Perroquet à bosse

Bolbometopon muricatum | (Valenciennes, 1840)

N° 2258

Mer Rouge, océan Indien et Pacifique tropical Ouest

Clé d'identification

Silhouette massive
Bosse proéminente sur la tête
Couleur unie vert gris avec un front rosé
Dents soudées en bec de perroquet
Vit toujours en groupe

Noms

Autres noms communs français
Poisson-perroquet à bosse, perroquet bossu vert, poisson bison, perroquet bumphead (Wallis et Futuna), Huro (Nouvelle-Calédonie)
Noms communs internationaux
Bumphead parrotfish, green bumphead parrotfish, buffalo parrotfish, doubled-headed parrotfish, humphead parrotfish, giant humphead parrotfish (GB), Papagei fisch (D), Loro cototo verde (E), Bultkoppapegaaivis (NL)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Scarus muricatus Valenciennes, 1840
Bolbometopon muricatus (Valenciennes, 1840)
Bulbometopon muricatum (Valenciennes, 1840)
Bolbometopon muricantum (Valenciennes, 1840)
Callyodon muricatus (Valenciennes, 1840)
Scarus muricatus Valenciennes, 1840

Distribution géographique

Mer Rouge, océan Indien et Pacifique tropical Ouest

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Le perroquet à bosse se rencontre dans toute la zone intertropicale de l'Indo-Pacifique, de 30° Nord à 24° Sud. On le trouve en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française (îles de la Société et Tuamotu), à Wallis et Futuna, sur la Grande Barrière de Corail d’Australie ; au Japon (Nansei-shoto); à Taïwan ; aux Samoa, aux îles Salomon, au Vanuatu ; en Indonésie, Sipadan (Malaisie) ; aux Philippines, en Papouasie Nouvelle Guinée ; en mer Rouge, dans l’océan Indien, à Mayotte.
Il est présent mais en voie d’extinction à Guam, aux Marshall, aux Fidji et sur les côtes de l’Afrique de l’Est.

Biotope

Les perroquets à bosse fréquentent les récifs coralliens et vivent dans le lagon, sur le platier ou sur le récif extérieur entre 1 et 30 mètres. Ils vivent en groupe de plusieurs dizaines d’individus. Le jour, ils offrent un spectacle impressionnant quand ils se regroupent en troupeaux pour briser violemment les coraux de leur bec robuste et les brouter. Ce comportement rappelle celui de grands bovins d’où leur nom de « poissons-bisons » (et aussi, bien sûr, à cause de la bosse).
On les trouve parfois le soir dans une grotte ou une épave ou ils passent la nuit en groupe. Contrairement aux autres poissons-perroquets, ils ne s’enveloppent pas dans un cocon pour dormir.

Les juvéniles vivent à l’intérieur du lagon, dans les herbiers.

Description

C'est le plus gros des poissons-perroquet, avec une silhouette massive et un poids maximum de 46 kg. Sa taille moyenne est de 70 cm mais il peut atteindre 130 cm.
Sa livrée est de couleur unie vert olive, vert bleu à gris ardoise, sauf la partie antérieure de sa tête qui est jaune à rose. Il possède sur la tête une grosse protubérance comme une bosse. Il est recouvert de larges écailles très dures sauf sur l’avant de la tête. Ses dents apparentes sont soudées en robustes plaques et forment un bec qui évoque celui du perroquet.
La nageoire dorsale comporte 9 épines et 10 rayons mous ; la nageoire anale est composée de 3 épines et de 9 rayons mous. 

Contrairement aux autres perroquets, les femelles et les mâles ont la même livrée. Il existe un léger dimorphisme* sexuel ;  les mâles, un peu plus gros, ont la bosse frontale directement dans le prolongement du bec, à la verticale, alors que chez les femelles la bosse commence un peu en arrière du bec.

Les juvéniles sont brun-gris avec 5 rangées verticales de points blanchâtres sur le corps. Ils ne possèdent pas encore de bosse sur la tête. Ils changent de couleur au cours de la croissance pour devenir vert sombre.

Espèces ressemblantes

De loin, sa silhouette peut faire penser au napoléon, mais de près sa bosse proéminente et son bec de perroquet lèvent toute ambiguïté.

Alimentation

Le perroquet à bosse est un herbivore : il se nourrit d’algues microscopiques contenues dans le corail. Pour les extraire, il racle ou broie des morceaux de corail avec son bec puissant et des dents situées au fond de la gorge (dents pharyngiennes). Il est réputé aussi casser les coraux fragiles à coup de tête, avec sa bosse frontale (mais ce comportement n'a pas été observé). Il ingère le squelette calcaire et les tissus mous. Il rejette ensuite les coraux pulvérisés par l'anus sous forme de sable, participant ainsi à la formation du sable corallien des plages. Selon certaines estimations, un individu de grande taille peut brouter ainsi près de 5 tonnes de coraux par an. Il se nourrit aussi d’algues benthiques à l'occasion.

Reproduction - Multiplication

On connaît peu de chose sur sa reproduction, si ce n’est que l’on croit qu’il change de sexe avec l’âge comme d'autres poissons-perroquets. Les femelles atteignent la maturité sexuelle à la taille de 61-65 cm.

Les perroquets se rassemblent sur une zone de frai, la période la plus propice serait le matin après la pleine lune. A cette période uniquement, le perroquet à bosse, habituellement grégaire, devient agressif envers ses semblables et les mâles s'affrontent violemment à coups de tête, comme des béliers. Les chocs sont si violents qu'on peut entendre le bruit à distance.

La résilience* de l’espèce est faible, le temps minimum pour doubler la population est de 4,5 ans à 14 ans. Sa croissance est lente et sa durée de vie peut atteindre 40 ans.

Vie associée

L’association est éphémère, mais on a souvent l'occasion de voir une carangue nager dans l’environnement proche d’un perroquet à bosse.

Divers biologie

Comportement social : les jeunes (jusqu’à 2 kg) sont souvent solitaires alors que les adultes vivent en groupes de 30 à 50 individus, voire plus de 75 individus. C’est un poisson grégaire qui est assez prudent vis-à-vis des plongeurs, mais il peut arriver que l’on soit inclus dans le groupe lorsqu’ils se déplacent en pleine eau. Leur comportement est alors très placide.

Informations complémentaires

L’espèce est en danger de disparition car ce poisson est beaucoup pêché ; sa chair est recherchée, de plus ses habitudes de regroupement diurne, et encore plus nocturne, dans le lagon en font une proie facile pour les pêcheurs. Le perroquet à bosse est signalé comme ayant déjà disparu de certaines zones du Pacifique. Les populations de perroquets à bosse ont diminué de 30% ces 30 dernières années.
En se nourrissant, le perroquet à bosse participe à l’écosystème des récifs coralliens en éliminant la plus grande partie du corail qu’il ingère sous forme de sable fin, créant ainsi de belles plages de sable blanc qui font la joie des touristes !

Réglementation

Le perroquet à bosse est inscrit sur la liste rouge 2008 de l'UICN (espèces menacées) avec le statut "Vulnérable".
Il ne bénéficie pas de mesures de protection spécifiques, sauf localement.
Ainsi, dans certaines régions du Pacifique, des restrictions de pêche, la nuit sont mises en place. Ces mesures devraient protéger le perroquet quand il est le plus vulnérable, du fait de ses habitudes de sommeil en groupe dans le lagon intérieur.
Le perroquet à bosse est listé dans le « Management Unit Species MUS» (plan de management des pêcheries en écosystème corallien dans les zones sous contrôle américain du Pacifique).

Origine des noms

Origine du nom français

Ses dents soudées en robustes plaques forment un bec qui évoque celui du perroquet. Sa tête surmontée d’une bosse lui donne le qualificatif de Perroquet à bosse.

Origine du nom scientifique

Bolbometopon : du grec [bolbos] = oignon, [meta-] = à côté, autour de, [ops] = le regard, la vue et par extension les yeux. Ce nom se rapporte à la bosse au niveau des yeux.

muricatum :  du latin [muricatus] = hérissé, couvert de pointes. Ce n'est pas vraiment le cas de ce perroquet, il s'agit peut-être des grosses écailles au rebord dentelé qui recouvrent son corps.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Famille Scaridae Scaridés Une seule nageoire dorsale, dents soudées formant un puissant "bec de perroquet".
Genre Bolbometopon
Espèce muricatum

Nos partenaires