Lompe

Cyclopterus lumpus | Linnaeus, 1758

N° 298

Manche, Atlantique Est et Ouest

Clé d'identification

Corps trapu, globuleux
Ventouse thoracique
Pas d’écaille

Noms

Autres noms communs français
Lump, mollet, cycloptère, poule de mer, grosse poule de mer ou poule d’eau (Québec)
Noms communs internationaux
Lumpsucker, lumpfish (GB), Lompa (E), Seehase (D), Rognkjeks (NL)

Distribution géographique

Manche, Atlantique Est et Ouest

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Atlantique Nord-Ouest

Ce poisson se rencontre dans les eaux septentrionales des deux côtés de l’Atlantique. Manche et côtes nord atlantiques pour l’Europe où il se trouve au sud de son aire de répartition pour la reproduction, de la baie d’Hudson et de l'île de Baffin aux Bermudes en passant par les côtes Est du Canada pour l’Atlantique Ouest.

Biotope

Le lompe fréquente les zones rocheuses littorales jusqu’à 300 m de profondeur et plus. Ce n’est que pendant la reproduction (fin de l’hiver à la fin de l’été selon les régions) que cette espèce s’approche des côtes.

Description

Le corps est lourd, massif et globuleux. Les nageoires pelviennes sont modifiées en un puissant disque (ou ventouse) adhésif thoracique qui mesure près de 8 à 10 cm de diamètre. Ce poisson possède deux nageoires dorsales et une anale. La peau est épaisse pouvant atteindre plus d’un centimètre, sans écaille, parsemée de nombreux tubercules coniques osseux, certains alignés (les plus grands selon 4 rangées). La coloration est variable en fonction de l'habitat : gris noirâtre, plus clair sur le ventre ; devenant rouge orangé chez les mâles, vert ou bleu chez les femelles au moment de la reproduction. Taille : de 40 à 50 cm pour un poids de 2 à 3 kg, 60 cm au maximum pour un poids de 9,5 kg, le mâle étant plus petit que la femelle.

Espèces ressemblantes

Liparis liparis : plus petite (12 à 15 cm), coloration brunâtre avec des lignes longitudinales sombres et claires, répartition plus nordique.

Alimentation

Carnivore, son alimentation est composée de mollusques, vers, méduses, échinodermes, crustacés et de quelques poissons (harengs, lançons).

Reproduction - Multiplication

La reproduction est sexuée. La ponte se déroule de février à avril dans les eaux européennes et de juin à juillet dans les eaux nord américaines à faible profondeur. La femelle peut pondre jusqu’à 250 000 œufs d’environ 2,5 mm de diamètre. Ces œufs forment une masse collante qui se fixe au substrat.
C’est le mâle qui garde jalousement la ponte, pouvant, de ce fait, se laisser piéger par la marée basse et rester ainsi hors de l’eau, il continuera pendant ce temps à défendre sa ponte contre les prédateurs. Durant l’incubation, qui peut durer une quarantaine de jours, il fourre fréquemment sa tête dans la masse des œufs pour en agrandir la superficie et faire passer, en ouvrant et fermant la bouche régulièrement, un courant d’eau pour les vivifier.
La femelle, après avoir déposé sa ponte, retourne immédiatement en eau profonde. Pendant les deux premières années de leur existence, les jeunes restent à proximité des côtes. Ensuite ils s’en éloigneront, pour revenir à l’âge de 5 ou 6 ans pour se reproduire eux aussi.

Vie associée

Cette espèce est parasitée par de petits vers incrustés dans la peau ou par des copépodes.

Divers biologie

Il peut s’attacher par sa ventouse à des objets solides.
Ces principaux prédateurs sont les phoques, les cachalots et certains requins comme le laimargue du Groenland.

Informations complémentaires

On estime la durée de vie du lompe à 14 ans.
La chair, flasque, gélatineuse et huileuse est peu consommée. C’est dans les pays nordiques qu’on la consomme plutôt, fraîche ou fumée, et c’est celle des mâles qui est plutôt appréciée. On utilise le plus souvent le lompe comme nourriture pour les animaux domestiques (chiens, porcs) ou comme appât dans les casiers à crustacés.
Les œufs sont commercialisés sous le nom « d’œufs de lumpe » (faux caviar). Ils sont alors le plus souvent colorés en noir ou en rouge vif, leur couleur naturelle étant plutôt rose-orangé.
Cette espèce est nordique, sa présence sur les côtes françaises n’est remarquée que l’hiver où elle remonte très près des côtes pour pondre.

Origine des noms

Origine du nom français

Cycloptère : voir l’origine du nom scientifique.

Origine du nom scientifique

Cyclo- : du grec [kuklos] = cercle et pterus : du grec [pterugion] = nageoire.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Scorpaeniformes Scorpéniformes Poissons scorpions.
Sous-ordre Cottoidei Cottoïdes Joues cuirassées.
Famille Cyclopteridae Cycloptéridés
Genre Cyclopterus
Espèce lumpus

Nos partenaires