Anémone encroûtante jaune

Parazoanthus axinellae | (Schmidt, 1862)

N° 508

Atlantique, Méditerranée, Manche, mer du Nord

Clé d'identification

Polype jaune vif pédonculé
Taille de 0,5 à 2 cm
Forme coloniale encroûtante

Noms

Autres noms communs français

Mimosa de mer

Noms communs internationaux

Yellow encrusting anemone (GB), Margherita di mare (I), Actinia encrostante amarilla (E), Gelbe Krusteanemone (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Palythoa axinellae Schmidt, 1862

Distribution géographique

Atlantique, Méditerranée, Manche, mer du Nord

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

On trouve cette espèce en Atlantique de la Grande-Bretagne aux Canaries, en Méditerranée, en Manche et mer du Nord.

Biotope

Les anémones encroûtantes jaunes sont sciaphiles* et craignent l'ensablement.
On les retrouve donc logiquement sur les tombants verticaux, sous les surplombs et à l'entrée des grottes balayées par un courant relativement important.
Elles occupent les zones circalittorales* de 1 m à 100 m voire 200 m de profondeur (espèces benthiques*).

Description

Ce zoanthide colonial forme des tapis composés d'individus réunis par le pied, mais autonomes.
Chaque individu est un polype, formé d'une colonne au sommet de laquelle se trouve une double couronne de tentacules fins et longs par rapport au corps de l'animal (> 0,5 cm).
La bouche se trouve au centre de cette couronne de tentacules et se prolonge par le pharynx.
L'animal est fixé au substrat par une sole pédieuse (espèce sessile*).
Le nombre de tentacules est variable, mais il s'agit toujours d'un multiple de 6 : ici 24 ou 36, ils sont disposés en 2 cycles.
Ce zoanthide est de couleur jaune vif à orangé, et sa taille varie entre 1 et 2 cm de hauteur pour 0,5 cm de largeur.
La colonie peut occuper jusqu'à plusieurs mètres carrés, elle ressemble à un tapis de fleurs.

Espèces ressemblantes

Epizoanthus paxii et d'autres espèces du même genre, présentent des ressemblances de forme mais les couleurs sont différentes.
Astroides calycularis ou Leptopsammia pruvoti de forme et couleur voisine mais qui génèrent un squelette calcaire (scléractiniaires).

Alimentation

Cette espèce est microphage*, zoophage* prédateur. Le courant apporte des proies microscopiques du zooplancton* principalement.
Si celles-ci frôlent les tentacules, les cnidocytes* (cellules urticantes) des anémones déployées, piquent la proie, et lui injectent un poison. La proie est ensuite amenée jusqu'à la bouche puis digérée.

Reproduction - Multiplication

Deux modes de reproduction principaux
- Asexuée par bourgeonnement : on voit alors apparaître des excroissances filiformes qui semblent couler de la colonie en édifiant de nouvelles anémones.
Ce mécanisme extrême est appelé la lacération pédieuse.
- Sexuée : les sexes sont portés par des individus différents (gonochorisme*). Les gamètes* sont libérés dans l'eau, la larve* (planula*) coule rapidement et si le substrat* est favorable, elle se fixe.

Vie associée

Ces zoanthides ont tendance à se développer en épibiose* notamment sur des spongiaires du genre Axinella.

Divers biologie

Les anémones encroûtantes jaunes se fixent fréquemment sur de la roche, du bois mort (épaves, etc...) mais aussi sur des tuniciers, coquilles, gorgones et sur d'autres êtres vivants.

Origine des noms

Origine du nom français

Anémone : comme toutes les anémones de mer, c'est une allusion à la fleur,
encroûtante : c'est son mode de fixation
Jaune : sa couleur
Le nom zoanthide jaune serait plus judicieux.

Origine du nom scientifique

Parazoanthus : composé du grec [para-] = "à côté de", [zôon] = animal, et [anthos] = fleur : qui ressemble à Zoanthus (un autre genre de Zoanthaires)
axinellae : parce que souvent encroûtante sur l'éponge Axinella sp.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Cnidaria Cnidaires

Organismes aquatiques (marins pour la plupart) libres ou fixés, carnivores, principalement à symétrie radiaire, caractérisés par des cellules urticantes : les cnidocytes. Deux morphologies principales : le polype et la méduse. La larve est une planula.

Classe Anthozoa Anthozoaires Cnidaires exclusivement marins, solitaires ou coloniaux, uniquement sous la forme polype (jamais de phase méduse dans le cycle de vie).
Sous-classe Hexacorallia / Zoantharia Hexacoralliaires / Zoanthaires Anthozoaires coloniaux ou solitaires, tentacules lisses, polypes à symétrie d’ordre 6.
Ordre Zoanthidea Zoanthides Hexacoralliaires coloniaux pour la plupart tropicaux. Polypes de 1 mm à 2 cm de diamètre, souvent reliés par des stolons. Ce sont les anémones encroûtantes, qui peuvent coloniser de grandes surfaces.
Famille Parazoanthidae Parazoanthidés
Genre Parazoanthus
Espèce axinellae

Nos partenaires