Crénilabre-paon

Symphodus tinca | (Linnaeus, 1758)

N° 604

Méditerranée, océan Atlantique proche de Gibraltar

Clé d'identification

Poisson allongé massif
1 nageoire dorsale
3 bandes foncées
Gris-brun pour les femelles et vert-jaune pour les mâles
Bande foncée en forme de V reliant les yeux

Noms

Autres noms communs français

Crénilabre tanche, vieille, rouquier, roucaou (Marseille), ruchè tanca (Monaco)

Noms communs internationaux

Peacock wrasse (GB), tordo pavone, lepo figo, limone, papaga (I), señorita, llevió, peto (E), pfauenlippfisch (D), pauwlipvis (NL), bodiäo paväo (P), lumbrak, smokvaca (Croatie), tirda (Malte), kóssiphos, taolapina (GR), çirçir (Turquie), scour (Maroc), zob al sultan (Tunisie)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Crenilabrus pavo Brunnichius, 1768
Crenilabrus tinca (Linnaeus, 1758)
Labrus tinca Linnaeus, 1758
Labrus lapina Forsskål, 1775
Labrus polychrous Pallas, 1814
Labrus pavo Linnaeus, 1758
Lutjanus lapina (Forsskål, 1775)
Symphodus pavo Brunnichius, 1768

Distribution géographique

Méditerranée, océan Atlantique proche de Gibraltar

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

L'espèce est décrite comme endémique de Méditerranée mais peut également se rencontrer en Atlantique de part et d'autre de Gibraltar, jusqu'au pays basque au nord et jusqu'à la Mauritanie au sud.

Biotope

Ce poisson fréquente les fonds rocheux riches en algues et les herbiers de posidonie jusqu'à une profondeur de 20-25 m (mais il peut se rencontrer occasionnellement jusqu'à 50 m).

Description

Un des plus grands labres de nos côtes et le plus commun rencontré en Méditerranée. Les mâles peuvent atteindre 40 cm alors que les femelles ne dépassent pas les 25 cm.
C'est un poisson allongé au corps massif. Les lèvres sont bien développées et charnues et la bouche est protractile*. La livrée est différente suivant le sexe (dimorphisme sexuel). Les mâles sont vert-jaune avec 3 bandes, plus ou moins marquées, ponctuées de rouge et bleu. Les nageoires pectorales sont jaunâtres alors que les autres nageoires ont des points bleus et rouges. Une tache sombre est présente à la base des nageoires pectorales. En période nuptiale, la couleur des mâles est encore plus accentuée.
Les femelles sont gris-brun avec 3 bandes brun foncé.
Une tache noire est présente au milieu du pédoncule caudal, mais elle peut cependant être très atténuée ou absente chez les mâles. Enfin, une bande foncée en forme de V relie les yeux en passant sur le front.

Espèces ressemblantes

Symphodus cinereus pour les jeunes individus mais avec une livrée plus pâle.

Thalassamo pavo, la girelle-paon, dont le nom peut être une première source de confusion. Il est également possible de confondre les mâles, verdâtres et striés de rouge orangé dans le sens transversal. La girelle-paon est cependant beaucoup plus élancée, moins trapue que le crénilabre-paon. La tache sombre au-dessus de sa nageoire pectorale permet de dissiper toute confusion.

Alimentation

Symphodus tinca se nourrit de toutes sortes de petits invertébrés (vers, crustacés, oursins, bivalves …).

Reproduction - Multiplication

Cette espèce est gonochorique* (les sexes sont séparés), mais quelques individus peuvent changer de sexe. La maturité sexuelle des femelles est atteinte vers 2 ans et la transformation en mâle se fait en général l'année suivante. La reproduction a lieu entre mars et août. La livrée des mâles devient intense avec des couleurs vives, notamment au niveau des rouges et des bleus.
Le mâle construit un nid rudimentaire avec des algues. Parfois il en est expulsé par un autre mâle qui féconde les ovocytes* récemment pondus par une femelle. Le mâle "squatter" abandonne ensuite le nid pour aller en pirater un autre, laissant le mâle propriétaire s'en occuper.
Le rédacteur a eu l'occasion d'observer ce comportement à plusieurs reprises dans les eaux de Marseille. Le mâle choisit une petite grotte (le plus souvent une grosse dépression dans le tombant rocheux) vers 10 à 15 m de fond, dont il va tapisser une paroi verticale d'algues qu'il prélève aux alentours. La surface couverte est d'environ 1 m de longueur sur 50 cm à 1m de largeur. Le mâle tente alors de chasser les autres crénilabres paon qui s'approchent mais reste indifférent aux autres espèces.

Vie associée

Symphodus tinca est souvent rencontré dans une position proche de la verticale, la tête vers le haut ou vers le bas et immobile. Cette position est le signal pour se faire déparasiter par le petit labre à queue noire, ou labre nettoyeur (Symphodus melanocercus). Symphodus tinca est en effet fréquemment parasité par des plathelminthes monogènes* ou des crustacés isopodes, comme des anilocres ou Nerocila bivittata.

Divers biologie

Cette espèce peut atteindre l'âge de 15 ans.
Elle présente une certaine homochromie* avec son environnement, c'est-à-dire qu'elle peut changer de couleur pour se camoufler. Elle peut également changer de couleur sous l'effet du stress : en cas de peur, de danger, de menace ou pour les mâles dominés par d'autres, la coloration est beaucoup plus pâle.
Les jeunes individus se déplacent souvent en petit bancs de quelques individus accompagnés d'une femelle adulte.
Nageoire dorsale avec 14 à 16 épines et 9 à 12 rayons mous, anale avec 3 épines et 8 à 11 rayons mous.

Informations complémentaires

Il est facile de l'approcher car il est peu farouche et se couche souvent sur le fond, parmi les algues ou contre la roche pour se cacher.
Bien que comestible, la chair de Symphodus tinca n'a pas de goût particulier et pour cette raison il ne fait pas l'objet d'une pêche spécifique.

Réglementation

Cette espèce est évaluée et classée dans la liste rouge 2010 UICN sous le statut LC (Least Concern), soit "préoccupation mineure".

Origine des noms

Origine du nom français

Le nom crénilabre provient directement de son ancien nom scientifique : Crenilabrus du latin crena = crénelé, en référence à la forme de l'opercule des crénilabres, et labrum en référence aux grosses lèvres de ces poissons.
Paon : en raison de ses couleurs, Cf son ancien nom Crenilabrus pavo (pavo = paon en latin).

Origine du nom scientifique

Symphodus : du grec [symphysis] = jonction naturelle et odont = dent. Dents fusionnées à chaque mâchoire.

tinca : nom latin de la tanche d'eau douce.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Labroidei Labroïdes Une seule dorsale, dents molariformes formant un puissant appareil masticatoire.
Famille Labridae Labridés Lèvres épaisses.
Genre Symphodus
Espèce tinca

Nos partenaires