Ascidie noire

Phallusia fumigata | (Grube, 1864)

N° 514

Méditerranée et proche Atlantique, Manche

Clé d'identification

Ascidie solitaire noire
Dressée ou couchée sur le côté gauche
Ventrue
Tunique cartilagineuse, épaisse
Siphons éloignés l'un de l'autre

Noms

Autres noms communs français

phallusie noire

Noms communs internationaux

Black sea-squirt (GB), Ascidia verde (I), Ascidia negro (E), Schwarze Seecheide (D), Zwarte zakpijp (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Distribution géographique

Méditerranée et proche Atlantique, Manche

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Principalement observée en Méditerranée, cette ascidie solitaire noire a sa répartition centrée sur le golfe de Naples, l'Adriatique et la Sicile. Elle est également présente dans l'Atlantique Nord et dans la Manche.
On la rencontre en France principalement sur les côtes languedociennes, catalanes (Sète, Banyuls), provençales et en Côte d'Azur où Phallusia fumigata n'est jamais commune et est réellement solitaire.

Biotope

Cette ascidie aime les fonds durs, coralligènes* (pour la forme "variante" de nos côtes métropolitaines), mais également les zones sableuses ou vaseuses (forme "type") où elle se fixe à des coquillages ou à des pierres. Présente dès les premiers mètres, elle se rencontre jusqu'à de grandes profondeurs. Contrairement à Phallusia mamillata, elle n'est pas présente dans les lagunes littorales.

Description

Il s'agit d'une grande ascidie solitaire noire. Elle se présente sous deux formes légèrement différentes suivant le secteur géographique où elle est observée : la forme "type" correspond à la description originale de l'espèce et est rencontrée principalement dans l'Adriatique, la région de Naples, jusqu'à la Côte d'Azur. Les individus observés sur le littoral méditerranéen français à l'ouest de la Côte d'Azur ne correspondent pas tout à fait à la forme type. Cette variante ou forme fut nommée chloroea par Lacaze-Duthiers (Harant, 1927 ; Harant et Vernières, 1933). Cette appellation n'est pas reprise dans les publications plus récentes, mais les deux formes sont une réalité. Nous utiliserons le terme de "variante" dans les descriptions qui suivent car il ne s'agit pas à ce jour d'une sous-espèce.
Phallusia fumigata atteint 8 cm (variante) à 15 cm (type) de hauteur au maximum suivant les régions. Elle possède une tunique cartilagineuse et épaisse d'une couleur pouvant aller du vert glauque (variante) au noir anthracite opaque (type). Cette ascidie est fixée solidement au substrat à sa base et se présente de manière dressée (type) ou "couchée" sur le côté gauche (variante). Ventrue dans sa partie inférieure, sa tunique non mamelonnée (contrairement à Phallusia mamillata) possède de nombreuses excroissances pour la forme "variante", alors que la forme "type" est le plus souvent lisse. Les deux formes sont nues, sans épibionte. Nettement séparés, les siphons* sont situés au sommet pour le buccal et au niveau du tiers inférieur pour le cloacal*. Le siphon buccal comporte 8 lobes, alors que le cloacal n'en comporte que 6.

Espèces ressemblantes

Confusion possible avec les exemplaires foncés de Phallusia mamillata, mais cette dernière n'est jamais aussi noire et atteint une taille généralement supérieure à P. fumigata. d'autre part P. fumigata est bien plus douce au toucher que P. mamillata.
La confusion avec une éponge n'est pas à exclure (voir photo), mais la forme et la position caractéristique des siphons aideront à l'identification.
Ascidie conchilega : l'ascidie coquillière, de couleur verdâtre translucide, montre un corps ovale allongé et fermement collé sur les pierres ou les coquillages sur le côté gauche. le siphon buccal est terminal et le siphon cloacal* éloigné des deux tiers de la longueur du corps vers l'arrière.

Alimentation

Comme les autres tuniciers, c'est un animal filtreur*. L'eau chargée des éléments nutritifs pénètre le siphon* buccal. Ce dernier est muni d'une couronne de tentacules sensoriels. Par contraction, ils sont capables de boucher l'entrée aux objets aspirés de trop grande taille. Le liquide qui a pénétré dans l'animal débouche à l'intérieur d'un sac branchial*, puis est amené au niveau de fentes que l'on appelle les trémas. Il passe ensuite dans la cavité péribranchiale, puis ressort par le siphon cloacal*.
Les particules sont retenues au niveau des fentes du filtre et sont enrobées par du mucus, l'ensemble constituant un agrégat nutritif qui est conduit par le battement des cils vers l'estomac via l'œsophage. La digestion y est facilitée par l'action d'une glande digestive qui y est accolée. Après le passage dans l'intestin, les déchets de la digestion sont évacués par un anus débouchant dans le siphon cloacal.

Reproduction - Multiplication

La reproduction est sexuée. Les ovules sont fécondés par les spermatozoïdes. Ils donnent une larve* ressemblant à un têtard muni d'un axe : la chorde*, équivalent d'une colonne vertébrale. La larve va rapidement venir se fixer tête la première au substrat* afin de se métamorphoser progressivement vers la forme adulte. Au cours de cette modification d'aspect, la queue et la chorde vont régresser.

Divers biologie

Du vanadium a été décelé dans le sang de cette ascidie, il semble jouer le rôle de catalyseur respiratoire.

Origine des noms

Origine du nom français

Origine du nom scientifique

Phallusia : de [phallus] = l'organe sexuel masculin, allusion à la forme et au maintien de cette ascidie.
fumigata : du latin [fumigatio] = enfumée en référence à sa couleur noire et donc "ascidie enfumée ".

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Urochordata / Tunicata Urochordés / Tuniciers Chordés marins fixés (ascidies) ou pélagiques (thaliacés), solitaires ou coloniaux. Epaisse tunique cellulosique. Deux siphons, pharynx bien développé, la chorde larvaire régresse chez l'adulte (sauf chez les Appendiculaires).
Classe Ascidiacea Ascidies / Ascidiacés Tuniciers fixés. Solitaires ou coloniaux (seuls capables de bourgeonnement). Chorde uniquement au stade larvaire. Siphon inhalant au sommet, proche du siphon exhalant latéral. Souvent en eau peu profonde.
Ordre Phlebobranchia Phlébobranches Le sac branchial* a des sinus longitudinaux qui portent ou non des papilles internes mais qui ne sont jamais plissés. Ascidies essentiellement solitaires. Gonades* situées sur l’anse du tube digestif ou à proximité.
Famille Ascidiidae Ascidiidés Espèces solitaires et très répandues.
Genre Phallusia
Espèce fumigata

Nos partenaires