Clathrus d'eau

Hydroclathrus clathratus | (C. Agardh) M.A. Howe

N° 1562

Cosmopolite des mers chaudes

Clé d'identification

Forme subsphérique percée de trous arrondis
Couleur brune
Visible du printemps à l’automne

Noms

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Encoelium clathratum C. Agardh 1823
Hydroclathrus cancellatus Bory de Saint-Vincent 1825
Talarodictyon tilesii Endlicher 1843
Asperococcus cancellatus (Bory de Saint-Vincent) Sonder 1846
Asperococcus clathratus (C. Agardh) J. Agardh 1848

Distribution géographique

Cosmopolite des mers chaudes

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Indo-Pacifique, Caraïbes

Cette algue est répandue dans de nombreuses mers chaudes (océans Atlantique, Indien et Pacifique). Elle est qualifiée de pantropicale.
En Europe, on la trouve en Méditerranée (sauf dans la partie nord de l’Adriatique et dans la partie nord du golfe du Lion) et dans l’Atlantique Nord-Est du sud du Portugal aux Canaries. Concernant les zones DORIS, elle est aussi présente aux Caraïbes, en Polynésie française, et à la Réunion.

Biotope

Le clathrus d’eau est une algue photophile*, visible depuis la proche surface jusqu’à 20 m. Il n’est visible que du printemps à l’automne.

Description

Le clathrus d’eau se présente sous la forme d’une boule boursouflée creuse de 3 à 15 cm de diamètre, percée de multiples trous de forme arrondie. La couleur est brune. Les individus les plus jeunes sont moins troués que les individus âgés.

Espèces ressemblantes

Le plongeur distrait pourrait confondre le clathrus d’eau avec le béret basque Codium bursa (Linnaeus) C. Agardh, mais cette algue verte, de forme sphérique et aplatie quand elle est âgée, ne présente pas de perforations.

Elle pourrait aussi être confondue avec Colpomenia sinuosa (Mertens ex Roth) Derbès & Solier et Colpomenia peregrina Sauvageau, deux algues brunes qui ont la même écologie et la même morphologie mais sans les trous caractéristiques.

Alimentation

Les algues fabriquent les sucres de leur biomasse par photosynthèse*. Ce processus de transformation de l’énergie lumineuse en énergie chimique grâce à des pigments de type chlorophylle, n’est possible que dans une situation d’éclairement. Cependant la quantité de lumière nécessaire est très variable selon l’espèce.

Reproduction - Multiplication

Cette algue annuelle change de morphologie selon le stade de son cycle biologique qui est digénétique*. La forme subsphérique visible correspond au stade sporophyte*.

Divers biologie

Cette algue apparaît sporadiquement en été en Méditerranée. N’hésitez pas à la prendre en photo si vous la rencontrez !

Informations complémentaires

Le genre Hydroclathrus compte quatre espèces. Une seule est a priori présente en Méditerranée. Cependant, il n'est pas exclu qu'une autre espèce ait été introduite dans le bassin de Thau (cf. photo).

Origine des noms

Origine du nom français

Clathrus d’eau est la francisation de son nom de genre. Ce nom a probablement été attribué en raison de la ressemblance de l'algue avec le champignon terrestre Clathrus ruber P. Micheli ex Pers.

Origine du nom scientifique

Du grec [udor] = eau et [clêthr-] = grillage.
Du latin [clathratus] = garni d'une grille.
Le nom d’espèce insiste sur les ouvertures en réseau, évoquant un grillage.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Ochrophyta Ochrophytes ou Hétérokontes, ou Straménopiles: présence d'un stade unicellulaire à 2 flagelles, un lisse et un à poils tubulaires.
Classe Phaeophyceae Phéophycées Algues brunes.
Ordre Scytosiphonales Scytosiphonales Thalle de type paranchymateux, chaque cellule avec un seul chromatophore* avec un pyrenoïde* plus ou moins sphérique à l’intérieur.
Famille Scytosiphonaceae Scytosiphonacées Thalle constitué par plusieurs couches de cellules. Division cellulaire uniquement à l’extérieur, les cellules intérieures augmentent de taille et se séparent pour donner un thalle creux. Sporanges en 1 ou 2 rangées.
Genre Hydroclathrus
Espèce clathratus

Nos partenaires