Rémora des cétacés

Remora australis | (Bennett, 1840)

N° 4450

Circumtropical et occasionnel en Méditerranée

Clé d'identification

Fixé uniquement sur des cétacés sur lesquels il adhère par sa ventouse
Taille pouvant atteindre 76 cm
Couleur générale brune
Nageoires bleu noir à gris ardoise avec un liseré blanc
Ventouse dorsale qui s'étend jusqu'à la moitié de la longueur de l'animal

Noms

Autres noms communs français

Rémora des baleines, rémora austral

Noms communs internationaux

Whalesucker (GB), Pegaballena (E), Wal-Schiffshalter, Walsauger (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Echeneis australis Bennett, 1840
Remilegia australis (Bennett, 1840)
Remora australia (Bennett, 1840) (faute d'orthographe)
Remora scutata (Günther, 1860)

Distribution géographique

Circumtropical et occasionnel en Méditerranée

Zones DORIS : Façade atlantique française, Indo-Pacifique, Caraïbes

Remora australis est l'espèce la plus rare des rémoras. Elle peut se rencontrer dans l’Atlantique tropical Ouest et Est (plutôt dans sa partie sud), Les Caraïbes et l’océan Indien. Sa présence est attestée à La Réunion. Elle serait très occasionnelle en Méditerranée et arriverait parfois de l'Atlantique, transportée par ses hôtes.

Biotope

Remora australis peut se rencontrer entre 0 et 50 m de profondeur, rarement en pleine eau, et le plus souvent bien accroché à un cétacé, dont il se détacherait sitôt que celui-ci plonge vers les profondeurs.

Description

Remora australis, le rémora des cétacés, est une espèce océanique de couleur générale brune.

Sa longueur maximale est de 76 cm. Le disque céphalique, qui provient de la transformation de la portion antérieure de la nageoire dorsale et qui permet au rémora de se fixer sur son hôte, est très allongé. Composé de 25 à 28 lamelles transversales, il dépasse largement le niveau des pectorales et atteint plus de la moitié de la longueur totale du rémora. Parmi toutes les espèces de rémoras, c'est Remora australis qui possède le plus grand disque céphalique.

Sa tête a également une taille importante par rapport au reste du corps (26 à 28 % de la longueur). Les mâchoires contiennent de nombreuses et grandes dents canines.

Les nageoires dont la couleur varie du bleu noir au gris ardoise, sont bordées d'un liseré blanc. Les nageoires pelviennes sont longues et pointues, les nageoires dorsale et anale ont une taille similaire et équivalente à celle de la tête. La nageoire caudale est fourchue chez les juvéniles.

Espèces ressemblantes

Il existe 8 espèces d’Echéneidés, toutes présentes dans la zone Atlantique Ouest, dont 5 sont présentes en Méditerranée, 6 dans la zone ouest de l’océan Indien et 7 dans la zone Pacifique central Ouest.

Echeneis naucrates, le rémora rayé est le plus grand (maximum 1 m) et le plus abondant des rémoras. Accroché à un autre animal de grande taille (requin, raie, tortue), voire à la coque d'un navire, il se rencontre dans les zones tropicales et subtropicales et n'est pas présent sur les côtes françaises métropolitaines mais est présent en Méditerranée (Grèce et Afrique du Nord). Il est occasionnel dans la mer des Caraïbes, attesté en Guadeloupe, Martinique et en Guyane. Il est présent à La Réunion, Mayotte et en Nouvelle-Calédonie. Sa ventouse comporte 20 à 28 lamelles et ce poisson dispose d'une bande longitudinale sombre bordée de blanc le long des flancs.

Echeneis neucratoides, le rémora queue blanche. Il se rencontre uniquement dans la zone Atlantique central Ouest, le golfe du Mexique et la mer des Caraïbes. Sa présence est attestée en Guyane. Il présente une ligne longitudinale sombre bordée de larges bandes blanches. Ses nageoires dorsale et anale portent des liserés blancs.

Phtheirhichthys lineatus
, le rémora grêle, est une espèce circumtropicale qui se rencontre en Atlantique Est de la zone tropicale à la Manche. Il est rare en Atlantique Ouest. Il mesure au maximum 76 cm et a une petite tête. Son disque céphalique est court, comporte de 9 à 11 lamelles, et dépasse tout juste la base des pectorales. Ses nageoires dorsale et anale ont la même forme que celles du rémora fuselé (plus hautes à l’avant). Sa couleur est variable, et peut être uniforme ou comporter une bande longitudinale brune. Sa présence est attestée en Nouvelle-Calédonie.

Remora remora
, le rémora vrai, est une espèce circumtropicale, présente en Méditerranée occidentale dont les côtes corses, l’Adriatique, et en Atlantique Est des côtes africaines aux îles Britanniques. On peut le rencontrer en Martinique, Guadeloupe, à Mayotte et à la Réunion. Il a un corps plus trapu, de 62 cm de longueur maximale. La nageoire caudale est fourchue chez les juvéniles et échancrée chez les adultes. Sa ventouse comporte entre 16 et 20 lamelles. Il est de coloration uniforme sombre avec de petites taches.

Remora brachyptera
, le rémora des espadons, est une petite espèce circumtropicale océanique (maximum 40 cm), de couleur uniforme claire. Son disque céphalique est court. Il est accroché aux espadons, voiliers et marlins. Il est présent dans la zone occidentale ouest de la Méditerranée et l’Atlantique proche. Sa présence est attestée à La Réunion.

Remora osteochir,
le rémora des marlins, est une espèce circumtropicale océanique (maximum 45 cm) qui vit accrochée aux espadons, voiliers et marlins. Il est de couleur gris-noir. Son disque céphalique est long et dépasse le niveau des pectorales. Il est présent dans la zone occidentale sud-ouest de la Méditerranée (côtes africaines, Sardaigne, Sicile), l’Atlantique proche, l’océan Indien et le Pacifique. Sa présence est attestée en Nouvelle-Calédonie.

Remorina albescens, le rémora blanc, est une petite espèce circumtropicale océanique (maximum 33 cm) de couleur blanchâtre qui vit en général accroché aux raies manta mais peut se rencontrer aussi sur des requins. Sa présence est attestée à La Réunion et en Nouvelle-Calédonie.

Alimentation

Il se nourrit des crustacés parasites (copépodes, amphipodes) de son hôte ou des restes alimentaires que celui-ci laisse échapper. Certaines observations montrent qu'il se nourrit également de fécés et “vomis” de dauphins à long bec (Stenella longirostris).

Lorsqu’il est accroché à son hôte, le rémora des cétacés ne reste pas inactif ; au cours des déplacements de cet hôte, la bouche du rémora fonctionne comme un filtre et sa dentition développée retient des organismes planctoniques* (larves, œufs ...).

Reproduction - Multiplication

Les sexes sont séparés et la fécondation est externe. La reproduction de cette espèce est très peu documentée. La fiche d’Echeneis naucrates, une espèce plus abondante et davantage étudiée, donne beaucoup d’informations au sujet de sa reproduction.

Vie associée

Le rémora des cétacés se retrouve essentiellement accroché sur des baleines bleues. On le retrouve également sur les jeunes cachalots, car ces derniers ne vont pas chasser aux profondeurs atteintes par les adultes. Toutefois, quand un adulte revient en surface, l'un de ces rémoras peut alors quitter un jeune pour aller voir s'il n'y aurait pas de la nourriture à récupérer sur cet adulte.
Ce rémora peut également être observé chez :
- le dauphin commun (Delphinus delphis)
- le grand dauphin (Tursiops truncatus)
- le dauphin tacheté de l'Atlantique (Stenella frontalis)
- le globicéphale tropical (Globicephala macrorhynchus)
- l'orque (Orcinus orca).

La nature des relations entre les rémoras et les cétacés peut être assez variable. Le rémora tire bénéfice de sa relation avec son hôte : il est véhiculé par celui-ci et obtient une bonne partie de sa nourriture grâce à lui. En ce qui concerne le mammifère marin, il tire bénéfice du rémora dans la mesure où celui-ci le débarrasse des crustacés parasites. On peut considérer également que le corps du rémora, fin et hydrodynamique, n’occasionne que peu de gêne à son hôte lors de ses déplacements. Mais par ailleurs, la fixation prolongée d'un rémora au même endroit de la peau, parfois fragile de certains cétacés, peut occasionner une gêne pour ceux-ci, les amenant à vouloir se débarrasser de ce poisson.

Divers biologie

La ventouse porte un léger sillon médian de chaque côté duquel sont placées par paires parallèles, les lamelles. Elles sont disposées en chevrons et séparées par des sillons lisses dont la surface l’emporte sur celle des chevrons. Chaque lamelle est bordée d’épines dirigées vers l’arrière du disque. Sur la partie antérieure du disque, proche de la première paire de lamelles, se trouve l’ouverture du système qui va permettre de faire fonctionner la ventouse. Ces lamelles mobiles créent une dépression permettant à l’animal de se maintenir sans effort à son hôte. En effet, cette ouverture, qui permet à l'eau d'être chassée pour obtenir l'effet ventouse, est munie d’un clapet conique que termine une pointe osseuse. Ce clapet se rabat d’avant en arrière. Quand l’adhérence est parfaite le clapet est rabattu et le poisson se laisse emporter. Dès qu’il veut retrouver la liberté de ses mouvements, le clapet est relevé, l’eau revient sous la ventouse, l’équilibre des pressions est rétabli, l'effet ventouse cesse et le rémora peut nager librement.

La fixation est tellement forte qu'il n'est pas rare d'observer des empreintes ou des marques claires sur la peau des baleines ou des cachalots résultant de la desquamation de la peau.

Origine des noms

Origine du nom français

Rémora des cétacés vient du fait qu'on le retrouve exclusivement sur des cétacés et le plus souvent sur les baleines bleues.

Origine du nom scientifique

Rémora : du latin [remora] = qui arrête et retient les vaisseaux, selon la croyance antique. Selon Pline, la bataille d'Actium a été gagnée grâce à un rémora qui avait (...) stoppé la galère d'Antoine ! (Zool., t. 3, 1972, p. 1186 [Encyclopédie de la Pléiade]).

australis : du latin [australis] = austral, du sud.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Famille Echeneidae Echeneidés
Genre Remora
Espèce australis

Nos partenaires