Sertularelle de Méditerranée

Sertularella mediterranea | Hartlaub, 1901

N° 2255

Méditerranée et Atlantique Est

Clé d'identification

Courtes tiges en zigzag (2 cm), simples, rarement ramifiées
Petites hydrothèques disposées alternativement sur la tige

Noms

Distribution géographique

Méditerranée et Atlantique Est

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

L'espèce est principalement répandue en Méditerranée, mais elle est également signalée le long de l’Atlantique Est, jusqu’en Afrique du Sud. On la trouverait même en remontant dans l'océan Indien, le long des côtes du Natal et à Madagascar.

Biotope

En Méditerranée, l’espèce a été observée de la surface à 42 m.
Elle n’a pas de préférence absolue pour un substrat* donné et pousse sur n'importe quel support organique ou non : roche, algues, rhizomes et feuilles de Posidonia oceanica, cirripèdes, éponges, bryozoaires, tubes de vers polychètes, coquilles de mollusques, décapodes, hydraires, gorgones, ascidies !

Description

Cet hydraire forme de petites colonies, de l'ordre de 2 cm de haut.
Elles sont composées de tiges généralement simples, rarement ramifiées, issues d’un réseau de tubes (stolons*) qui ancrent la colonie à son substrat.

Les tiges sont divisées en segments de longueur similaire, disposés en zigzag, chacun portant latéralement et en position alterne, de petites capsules qui sont les hydrothèques* : logettes renfermant les polypes nourriciers ou hydranthes*.

Ces hydrothèques sont en forme de bouteille, allongées, dilatées à la base (notamment du côté faisant face à la tige), et rétrécies au sommet. Leur orifice est en position terminale ; le bord est marqué par quatre dents, dont la plus longue est celle qui est opposée à la tige. L’orifice est fermé par quatre valves triangulaires qui se referment lorsque l’hydranthe se rétracte dans son hydrothèque, et s’ouvrent lorsque celui-ci est épanoui.

Espèces ressemblantes

En Méditerranée : Sertularella ellissi (Deshayes & Milne-Edwards, 1836) et Sertularella fusiformis (Hincks, 1861) forment des colonies très similaires. Les détails morphologiques (bord de l'hydrothèque, forme des dents...) ne peuvent être décelés que par examen microscopique.

Egalement, de jeunes colonies de Sertularella polyzonias (Linnaeus, 1758), qui ne sont pas encore ramifiées, peuvent être prises pour Sertularella mediterranea.

Alimentation

C'est une espèce microphage* : elle se nourrit de petits animaux capturés dans le courant par les tentacules.

Reproduction - Multiplication

En Méditerranée, on peut trouver des spécimens fertiles tout au long de l’année.
Les spécimens fertiles portent des structures vésiculaires allongées (gonothèques*) renfermant les gamètes. Les gonothèques sont portées directement par la tige ; elles ont des parois ondulées et présentent quatre épines à leur sommet, autour de l’ouverture permettant la libération des gamètes.

Les sexes sont séparés, les colonies femelles fertiles se reconnaissent à la présence de boules roses en "grappes", très visibles. Il s'agit de ce qu'on appelle les acrocystes* : paquets d'œufs (plus précisément des gamètes femelles) contenus dans une masse gélatineuse, accrochée à l’extérieur de la gonothèque.

La gangue gélatineuse se désintègre progressivement et les gamètes sont libérés dans l'eau, où a lieu la fécondation. L'œuf fécondé se développe en une larve planula* qui, une fois qu’elle aura trouvé un substrat favorable, se différenciera pour donner naissance à un polype primaire renfermé dans son hydrothèque.

Par bourgeonnement latéral, celui-ci donnera naissance à une suite de segments similaires qui composeront une nouvelle tige, donc une nouvelle colonie.

Vie associée

L’espèce sert parfois de support pour différents autres hydraires de plus petite taille.

Informations complémentaires

Cette petite espèce n'est pas urticante pour l'homme.

Origine des noms

Origine du nom français

Cette petite espèce n'a pas encore de nom vernaculaire. Le nom donné ici, traduction directe du nom scientifique, est une proposition DORIS.

Origine du nom scientifique

Sertularella : diminutif de sertularia, lui-même diminutif du latin [serta] = tresse, guirlande : ce nom évoque les entrelacs d’une toute petite guirlande.

mediterranea : d'après sa répartition géographique principale.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Cnidaria Cnidaires

Organismes aquatiques (marins pour la plupart) libres ou fixés, carnivores, principalement à symétrie radiaire, caractérisés par des cellules urticantes : les cnidocytes. Deux morphologies principales : le polype et la méduse. La larve est une planula.

Classe Hydrozoa Hydrozoaires Cnidaires dont le cycle de vie est alterné, mais de façon inconstante, par deux phases différentes : le polype et la méduse. Présence d’un velum dans la méduse (dite craspédote), gonades ectodermiques, perte des septes, perte des cnidocytes endodermiques. Coloniaux ou solitaires. Quelques espèces d’eau douce.
Sous-classe Hydroidolina Hydroïdes Hydrozoaires dont le cycle de vie présente toujours une phase polype.
Ordre Leptothecata / Leptomedusa Leptothécates / Leptoméduses Hydroïdes coloniaux dont les polypes sont protégés par une enveloppe chitineuse, la thèque. Méduses (quand elles existent) aplaties, parfois de grande taille, portant des statocystes sur le bord de l’ombrelle, et des gonades sur les canaux radiaires.
Famille Sertularellidae Sertularellidés

Colonies généralement érigées, les hydranthes peuvent se rétracter complètement dans leurs hydrothèques.

Genre Sertularella
Espèce mediterranea

Nos partenaires