Raphitome de Leufroy

Raphitoma leufroyi | (Michaud, 1828)

N° 4536

Espèce présente dans l'Atlantique européen et africain, ainsi qu'en Méditerranée

Clé d'identification

Coquille fusiforme à tours convexes
Présence d’une encoche labiale au niveau de la suture
Couleur de fond brun jaunâtre
Présence d’une bande blanche au milieu de chaque côte axiale
Animal blanc avec un siphon translucide. Pas d’opercule

Noms

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Pleurotoma leufroyi Michaud, 1828
Defrancia leufroyi (Michaud, 1828)
Leufroyia leufroyi (Michaud, 1828)
Pleurotoma zonalis Delle Chiaje, 1830
Pleurotoma inflata de Cristofori & Jan, 1832
Defrancia leufroyi var. carnosula Jeffreys, 1867
Murex caudiculus Brusina, 1870
Clathurella mirabilis Locard, 1892

Distribution géographique

Espèce présente dans l'Atlantique européen et africain, ainsi qu'en Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

L'espèce est présente dans toute la Méditerranée.
Au niveau de l'Atlantique tempéré, on trouve Raphitoma leufroyi : en Espagne, dans les îles Canaries, les îles du Cap Vert et dans l’Atlantique Nord : en Grande Bretagne, en Écosse et jusqu’en Norvège.
Dans l’Atlantique Sud, elle est présente en Afrique de l’Ouest jusqu’en Angola.

Biotope

C'est une espèce de l’infralittoral* et du circalittoral* ; on la trouve principalement sous les pierres et les fonds sablonneux jusqu’à 150 mètres.

Description

La coquille est fusiforme, à tours très convexes. D'une longueur autour de 15 mm mais pouvant atteindre 20 mm, elle est grande pour le genre Raphitoma.
La protoconque* est multispirale* à 3 tours arrondis. Le premier tour est de couleur jaune foncé, les autres sont brun foncé à noirs.
La téléoconque* est formée de 6 à 7 tours. La sculpture est formée d’environ 18 grosses côtes axiales sur le dernier tour, traversées par une multitude de cordons spiraux inégaux entre eux. Leur point de rencontre est arrondi. La suture* est oblique, profonde. Le canal siphonal* est court et droit. L’encoche labiale est profonde. Le labre* est mince, qui laisse apparaître par transparence la sculpture externe. Il ne possède pas de dents.
La couleur de fond de la coquille est brun-jaunâtre avec des taches marron. Une bande blanche est présente sur le milieu de chaque côte.
Le dernier tour représente les 2/3 de la longueur totale de la coquille.

L’animal est de couleur blanche ; le siphon est plutôt jaune chez les adultes et translucide chez les jeunes spécimens, plus ou moins ponctué de blanc. Les yeux sont situés sur les tentacules oculaires.

De rares spécimens à la coquille albinos ont été signalés.

Espèces ressemblantes

On peut confondre cette espèce avec Raphitoma concinna, qui a le même type de protoconque mais de couleur violette et sans bande blanche au milieu de chaque tour.

Alimentation

Comme tous les membres de la super-famille des Conoïdés, les Raphitoma sont des prédateurs. Leur radula*, de type taxoglosse*, possède des dents qui se sont transformées en harpons crantés, reliés à une glande à venin. Cette arme redoutable est utilisée pour capturer les proies dont ils se nourrissent. Néanmoins, la nature exacte de ces proies, de petits invertébrés, n'est pas connue à ce jour.

Reproduction - Multiplication

Les sexes sont séparés (espèce gonochorique*).
Les œufs sont déposés dans des capsules ovigères*.
Les larves* planctotrophiques*, qui en sont issues, sont transportées par les courants et peuvent passer des semaines voire des mois dans le plancton*, qui devient leur principale source d’alimentation. Cette vie planctonique longue permet une large dissémination de l’espèce sur de nouveaux biotopes*.
Le mode de vie planctotrophique de la larve est une caractéristique de l’espèce (voir § Infos complémentaires), dont le témoignage se retrouve sur la coquille possédant une protoconque multispirale.

Vie associée

Aucun des nombreux spécimens photographiés ne présente de trace de vie associée spécifique. Par contre, l'espèce présente très souvent une pellicule de mucus plus ou moins épaisse qui recouvre tout ou partie de la coquille. Ce mucus produit parfois des extensions échevelées. Nous n’en connaissons pas sa composition.

Informations complémentaires

Les Raphitoma peuvent avoir deux types de protoconque :

  • une protoconque paucispirale* à 2 tours, témoignant d’un développement larvaire dit lécithotrophique*. Ce stade de développement est court. Les larves véligères* peuvent passer quelques minutes à quelques jours sans se nourrir, ni grandir et se retrouvent proches de leur lieu d’éclosion.
  • une protoconque multispirale* de 3 à 4 tours, témoignant d’un développement larvaire dit planctotrophique*. Les larves se déplacent au gré des courants marins, se nourrissent du plancton et peuvent ainsi coloniser des espaces beaucoup plus lointains.

Les Raphitomidés méditerranéens sont en cours de révision et comptent actuellement une quarantaine d’espèces, dont certaines sont encore à décrire.

Origine des noms

Origine du nom français

Raphitome de Leufroy : simple francisation du nom scientifique de l'espèce.

Origine du nom scientifique

Raphitoma : du grec [rhaphé] = couture, suture ; et [tomé] = coupe, coupure, taille. Il s'agit effectivement d'un gastéropode caractérisé par une petite entaille attenante à la suture postérieure.

leufroyi : espèce dédiée à Louis René Augustin Leufroy (1804-1829), naturaliste français.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Ordre Neogastropoda Néogastéropodes Coquille avec canal siphonal bien développé. Un repli du manteau forme un tube extensible : le siphon. La plupart sont des prédateurs ou nécrophages. Tous marins sauf le genre Clea.
Famille Raphitomidae Raphitomidés
Genre Raphitoma
Espèce leufroyi

Nos partenaires