Mendole

Spicara maena | (Linnaeus, 1758)

N° 707

Méditerranée, Atlantique proche

Clé d'identification

Dos de couleur verte ou bleue, parfois intense
Nette tache noire rectangulaire sur les flancs
Longueur de la tête inférieure à la hauteur du corps
Nageoire dorsale continue et non échancrée
Bouche pointue, protractile

Noms

Autres noms communs français
Mandoule, amande, chuscle
Noms communs internationaux
Big picarel, blotched picarel (GB), Menola (I), Chucla, mena, mendola (E), Laxierfish (D), Mendole pikarel (NL), Laxeervis (N)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Maena maena (Linnaeus, 1758)
Maena vulgaris Valenciennes, 1830.
Spicara flexuosa Rafinesque, 1810
Spicara chryselis (Valenciennes, 1830)

Distribution géographique

Méditerranée, Atlantique proche

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

La mendole occupe toute la Méditerranée, où elle est une espèce très commune, bien que plus densément dans la zone occidentale, l’Adriatique et la mer Egée. Sa présence est occasionelle en mer Noire. On la retrouve également en Atlantique Est, de l’autre côté de Gibraltar : du Maroc au Portugal, ainsi qu’aux îles Canaries et Madère.

Biotope

Les mendoles vivent en général en petits bancs formés d’individus de même taille, parfois mélangés avec d’autres poissons (bogues, castagnoles,…), près des côtes et entre deux eaux. Elles apprécient les fonds rocheux riches en algues, sableux, vaseux ou d’herbiers, la plupart du temps entre 5 et 30 m, mais parfois jusqu’à 200 m de profondeur en hiver. Elles sont beaucoup plus littorales en été. On les retrouve la nuit immobiles sur le fond, dans les herbiers de posidonie ou posées sur les roches. Ce sont des compagnes classiques des paliers.

Description

De corps oblong, un peu comprimé, ce poisson est caractérisé en général par un dos de couleur bleue ou verte, intense et argentée, soulignée de traits dorés. Ses flancs, d’un blanc argenté, avec parfois des pointillés bleutés, sont marqués d’une nette tache noire rectangulaire, située entre la ligne latérale et le bord de la pectorale. Pendant la nuit, cette tache tend à disparaître. L’opercule, et la tête parfois, sont rayés de bleu. Il faut noter que les femelles et les jeunes ont une livrée beaucoup plus terne. Comme souvent, on gardera en mémoire que les données de coloration sont très variables et ne suffisent pas à une identification certaine : variation saisonnière, sexuelle et selon l’âge.
D’une taille moyenne entre 12 et 20 cm, certains mâles peuvent atteindre 25 cm et les plus grands individus ont une bosse sur la nuque. Les femelles sont toujours plus petites et moins élevées. La longueur de la tête est inférieure à la hauteur du corps.
La bouche est très protractile* : la mâchoire supérieure s’étire en tube. Elle contient de petites dents pointues.
La nageoire dorsale est continue et non échancrée (comprend onze épines et une douzaine de rayons mous) ; la pelvienne a une épine et 5 rayons ; la caudale est fourchue, formée de deux lobes en creux et pointus. Il n’y a pas d’épine sur l’opercule. La ligne latérale* est continue depuis l’arrière de l’œil jusqu’à la caudale.

Espèces ressemblantes

Dans le genre Spicara, une autre espèce est très ressemblante : le picarel, Spicara smaris, dont la tête est beaucoup plus petite et le corps élancé et longiligne; sa nageoire dorsale est rectiligne ; son dos est brun ou jaune grisâtre.

Alimentation

C’est un poisson planctonophage* dans la journée, mais au crépuscule il se nourrit aussi de petits animaux benthiques* (crustacés, mollusques) et même de végétaux.

Reproduction - Multiplication

Ce poisson est à hermaphrodisme* protogyne* c’est à dire que l’inversion sexuelle s’effectue dans le sens d’abord femelle, puis mâle. La maturité sexuelle des femelles arrive à deux ans, celle des mâles à trois ans. Les mâles arborent alors une couleur bleue plus intense. Selon la localisation, la reproduction a lieu du printemps à l’automne, à faible profondeur (entre 10 et 20 m) où les mâles se regroupent et paradent au-dessus du sable. Les œufs, collants, sont pondus dans des trous préparés par les mâles où ils sont immédiatement fécondés. Par la suite, les mâles les ventilent et les protègent.

Divers biologie

Le genre Spicara a posé de gros problèmes aux systématiciens pour décrire chaque espèce. En effet, la coloration de ces poissons est très variable, selon le sexe, la maturité sexuelle, l’inversion sexuelle mais aussi les modifications saisonnières. Aussi, le nombre d’espèces décrites a largement augmenté après Linné. Cependant, depuis 1950, des études ont prouvé qu’une simplification était possible et même, en 1971, par l’étude des cristallins, que ce genre ne comprendrait sans doute que deux espèces locales S. maena et S. smaris.

Informations complémentaires

La chair de la mendole est comestible (friture) mais ne rencontre pas un grand succès car elle est pleine d’arêtes. Elle a même été, à une certaine époque, considérée comme impropre à la consommation (« mange-mendole » était alors une insulte grave !).

Origine des noms

Origine du nom français

Mendole : du latin [mendum] = tache sur le corps.
Amendolle en provençal ancien.

Origine du nom scientifique

Spicara : du latin [spica] = épi, pointe (du fait de la forme de sa bouche ou des nombreux rayons de ses nageoires ?)
maena : mot latin désignant un petit poisson de mer.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Percoidei Percoïdes Une ou deux nageoires dorsales dont les éléments antérieurs sont des épines aiguës. Nageoires pelviennes avec une épine, rayons mous.
Famille Centracanthidae Centracanthidés
Genre Spicara
Espèce maena

Nos partenaires