foncé et un liseré jaune sur le pourtour, 30 mm, Méditerranée et Atlantique Est (Açores).
Pseudobiceros hymanae, similaire, est censé avoir une répartition Indo-Pacifique, alors que P. splendidus est méditerranéenne et atlantique. D’autres publications australiennes récentes parlent de P. splendidus dans l’Indo-Pacifique.
Enfin, particulièrement dans l’Indo-Pacifique, il existe plusieurs espèces très proches de Pseudobiceros à la robe similaire à P. splendidus.

Alimentation

Cette planaire noire est un prédateur carnivore : ascidies, bryozoaires et autres petits animaux, capturés en les enveloppant et en sécrétant un mucus visqueux. Comme tous les turbellariés, le tube digestif ne possède qu’une seule ouverture, la bouche, et pas d'anus. Les aliments ingérés et les aliments non digérés à éliminer doivent tous deux passer par cette même ouverture.

Reproduction - Multiplication

Le ver plat noir est hermaphrodite : comme toutes les planaires, la fécondation est croisée. Les œufs fécondés sont déposés sur le fond dans un cocon gélatineux. Cette planaire dispose d’un organe copulateur mâle et d’un orifice génital femelle qui se prolonge par un utérus ramifié.
D’autre part, les planaires possèdent une grande capacité de régénération, ainsi un animal peut se reconstituer à partir d’un simple petit morceau déchiré de ce ver plat.

Divers biologie

Le ver plat noir est considéré comme rare.
Le mucus toxique qu’il sécrète sert à la fois d’arme offensive et défensive.
C’est un animal très fragile, fin comme une feuille de « papier à cigarette ». Il ne faut en aucun cas le toucher, il risquerait de se « déchirer ».

Origine des noms

Origine du nom français

Planaire : nom féminin du latin scientifique [planarius], plat. Ver plathelminthe (turbellarié triclade) non annelé, libre, aquatique. Ce terme ne doit pas être utilisé pour cette espèce qui appartient à l’Ordre des Polycladides, même si dans la pratique ce nom vernaculaire* est utilisé pour nombre de vers plats de la Classe des Turbellariés.

Origine du nom scientifique

Plathelminthes : de [platea] = large et plat, et [helminthes] = vers. Donc vers plats !
Turbellariés : [turbella] en latin veut dire agitation. Ce sont des animaux qui se déplacent par « agitation » des cils vibratiles.
Pseudobiceros : du latin [Pseudo] = faux, et [biceros] = deux cornes. Vient du fait qu’on a l’impression qu’il a 2 cornes, alors que c’est la forme de sa « tête ».
splendidus : directement du latin = brillant, éclatant, resplendissant (Gaffiot) donc splendide.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Platyhelminthes Plathelminthes Vers plats à symétrie bilatérale, portant des organes des sens simples sur la tête, tube digestif à une seule ouverture ventrale. Nombreuses espèces libres ou parasites.
Classe Turbellaria Turbellariés Vers plats libres (non parasites) mus par une ciliature ventrale. Tube digestif ramifié qui possède une seule ouverture au centre de la face ventrale.
Sous-classe Archoophora Archoophores
Ordre Polycladida Polyclades Turbellariés à intestin très ramifié. Espèces de grande taille. Planaires marines.
Sous-ordre Cotylea Cotylés Polyclades caractérisés par la présence d’une ventouse ventrale permettant aux vers de se maintenir sur le fond.
Famille Pseudocerotidae Pseudocérotidés Corps ovale, lisse ou à papilles. Tentacules proéminents formés à partir de la marge.
Genre Pseudobiceros
Espèce splendidus

Nos partenaires