Gonfaron

Pagurus prideaux | Leach, 1815

N° 17

Atlantique, Manche, mer du Nord, Méditerranée

Clé d'identification

Bernard-l’ermite de taille moyenne (6 cm maximum)
Couleur générale entre le marron et le rose
Nuances violacées et orange sur les pattes
Contour des appendices locomoteurs de couleur claire
Toujours associé à l’anémone Adamsia palliata d’allure caractéristique

Noms

Autres noms communs français

Pagure de Prideaux

Noms communs internationaux

Hermit crab (GB)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Eupagurus prideauxi (Leach, 1815)
Pagurus prideauxi Leach, 1815
Pagurus solitarius Risso, 1827

Distribution géographique

Atlantique, Manche, mer du Nord, Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Pagurus prideaux se rencontre dans les mers froides et tempérées d’Europe, de la Méditerranée jusque dans les fjords de Norvège où il peut être abondant.

Biotope

L’association anémone manteau / gonfaron apprécie les fonds de sable et de gravier mêlés à des morceaux de coquilles. En Méditerranée on rencontre souvent le gonfaron sur les zones de sable au pied des tombants. La profondeur est très variable : depuis moins d’une dizaine de mètres à plus de quarante mètres.

Description

Partie visible de l’animal : bernard-l’ermite de taille moyenne, environ 5 cm avec les pattes étendues pour un spécimen adulte. La couleur générale est rosée avec des nuances orangées, marron et mauves sur les pattes. Le contour des quatre pattes visibles est bordé de blanc. Les yeux sont assez gros et de couleur foncée. Les pinces sont velues.
Deux antennes courtes terminées en peigne et deux antennes longues.
Pagurus prideaux possède une pince droite plus grosse que la gauche, deux paires de pattes visibles hors de la coquille (ou du pied de l’anémone manteau) lui servant à se déplacer et quatre pattes plus petites lui servant à se maintenir dans son logement. Certains appendices abdominaux sont transformés et servent au maintien de l’habitation.

Espèces ressemblantes

Pagurus prideaux peut être confondu avec d’autres bernard-l’ermite, mais l’anémone manteau (Adamsia palliata) qu’il porte presque toujours avec lui permet de les différencier sans erreur des autres associations bernard-l’ermite / anémone de mer.

En Méditerranée :
- Pagurus prideaux
Taille : moyen
Couleurs caractéristiques : ton général rosé, violacé et taches orange sur les appendices. Pinces poilues.
Espèce associée : exclusivement l’anémone manteau Adamsia palliata reconnaissable à ses pois mauves ovales et à sa couronne de tentacules orientée vers le bas.
Coquilles utilisées : le plus souvent l’Adamsia palliata occulte la totalité de la coquille du pagure.

- Dardanus arrosor et Dardanus calidus ont la pince gauche plus grosse que la droite.
Tailles : gros
Couleurs caractéristiques : rouge vif ou rouge brique caractéristique.
Espèces associées : parfois la coquille est nue mais le plus souvent ils transportent plusieurs individus de l’espèce Calliactis parasitica.
Coquilles utilisées : coquilles de grande taille.

- Pagurus anachoretus : Pagure anachorète
Taille : petit
Couleurs caractéristiques : tons marron, des poils clairsemés sur les appendices.
Espèce associée : pas d’anémone de mer associée à ce pagure.
Coquilles utilisées : utilise généralement des coquilles de bigorneaux ou de cérites.

De nombreux autres bernard-l’ermite sont présents sur les côtes françaises comme Pagurus bernhardus.

Alimentation

Animal détritivore* à tendance carnivore. Les tentacules de l’anémone manteau se situent derrière la bouche du gonfaron, ce qui lui permet de profiter d’une partie du repas du crustacé.

Reproduction - Multiplication

Reproduction sexuée, espèce gonochorique*. Comme la plupart des crustacés décapodes, les œufs incubés sur l'abdomen de la femelle donnent naissance à des larves planctoniques. Dans le cas des pagures, ces larves sont appelées glaucothoés. Après plusieurs mues larvaires dans le plancton, ces larves subissent une métamorphose à la suite de laquelle les animaux deviennent benthiques. C’est à ce moment que le jeune pagure recherche une coquille de gastéropode et une anémone de mer du genre Adamsia pour former une association durable.

Vie associée

Le pagure Pagurus prideaux, appelé «gonfaron» vit avec «l’anémone manteau» Adamsia palliata. Les deux animaux grandissent ensemble et lorsque la coquille devient trop étroite pour le bernard-l’ermite, l’anémone manteau étale son disque adhésif pour recouvrir et prolonger la coquille du pagure. Dans ce cas, le disque adhésif sécrète une matière cornée destinée à assurer la prolongation de la coquille. Le crustacé ne change pas ou peu de coquille au cours de sa croissance. Il arrive de rencontrer des couples gonfaron / Adamsia pour lesquels la coquille représente 20 ou 30% du logis et l’Adamsia les 80 ou 70% restant. Il est également mentionné dans la littérature que l’Adamsia peut dissoudre la coquille et former à elle seule le refuge du crustacé.

Les anémones du genre Adamsia ne se rencontrent presque pas fixées aux rochers. Il semble que le couple gonfaron / Adamsia forme une association plus étroite et plus réciproque qu’un simple commensalisme*.

Le nématomorphe Nectonema agile parasite de nombreuses espèces de décapodes, dont Pagurus prideaux, avec une spécificité parasitaire très faible.

Divers biologie

Lorsque Adamsia palliata est inquiétée, elle émet des filaments de défense appelés aconties*. Ces filaments sont de couleur blanche ou mauve suivant les individus. Lorsque cette espèce est rencontrée en plongée, il est souhaitable de ne pas la manipuler pour éviter de déclencher l’émission des aconties.

Informations complémentaires

L’émission des aconties* est certainement le moyen de défense le plus efficace du couple anémone manteau / gonfaron. Lors de la manipulation de ces animaux théoriquement inséparables deux cas de figure peuvent se présenter :
1) Le pagure défend son habitat et pince de toutes ses forces le plongeur (expérience personnelle).
2) Le pagure abandonne son anémone. Cette option semble avoir été observée à plusieurs reprises par des plongeurs : stress dû à un coup de palme, manipulation des organismes. Le bernard-l’ermite se retrouve alors sans aucune défense.

L’émission des aconties* est inévitable et on pourrait se demander s’il y a communication du stress entre les deux partenaires. Dans le cas d’une manipulation ou d’un stress engendré par le plongeur, le système de défense de l’anémone risque de ne plus être efficace, pendant un certain temps, face à un prédateur comme un poulpe ou un poisson.

Fiche validée MNHN/DORIS.

Origine des noms

Origine du nom français

Les pagures sont appelés bernard-l’ermite parce qu’ils ont été comparés, lorsqu’ils sont dans leur coquille, à un ermite dans sa cellule.

Origine du nom scientifique

Pagurus : du grec [pagos] = objet fiché, durci, et [oura] = queue. Les pagures ont une partie postérieure molle, l’abdomen, qui est fichée dans la coquille qui l'héberge.

prideaux : Charles Prideaux (1782 - 1868/69) était un conchyliologue anglais, ami de Leach.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Arthropoda Arthropodes Animaux invertébrés au corps segmenté, articulé, pourvu d’appendices articulés, et couvert d’une cuticule rigide constituant leur exosquelette.
Sous-embranchement Crustacea Crustacés Arthropodes à exosquelette chitineux, souvent imprégné de carbonate de calcium, ayant deux paires d'antennes.
Classe Malacostraca Malacostracés 8 segments thoraciques, 6 segments abdominaux. Appendices présents sur le thorax et l’abdomen.
Sous-classe Eumalacostraca Eumalacostracés Présence d’une carapace recouvrant la tête et tout ou partie du thorax.
Super ordre Eucarida Eucarides Présence d'un rostre.
Ordre Decapoda Décapodes La plupart marins et benthiques. Yeux composés pédonculés. Les segments thoraciques sont fusionnés avec la tête pour former le céphalothorax. La première paire de péréiopodes est transformée en pinces.  Cinq paires d'appendices locomoteurs (pinces comprises).
Sous-ordre Anomura Anomoures Les anomoures sont caractérisés par une cinquième paire de pattes atrophiée. Ils sont essentiellement représentés par les galathées et les Bernard l'ermite.
Famille Paguridae Paguridés Dissymétrie générale, la pince droite plus grosse que la gauche. L'abdomen est mou et protégé par une cuticule fine.
Genre Pagurus
Espèce prideaux

Nos partenaires