Serpule

Serpula vermicularis | Linnaeus, 1767

N° 1425

Cosmopolite

Clé d'identification

Ver enfermé dans un tube calcaire
Couronne branchiale en 2 lobes
Panache rouge orangé à rosé, pourvu de stries, de rayons ou de dessins clairs divers
Présence d'un opercule plus ou moins dentelé et différencié du panache
L'animal se rétracte en cas de danger, l'opercule venant boucher le tube

Noms

Autres noms communs français

Petite serpule

Noms communs internationaux

Red tubicolous worm (GB), Serpula rossa (I), Serpulla roja (E), Roter Kalkröhrenwurm, Kleiner Kalkrönhrenwrurm (D), Rode kalkokerworm (NL), Rød kalkrørsmark (NO)

Distribution géographique

Cosmopolite

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Espèce que l'on observe le long du pourtour méditerranéen mais aussi en Atlantique sud et nord, en Manche, en mer du Nord. Egalement en mer Rouge et dans l'océan Indien.

Biotope

Serpula vermicularis se rencontre sur tous les types de substrats durs (fonds rocheux, grottes, coquillages...), de préférence au niveau de zones ombragées (surplombs rocheux), de la surface à des eaux beaucoup plus profondes (-1800 m).

Description

La serpule est un ver sédentaire et tubicole, pouvant atteindre une dizaine de centimètres en moyenne souvent plus petit (7 cm de long). Elle élabore un tube calcaire rigide. Ce tube calcaire, d'environ 5 mm de diamètre, 10 cm de long, plus ou moins tortueux, arborant une coloration blanche parfois rosée, pouvant être spiralé, tient un rôle protecteur.
A l'intérieur de ce tube, la tête du ver donne naissance à 2 groupes de tentacules se traduisant en 2 lobes de 30 à 40 filaments chacun et qui émergent du tube. Ces panaches sont reliés à la base par une membrane palmaire. L'ensemble forme donc une couronne en deux parties de morphologie variable appelé panache branchial.
L'un des tentacules de cette couronne est modifié en opercule cartilagineux plus ou moins dentelé et qui, déployé, a la forme d'un entonnoir. Dès lors, lorsqu'en cas de danger la couronne se rétracte dans le tube calcaire, l'opercule vient instantanément refermer l'ouverture et empêche ainsi toute intrusion. Cet animal bénéficie ainsi d'une double protection.
La couleur du panache est variable, souvent rosé ou rougeâtre. Ce panache peut être partiellement annelé ou rayé de blanc ou encore être complété de motifs clairs.
Le tube calcaire est ancré à sa base mais souvent libre sur l'essentiel de sa longueur. Il est parfois recouvert tout ou en partie d'organismes divers.

Espèces ressemblantes

Il est possible de confondre le tube calcaire rigide de la serpule avec celui de la protule (Protula sp.). Cependant, les tubes de Serpula vermicularis présentent une longueur et un diamètre plus petits, avec généralement des stries dans le sens de la longueur. De plus, et c'est un caractère très visible, les protules ne possèdent pas d'opercule venant obstruer le tube lorsque le panache branchial est rentré.



Les vermets, notamment Thylacodes (ex Serpulorbis) arenarius (Linnaeus, 1767), peuvent également représenter une source de confusion avec la serpule. Le vermet est un gastéropode dont la coquille, un tube calcaire déroulé, est fixée au substrat de manière ressemblante aux tubes calcaires rigides des Sabellides. De plus, il fréquente le même biotope que la serpule. Mais le vermet ne possède en aucun cas le panache branchial des annélides sédentaires. En outre, ce qui peut sembler être un "bouchon" rouge taché de jaune est en fait le pied de l'animal et il est moins régulier dans son graphisme que l'opercule de la serpule ; il ne sort jamais du tube. Enfin, l'intérieur du tube est lisse et nacré.

Alimentation

Serpula vermicularis est un ver polychète sessile* filtreur.
Comme tous les vers polychètes sédentaires, la serpule utilise ses panaches pour filtrer l'eau afin de piéger les particules alimentaires en suspension.
En effet, chaque panache branchial se compose de tentacules plumeux recouvert de mucus collant participant à la capture de particules alimentaires et des micro-organismes qui, filtrés, sont amenés vers la bouche. La disposition des panaches est telle que l'interférence entre chaque couronne est évitée. On dispose de peu de données concernant le mécanisme de l'alimentation ou le type de nourriture filtrée ; cependant, la présence de chitinase, de cellulase et de laminarase dans le tractus digestif (Michel et De Villez, 1978) porte à croire que des particules détritiques constituent une partie importante de l'alimentation de ce ver.

Reproduction - Multiplication

La reproduction peut être asexuée, par division de l'être. Elle peut également être sexuéee, en reproduction externe, par la libération des produits sexuels en pleine eau.
En effet, les Sabellida sont capables de faire des clones par bourgeonnements, divisions transversales ou fragmentations. Toutefois la plupart des polychètes se reproduisent uniquement sexuellement et la majorité des espèces sont gonochoriques*.
Il existe peu de données sur la reproduction, la maturation et le développement des animaux du genre Serpula.
Lorsque la reproduction est sexuée, les larves trochophores* issues de la fécondation des œufs ont la forme de toupies. Au cours de sa croissance, la larve s'allonge progressivement en métatrochophore et choisit un endroit approprié pour se fixer. Il est à noter que la fixation de la larve implique souvent des réactions complexes à la lumière, à la pesanteur et à la nature du substrat, réactions qui ne sont pas encore bien comprises.
Une fois fixée sur un support convenable, la larve du ver subit une métamorphose* et commence à secréter un tube fragile ; dès lors, elle ne peut désormais plus quitter l'endroit choisi.
Si les conditions sont favorables, le taux de croissance peut être très rapide bien qu'il dépende étroitement de variables comme la température.
Il semble que la croissance soit annuelle, ce qui suggérerait que l'animal peut vivre plusieurs années. Qui plus est, étant donné la rapidité des taux de croissance, il reste probable que ces vers atteignent l'âge adulte en moins d'un an. Orton (1914) a même pu observer sur les côtes du sud-ouest de l'Angleterre, que des spécimens de 10 mois étaient capables de se reproduire avec succès.

Divers biologie

Un ver annélide se présente tout à fait comme on peut imaginer un ver terrestre. C'est un animal plus ou moins long, composé d'un certain nombre d'anneaux identiques, les métamères*, plus un segment de tête et un segment de queue. La serpule est ainsi faite. Mais comme tous les annélides sédentaires tubicoles, le plongeur ne voit généralement pas ce corps qui reste dans le tube calcaire. Seule une partie de la tête est visible en l'espèce d'un panache filtreur qui émerge du tube et que le ver peut rétracter en cas de danger.

Si le panache de l'animal lui sert de filtre pour capturer son alimentation, utilisant les nombreux cils pour retenir les particules alimentaires en suspension dans l'eau, c'est également et de la même façon l'outil de la respiration.

Serpula vermicularis peut servir, au niveau de son tube calcaire, de support à de nombreux organismes sessiles tels que des éponges, des ascidies, des bryozoaires encroûtants, d'autres petits vers tubicoles...

Du côté des prédateurs de la serpule, on a pu pointer diverses girelles et crénilabres (dont Symphodus melops). Ceux-ci extrayaient le ver de son tube. Certains auteurs ont également indiqué des situations de prédation, réelles ou supposées, avec des échinodermes (des étoiles de mer comme Asteria rubens ou des oursins tel Psammechinus miliaris), des arthropodes (le tourteau Cancer pagurus par exemple serait capable de briser les tubes grâce à ses fortes pinces, la galathée noire Galathea squamifera également...)

Informations complémentaires

Serpula vermicularis est une espèce couramment rencontrée en plongée mais dont l'approche doit rester éthérée pour mieux la voir. En effet, elle se rétracte dans son tube dès qu'on l'approche, qu'elle ressent un changement brutal de courant ou qu'elle reçoit un éclair de flash.

Si en Méditerranée, la serpule participe pleinement à la constitution du coralligène, elle a une action structurale forte dans d'autres endroits également. Par exemple, dans certains abers écossais, lieux d'investigations scientifiques, Serpula vermicularis peut créer de véritables récifs, formés par l'accumulation des tubes des animaux. Ces récifs constituent un habitat de choix pour de nombreuses espèces.

Origine des noms

Origine du nom français

Le terme serpule correspond à la traduction littérale du nom de genre Serpula.

Origine du nom scientifique

Serpula : du latin [serpula, ae] = petit serpent.
vermicularis : du latin [vermiculis] = petit ver, en forme de petit ver.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Annelida Annélides Vers segmentés (annelés) à section cylindrique, à symétrie bilatérale constitués d’anneaux identiques. Le premier segment porte la bouche et le dernier l’anus. Nombreuses formes marines, dulcicoles ou terrestres, libres ou parasites.
Classe Polychaeta Polychètes

Annélides marines. Chez les espèces non tubicoles, chaque anneau, hormis la tête et la queue, porte des excroissances locomotrices (les parapodes) munies de touffes de soies chitineuses rigides. Chez la plupart des espèces, la tête porte plusieurs organes sensoriels, des mâchoires, et souvent un panache branchial coloré. Animaux libres, galéricoles ou tubicoles.

Sous-classe Sedentaria - Canalipalpata Annélides polychètes sédentaires - Canalipalpata

Annélides polychètes sédentaires vivant dans des tubes ou des terriers semi-permanents, avec une paire de palpes creusés d'un sillon longitudinal cilié.

Ordre Sabellida Sabellides

Métamérie très altérée, corps divisé en deux régions distinctes, une thoracique à segments peu nombreux et une abdominale à segments très nombreux. Prostomium indistinct et peristomium faisant une collerette plus ou moins développée, entière ou divisée en lobes, branchies volumineuses (2 lobes semi-circulaires ou spiralés portant de nombreux filaments ou rayons garnis de barbules ciliées) en panache terminal disposé en entonnoir entourant la bouche.

Famille Serpulidae Serpulidés

Tube calcaire blanc, non enroulé en spirale, attaché au substrat. Panache de 30-40 appendices tentaculaires (radioles) dont quelques-uns sont transformés en un opercule. Parfois en groupes.

Genre Serpula
Espèce vermicularis

Nos partenaires