Grande vieille

Labrus bergylta | Ascanius, 1767

N° 872

De la Norvège au Maroc, Açores, Madère, Canaries

Clé d'identification

Corps massif
Une seule nageoire dorsale haute sur l'arrière
Lèvres charnues
Grosses dents coniques

Noms

Autres noms communs français

Vieille, vieille commune (général), Roucaou noir, rouquié, lucrèce, lasagne (Provence), Groarc'h (Finistère), Demoiselle, corlazo (Groix, Lorient), Vras (Cancale), Vrac (Granville), Crahotte, moulard (St Brieuc), Nade (Vendée, Noirmoutier), Matiote (Arcachon), Mutchurdina, tenka, durdoa, aihena (Pays Basque)

Noms communs internationaux

Ballan wrasse (GB), Gefleckter lippfisch (G), Geflekte lipvis (NL), Berggylt (Dan, N), Berggylta (S), Viherhuulikala (Fin), Vaquete, maragota (E), Margota, budiao (P), Laszi (I), Chilou papagallos (G), Kniazik (Pol)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Crenilabrus multidentatus
Labrus variabilis
Labrus reticulus
Labrus maculatus
Labrus afer
Labrus donovani
Labrus nubilus
Labrus comber

Distribution géographique

De la Norvège au Maroc, Açores, Madère, Canaries

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Du nord de la Norvège aux côtes du Maroc.
Particulièrement abondantes autour des îles Britanniques, sur les côtes françaises de la mer du Nord, de la Manche et du golfe de Gascogne, les grandes vieilles sont présentes également aux Açores, Madère, Canaries.
Elles sont rares en Méditerranée, mer de Marmara et mer Noire.

Biotope

La vieille affectionne les côtes rocheuses, les parois verticales et les champs de laminaires.
Elle apprécie particulièrement les grandes failles et les grottes et ne craint pas les zones fortement battues des récifs du large.
On peut la trouver de la zone des marées jusqu'à plus de 30 mètres.

Description

Plus grand labridé de nos régions, la vieille a un corps massif, fuselé, protégé par de grandes écailles tenaces. La tête forme une sorte de museau; la bouche, terminale, aux grandes lèvres de couleur vert émeraude à bleuâtre porte de fortes dents coniques, 13 pour la mâchoire supérieure, 20 pour l'inférieure.
La couleur est très variable, allant du marron foncé marbré de beige clair au rouge orangé parsemé de taches blanches en passant par le vert émeraude, en particulier chez les jeunes.
Les avis sont partagés sur les raisons de ces différentes colorations liées à l'âge, à la maturité sexuelle et probablement aussi à l'environnement habituel.
Il n'y a pas de dimorphisme sexuel apparent.
La vieille présente une seule nageoire dorsale comportant de l'avant vers l'arrière, de 18 à 21 rayons épineux suivis de neuf à dix rayons mous, plus longs. La silhouette générale, comme la forme des nageoires, donnent à la grande vieille une fausse allure de petit mérou... que ne dément pas son comportement curieux à l'égard des plongeurs.
La taille peut atteindre 60 cm, en moyenne 35/40, pour un poids maximal de 4,5 kg.

Espèces ressemblantes

Il y a peu de risques de confusion dans sa zone, sinon à partir des côtes portugaises et en Méditerranée avec le labre vert (Labrus viridis) ou le labre merle (Labrus merula).

Alimentation

La vieille est carnivore et se nourrit de crustacés et de mollusques : crevettes, crabes, jeunes homards, pouces-pieds, moules, gastéropodes.
Peu de carapaces ou de coquilles résistent à sa puissante mâchoire équipée de solides dents.
Au pied des tombants et des roches colonisées par les moules, une grande quantité de débris de coquilles atteste de son activité, au point que le sable en est parfois constitué à plus de 80%.

Reproduction - Multiplication

Comme la plupart des labridés, la vieille naît femelle et peut changer de sexe entre 4 et 14 ans.
La maturité sexuelle intervient entre 6 et 9 ans.
Au début de l'été, le mâle construit un nid d'algues, cystoseires ou sargasses, dans une faille ou une anfractuosité. La femelle y pond ses œufs, rendus adhérents par un mucus, qui sont généralement confiés à la garde du mâle. Celui-ci les recouvre d'algues et patrouille autour de son nid jusqu'à l'éclosion après 1 à 2 semaines d'incubation.
Après une courte vie pélagique (9 à 12 semaines) les juvéniles survivants rejoindront les champs d'algues, rendus peu visibles par leur coloration verte. Ils mesurent alors 6 à 8 cm.

Divers biologie

A l'âge adulte, la grande vieille n'a que peu de prédateurs "naturels", hormis les phoques, probablement les grands dauphins et autres mammifères marins fréquentant nos côtes.
Les jeunes peuvent servir de proies aux congres, bars, lieus, seiches et calmars suffisamment perspicaces pour les repérer dans les champs d'algues parmi lesquelles ils se dissimulent.

Informations complémentaires

La vieille, peu appréciée des consommateurs, n'offrant guère de concentrations justifiant une pêche industrielle, n'est pratiquement consommée que dans les zones côtières.
Elle est pêchée au filet trémail ou à la ligne et représente un faible apport : 50 à 70 tonnes par an en moyenne, pour les ports français.
Cible privilégiée des pêcheurs plaisanciers et des "petits chasseurs" sous-marins, elle s'est raréfiée dans les secteurs les plus fréquentés mais ne semble pas vraiment menacée.
Il est probable que, comme le mérou en Méditerranée, elle a appris à se méfier et sait parfaitement distinguer le plongeur inoffensif du prédateur palmé...

Origine des noms

Origine du nom scientifique

Du latin [labrus] = lèvre, et du scandinave [berggylt].

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Labroidei Labroïdes Une seule dorsale, dents molariformes formant un puissant appareil masticatoire.
Famille Labridae Labridés Lèvres épaisses.
Genre Labrus
Espèce bergylta

Nos partenaires