Serran-écriture

Serranus scriba | (Linnaeus, 1758)

N° 144

Méditerranée, Atlantique Est, mer Noire

Clé d'identification

Flancs marqués de bandes verticales brun sombre
Tête ornée de motifs colorés ressemblant à l'écriture arabe
Tache bleu pâle sur l'abdomen

Noms

Autres noms communs français

Perche de mer, serran écriture

Noms communs internationaux

Painted comber (GB), Vaca serrana, serrano escrobano (E), Sciarrano scrittura, perchia di mare (I), Schriftbarsch (D), Schriftbaars (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Perca marina Linnaeus, 1758
Sebastes marinus (Linnaeus, 1758)

Distribution géographique

Méditerranée, Atlantique Est, mer Noire

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Méditerranée, où il est très commun ; Atlantique Est, de la baie de Biscaye jusqu'au sud de la Mauritanie, en passant par les îles Madère, Açores et Canaries ; mer Noire.

Biotope

Cette espèce se rencontre à des profondeurs modérées (0 à 30 mètres), principalement sur des fonds rocheux ou d'herbiers. Elle est solitaire, territoriale et elle défendra ce territoire contre ses congénères. Curieuse, elle viendra voir le plongeur.

Description

D'une taille pouvant atteindre 30 cm, et sans dimorphisme sexuel, il a un corps allongé, bien qu'un peu ventru, et aplati latéralement, avec 68 à 73 écailles sur la ligne latérale. Sa tête est pointue, au profil rectiligne, et sa bouche largement fendue, avec de fines dents acérées. Il possède 3 épines operculaires*.
Sa dorsale porte à la partie antérieure 8 à 9 rayons épineux alors que ses nageoires pelviennes ou ventrales sont thoraciques (soit à l'aplomb des nageoires pectorales).
Sa robe est très caractéristique : il a 5 à 7 bandes verticales sombres, parfois dédoublées vers le bas, sur les flancs. La tache bleue, voire opalescente, qui orne son ventre ainsi que les dessins bleus et rouges, évoquant la calligraphie arabe, sur la tête et autour des opercules, sont bien spécifiques. Enfin, la caudale et le pédoncule* caudal sont jaunes.

Espèces ressemblantes

Serran chevrette (Serranus cabrilla) : bien qu'on le lise fréquemment, il semble pourtant difficile de confondre ces deux espèces, le serran chevrette étant généralement plus petit et possédant une robe rouge brique, à bandes généralisées.

Alimentation

Le serran écriture chasse à l'affût, près de la surface, caché parmi les algues ou les posidonies. Il se nourrit de petits poissons, de crustacés et de mollusques, et peut fondre sur ses proies à une vitesse fulgurante.

Reproduction - Multiplication

Elle a lieu d'avril à septembre : on peut voir alors les deux reproducteurs monter en pleine eau. La parade sexuelle consiste alors à galber le ventre vers le partenaire.
Les œufs pondus (jusqu'à 100 000) sont collés sur les pierres.
Le serran écriture est un hermaphrodite* synchrone, à savoir que tous les individus sont à la fois mâles et femelles, dotés d'un organe génital mixte, dénommé « ovotestis »*. Un même individu peut donc agir successivement comme mâle, puis comme femelle avec un autre partenaire. Il n'est donc pas exclu qu'il soit capable d'autofécondation.

Vie associée

Comme d'autres poissons, le serran écriture peut être parasité par une anilocre (Anilocra sp.). C'est un crustacé, isopode, qui parasite le poisson en se fixant sur son corps grâce à de puissants crochets qui terminent ses pattes. Elle se nourrit du sang du poisson tout en causant une nécrose locale de la peau plus ou moins importante.
le serran écriture est un client fidèle des stations de nettoyage du labre nettoyeur (Centrolabrus melanocercus ou labre à queue noire). Avec un peu de patience (rester au moins 5 mn près d'une station de nettoyage, avec un minimum de bulles et de mouvements), on pourra le voir solliciter le nettoyage, en position verticale, tête en haut et la bouche grande ouverte.

Divers biologie

Cette espèce est très commune, même dans les premiers mètres.
Si ses dessins sont conservés, ses couleurs, souvent citées en référence, changent radicalement la nuit.
Le serran écriture prend régulièrement la pose de la famille des Serranidés, en restant immobile, campé sur sa queue, pour fixer le plongeur.
Il se jette voracement sur les appâts et se pêche facilement à la ligne. Il est comestible.

Informations complémentaires

En Italie, les chasseurs sous-marins disent que là où il y a un serran écriture, un trou de poulpe n'est pas loin.
En France, en chasse sous-marine, il n'y a pas de taille minimale de prise réglementée pour cette espèce.
A Cerbère, les plongeurs de longue date constatent que, s'il y a 15 ans, le serran écriture était rarement rencontré en plongée, il est aujourd'hui devenu très commun.

Origine des noms

Origine du nom français

Le nom « serran écriture » est la traduction littérale du nom latin Serranus scriba.
Il est parfois appelé « perche de mer » sans doute du fait de son appartenance à l'ordre des perciformes (perca : perche, au sens poisson).
Le nom « écriture » vient des dessins rouges qu'il a sur la tête, qui rappellent l'écriture arabe.

Origine du nom scientifique

Du latin [serra] = scie, car le préopercule des serranidés est dentelé, et du latin [scriba] = scribe.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Percoidei Percoïdes Une ou deux nageoires dorsales dont les éléments antérieurs sont des épines aiguës. Nageoires pelviennes avec une épine, rayons mous.
Famille Serranidae Serranidés 1 à 3 épines sur l’arrière de l’opercule.
Genre Serranus
Espèce scriba

Nos partenaires