Polycère à quatre lignes

Polycera quadrilineata | (O.F. Müller 1776)

N° 796

Atlantique Nord-Est, Méditerranée

Clé d'identification

Quatre tentacules labiaux de couleur jaune, parfois cinq ou six
Rhinophores lamellés à extrémité jaune
Au moins deux lignes discontinues de tubercules jaunes
Branchies pennées à extrémité jaune
Deux appendices extrabranchiaux à pointe jaune

Noms

Autres noms communs français

Limace à quatre lignes

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Doris flava Montagu, 1804
Doris cornuta (Abildgard) Rathke, 1806
Doris ornata d'Orbigny, 1837
Polycera typica Thomson, 1840
Policere lineatus Risso, 1866
Doris ornata var. marplatensis Francheschi, 1928
Polycera salamandra Labbé, 1931

Distribution géographique

Atlantique Nord-Est, Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Il vit en Atlantique Nord, Islande et Groënland, tout autour des îles Britanniques, le long des côtes françaises de la Manche et de l'Atlantique, et de la Péninsule ibérique. En Méditerranée, on le trouve dans les deux bassins, de Cerbère à la Turquie.

Biotope

Il fréquente des côtes rocheuses, naturelles ou enrochements artificiels, éventuellement des zones de laminaires. On le trouve de la zone de balancement des marées à 60 m de fond environ.

Description

Nudibranche doridien de 40 mm au maximum, à coloration générale blanc translucide avec des appendices jaunes ou orangés.
Le voile buccal porte quatre tentacules simples et pointus, de couleur jaune ; certains spécimens en ont six, jamais plus. Les rhinophores* sont lamellés dans leur moitié supérieure, et finissent par une petite pointe cylindrique. Leur extrémité supérieure est toujours jaune.
Le manteau présente au moins deux lignes discontinues de tubercules jaunes, courant des rhinophores à l'extrémité postérieure. Une ligne jaune médiane devient continue en arrière des branchies. L'extrémité du pied est effilée.
Les branchies pennées sont au nombre de 11 au maximum. Leur armature et leur extrémité sont jaunes ; de part et d'autre, un appendice simple, aussi long que les branchies est coloré de jaune à son extrémité.
Des variations de couleur sont fréquentes : Le nombre des lignes du dos est variable ; de deux lignes de deux points chez les très jeunes individus à une dizaine de rayures continues.
Des points ou des traits noirs ou bleu foncé viennent s'intercaler entre les lignes jaunes, même sur de jeunes individus. Ils peuvent se situer aussi à la partie inférieure des rhinophores et des branchies.

Espèces ressemblantes

Polycera faeroensis, mais celui-ci porte habituellement huit tentacules labiaux, et des appendices extrabranchiaux plus courts et trapus. Il n'a pas de taches jaunes sur le dos.

Polycera aurantiomarginata ressemble à la variété foncée de Polycera quadrilineata, mais il a le bord du pied souligné d'une ligne orange, continue ou non, et les rhinophores et branchies ont les pointes noires.

Thecacera pennigera ne présente pas de tentacules labiaux.

Les Trapania sp. sont également blanches et jaunes, mais un tentacule en virgule entoure la base de chaque rhinophore.
Ancula gibbosa présente également des tentacules à la base des rhinophores et quatre appendices extrabranchiaux et non deux.

Crimora papillata présente de nombreux appendices labiaux, courts et bifides.

Alimentation

Ce nudibranche est un prédateur de Bryozoaires. On le trouve préférentiellement sur des Membranipora membranacea, mais également sur Electra pilosa pour les encroûtants et sur les Flustres.
Il râpe les colonies avec sa radula* en laissant derrière lui place nette.

Reproduction - Multiplication

L'espèce, comme tous les nudibranches, a une reproduction sexuée et est hermaphrodite*. Les organes génitaux mâle et femelle sont voisins et situés au bord avant droit du pied de l'animal.
Les partenaires se mettent en position tête-bèche pour copuler. Le rédacteur en a observé deux enroulés dans le thalle* d'une Ulve, alors qu'un troisième prétendant attendait son tour.
La ponte, en forme de ruban blanc de 2 à 3 mm de largeur, forme un anneau incomplet de 20 mm environ et peut contenir jusqu'à 10 000 œufs.
La saison de reproduction va de mars à septembre dans nos eaux.

Vie associée

Il est très dépendant des bryozoaires dont il se nourrit.

Divers biologie

La radula chitineuse qui lui sert à raper ses proies permet aux biologistes d'identifier avec certitude les nudibranches.
Celle de Polycera quadrilineata a une formule 9(4,11, 0, 11,4) et les deux premières dents latérales sont très grandes par rapport à la taille de l'animal.

Origine des noms

Origine du nom français

Polycère à quatre lignes : c'est une simple francisation du nom scientifique de l'espèce.

Origine du nom scientifique

Polycera : du grec [polus] = beaucoup et [keras] = corne, pointe : donc nombreuses cornes.

quadrilineata : du latin [quadri-] = quatre et [lineatus-a-um] = rayé : qui porte quatre rayures.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Opisthobranchia Opisthobranches Coquille présente, réduite ou absente. Branchies à l’arrière du cœur. Principalement marins ou d’eau saumâtre, rare en eau douce (une dizaine d’espèces, Ordre des Acochlidea).
Ordre Nudibranchia Nudibranches Cavité palléale et coquille absentes chez l’adulte. Lobes pédieux souvent absents aussi. Respiration cutanée, à l’aide de branchies, de cérates ou d’autres appendices. Tête portant une ou deux paires de tentacules, les tentacules postérieurs ou rhinophores peuvent parfois être rétractés dans des gaines. Principalement marins ou d’eau saumâtre.
Sous-ordre Doridina Doridiens Corps aplati. Anus dorsal entouré complètement ou partiellement par des branchies de remplacement ramifiées qui peuvent être rétractées (voire absentes). Mangeurs d’éponges, habituellement armés de spicules calcaires internes.
Famille Polyceridae Polycéridés Doridiens limaciformes aux rhinophores lamellés avec souvent quelques papilles frontales et branchiales. Présence de lobes oraux sur la tête ou de tentacules buccaux développés.
Genre Polycera
Espèce quadrilineata

Nos partenaires