Dahlia de mer

Urticina felina | (Linnaeus, 1761)

N° 131

Mer du Nord, Manche, océan Atlantique

Clé d'identification

Taille particulièrement imposante
Colonne particulièrement trapue
Petites protubérances en forme de verrue
Tentacules relativement courts, mais assez épais
Grande diversité de couleurs

Noms

Autres noms communs français

Anémone dahlia, anémone rouge du Nord au Québec

Noms communs internationaux

Dahlia anemone (GB), Seedahlie, Dickhörnige Seerose (D), Dalia de Mar (E), Zeedahlia (NL), Dalia do mar (P), Fjoeresjorose (N)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Tealia felina (Linnaeus, 1761)

Distribution géographique

Mer du Nord, Manche, océan Atlantique

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Atlantique Nord-Ouest

Elle est présente des côtes est de l'Amérique du Nord (golfe et estuaire du Saint Laurent, côte Atlantique) en passant par l'Arctique au Cap Cod, jusqu'au golfe de Gascogne.

Biotope

On peut trouver le dahlia de mer sur des substrats durs ou sur le sédiment, la colonne étant alors fixée sur un objet dur enfoui dans le substrat meuble. Elle se rencontre parfois aussi sur les crampons des laminaires. Elle préfère en général les endroits où la lumière n'est pas trop forte.
Cette anémone affectionne particulièrement les faibles profondeurs, on la trouve dans la zone de balancement des marées, dans les cuvettes à marée basse, mais elle vit néanmoins jusqu'à 100 m de profondeur.

Description

Cette anémone de mer est d'une taille particulièrement imposante : sa colonne peut avoir un diamètre de 10 (parfois 15 !) cm, et elle peut atteindre, avec ses tentacules déployés, un diamètre de 20 cm. Sa colonne est particulièrement trapue, et elle adhère très fermement au substrat. C'est surtout lorsqu'elle se replie que l'on peut voir les petites protubérances en forme de verrues qui se trouvent sur cette colonne, ainsi que les multiples graviers, débris de coquillages et grains de sable qui y adhèrent (surtout pour les individus de la zone intertidale). Elle possède des tentacules relativement courts, mais assez épais. Les tentacules sont disposés par multiples de 10 (ce qui ne se remarque pas aisément), et leur nombre est compris entre 80 et 160. Sa diversité de couleurs remarquable et les dessins en forme de flammes entourant les tentacules en font une anémone particulièrement admirée des plongeurs. Ces couleurs peuvent être le rose, le fuchsia, le rouge, l'orange, le beige, le brun, le vert… et elles peuvent également se mélanger entre elles ! Les tentacules peuvent être rayés ou de couleur uniforme.

Espèces ressemblantes

Aucune dans notre secteur géographique.

Alimentation

Espèce vorace, elle peut consommer des mollusques, des crustacés, des échinodermes, des vers, des petits poissons…

Vie associée

Voici au sujet d'étonnants petits crustacés observés sur cette anémone (voir photos) les commentaires de M. Jean-Paul Trilles, professeur d'université spécialiste de ce groupe : il s'agit d'un copépode appartenant très probablement à l'ordre des Poecilostomatoida et à la famille des Rhynchomolgidae. Plusieurs genres et espèces peuvent éventuellement être concernés : Critomolgus actiniae (Della Valle, 1880), Paranthessius anemoniae Claus, 1889... Ces copépodes associés à des hôtes urticants sont soumis aux toxines des nématocystes auxquelles ils résistent. Ils se nourrissent des sécrétions de l'hôte (ex. mucus avec souvent flore et faune associées, avec parfois en plus les pigments).

Informations complémentaires

Chez certains individus, les piqûres du dahlia de mer provoquent des réactions cutanées entraînant des démangeaisons importantes.

Origine des noms

Origine du nom français

Ressemblance entre cette anémone de mer et la fleur de dahlia, les tentacules de la première évoquent assurément les pétales de la seconde.

Origine du nom scientifique

Urticina : du latin [urtica] = ortie,
felina : du latin [felina] à cause des rayures colorées qu'elle possède et qui évoquent celles de certains félins.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Cnidaria Cnidaires

Organismes aquatiques (marins pour la plupart) libres ou fixés, carnivores, principalement à symétrie radiaire, caractérisés par des cellules urticantes : les cnidocytes. Deux morphologies principales : le polype et la méduse. La larve est une planula.

Classe Anthozoa Anthozoaires Cnidaires exclusivement marins, solitaires ou coloniaux, uniquement sous la forme polype (jamais de phase méduse dans le cycle de vie).
Sous-classe Hexacorallia / Zoantharia Hexacoralliaires / Zoanthaires Anthozoaires coloniaux ou solitaires, tentacules lisses, polypes à symétrie d’ordre 6.
Ordre Actiniaria Actiniaires Polypes solitaires souvent colorés, en général fixés à un substrat dur par un large disque pédieux. Organismes parfois mobiles.
Sous-ordre Nynantheae Thenaria Nynanthées Thenaria
Famille Actiniidae Actiniidés
Genre Urticina
Espèce felina

Nos partenaires