Crénilabre à cinq taches

Symphodus roissali | (Risso, 1810)

N° 609

Mer Noire, Méditerranée, Portugal, golfe de Gascogne

Clé d'identification

Yeux rouges
Poisson allongé, verdâtre à brun
1 nageoire dorsale
3 bandes transversales
Lignes obliques sur les joues

Noms

Autres noms communs français

Crénilabre de Roissal, crénilabre à cinq bandes, pite-mouffe, langaneu, roucaou

Noms communs internationaux

Five-spotted wrasse (GB), Tordo verde (I), Planchita (E), Fünffleckiger Lippfisch (D), Bodião-manchado (P), Tigrolapina (GR), Bildircinçiri baligi (TR), Boxbox (MT)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Crenilabrus arcuatus (Risso, 1827)
Crenilabrus quinquemaculatus (Risso, 1827)
Crenilabrus tigrinus (Risso, 1827)
Labrus aeruginosus (Pallas, 1814)
Lutjanus capistratus (Pallas, 1814)
Lutjanus oculusperdix (Rafinesque, 1810)
Lutjanus alberti (Risso, 1810)
Lutjanus roissali (Risso, 1810)

Distribution géographique

Mer Noire, Méditerranée, Portugal, golfe de Gascogne

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

L'espèce est présente en mer Noire, en Méditerranée et en Atlantique de part et d'autre du détroit de Gibraltar, jusqu'au golfe de Gascogne au nord et une partie des côtes marocaines au sud.

Biotope

Ce poisson fréquente les fonds rocheux et les herbiers de posidonies à faible profondeur jusqu'à une dizaine de mètres mais peut se rencontrer occasionnellement jusqu'à 30 m. En été, quand les eaux sont chaudes, il n'est pas rare de voir Symphodus roissali dans moins d'un mètre de profondeur.

Description

Le mâle Symphodus roissali, peut atteindre 17 cm alors que la femelle ne dépasse pas 10 cm (les populations de mer Noire peuvent atteindre 4 à 5 cm de plus).
Les individus se caractérisent par la présence d'une bande sombre sur le museau reliant les yeux ainsi que quelques lignes obliques sur les joues. Le corps présente plus ou moins trois bandes sombres continues ou non, dont une sur le dos et deux dans la partie supérieure des flancs. Une tache noire peut être éventuellement présente au milieu du pédoncule caudal.
La coloration est variable, verdâtre à brune avec une certaine homochromie* avec le milieu. Les yeux sont rouges avec la pupille vert-brun.
En période de reproduction le dimorphisme sexuel* est plus marqué. Les mâles ont des couleurs plus vives. Les lignes sur les joues et les bandes transversales sont brunes. Quatre taches sont visibles le long de la base de la nageoire dorsale, plus marquées vers l'arrière de cette nageoire. La femelle présente des taches noires plus ou moins dispersées sur la partie ventrale du corps avec une papille génitale bleu-noir.

Espèces ressemblantes

Symphodus melops présente une coloration plus terne et une tache sombre au milieu de la queue. Sa distribution est un peu plus large, il est commun en Atlantique, plus rare en Méditerranée.

Alimentation

Symphodus roissali se nourrit de petits invertébrés comme des crustacés, mollusques, oursins et hydroïdes*.

Reproduction - Multiplication

Cette espèce est gonochorique* (les sexes sont séparés). La maturité sexuelle des femelles est atteinte vers un an, leur taille étant alors de 5-7 cm et la transformation en mâle se fait en général l'année suivante.
La reproduction a lieu entre mars et août. La livrée des mâles devient plus colorée et ils construisent un ou plusieurs nids d'algues hémisphériques, qu'ils défendent farouchement, même contre les femelles (tant qu'il n'est pas fini). Celles-ci y pondent 5 000 à 40 000 œufs dont les mâles prennent soin tout en protégeant le nid.

Vie associée

On peut parfois rencontrer S. roissali en position verticale, immobile, se faisant déparasiter par le petit labre à queue noire Centrolabrus melanocercus.

Divers biologie

Symphodus roissali peut vivre jusqu'à 8 ans.
Les lèvres sont épaisses et la bouche porte de petites dents coniques sur chaque mâchoire.
La nageoire dorsale est composée de 14 à 16 épines et de 8 à 10 rayons mous. La nageoire anale a 3 épines et 8 à 10 rayons mous.

Informations complémentaires

Il est régulièrement pêché et consommé frais en Espagne et à Chypre, occasionnellement ailleurs.

Réglementation

Cette espèce est classée dans la liste rouge 2010 UICN sous le statut LC (Least Concern), soit "préoccupation mineure".

Origine des noms

Origine du nom français

Le nom crénilabre provient directement de son ancien nom scientifique : Crenilabrus du latin crena = crénelé, en référence à la forme de l'opercule des crénilabres, et labrum en référence aux grosses lèvres de ces poissons.

Crénilabre à cinq taches : vient de la livrée du mâle en période de reproduction.

Origine du nom scientifique

Symphodus : du grec [symphysis] = jonction naturelle, ensemble et odont = dent. Dents fusionnées à chaque mâchoire.

roissali : vient de Clément Roissal (ou Roassal), peintre niçois (1781-1850). Ami du naturaliste Antoine Risso dont il aurait illustré certains ouvrages, celui-ci lui a en retour dédié le nom du crénilabre à cinq taches.
Risso aurait souhaité honorer les personnalités du Comté de Nice puisqu'il y aurait une murène de Cassini et un céphaoptère de Massena.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Labroidei Labroïdes Une seule dorsale, dents molariformes formant un puissant appareil masticatoire.
Famille Labridae Labridés Lèvres épaisses.
Genre Symphodus
Espèce roissali

Nos partenaires