Holothurie cendre brune

Holothuria fuscocinerea | Jaeger, 1833

N° 2787

Mer Rouge et zones tropicales et subtropicales des océans Indien et Pacifique

Clé d'identification

Holothurie de taille moyenne (taille maximum 25 cm)
Couleur beige rosé à grisâtre avec 3 à 7 taches noirâtres à rouille distribuées en 2 séries inégalement alignées le long des radius
Zone anale marquée par un anneau noir
Papilles de la face dorsale portées par de grosses verrucosités distribuées sans ordre
Bague noire sur le pédoncule des podia ventraux
Organe de Cuvier présent et très fonctionnel

Noms

Noms communs internationaux

Ashen sea cucumber, ashy pink sea cucumber (GB), Labuyo (Philippines).

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Holothuria curiosa Ludwig, 1875
Holothuria (Holothuria) fuscocinerea Jaeger, 1833

L'appellation Holothuria (Stauropora) fuscocinerea Jaeger, 1833, indiquant le sous-genre, est une appellation également valide.

Distribution géographique

Mer Rouge et zones tropicales et subtropicales des océans Indien et Pacifique

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Outre la mer Rouge, la distribution de l'espèce comprend l'océan Indien, depuis les côtes orientales de l'Afrique (de Djibouti à l'Afrique du Sud) à l'Australie en passant par Madagascar, les Mascareignes, le golfe Persique, les Maldives, l'Inde et toute la côte du sud-est asiatique. L'espèce est également présente dans l'océan Pacifique, du sud du Japon et de la Chine aux côtes occidentales du Mexique jusqu'à l'Equateur, en passant par l'est australien, l'Indonésie, les Philippines et toutes les îles du Pacifique tropical.

Biotope

Cette espèce se rencontre dans les zones sableuses et sablo-détritiques* des récifs et des pentes externes ainsi que dans les herbiers. Elle vit en général entre 0 et 10 m, mais on peut la trouver jusqu'à 40 m.

Description

Holothuria fuscocinerea est une holothurie de taille moyenne (taille maximum 25 cm). Son corps est cylindrique et s'affine aux deux extrémités. Le trivium* (face ventrale) est légèrement aplati. Le tégument* est fin, il est plissé quand l'animal est légèrement contracté mais paraît grumeleux quand il est décontracté.

La couleur du bivium* (face dorsale) est beige rosé à grisâtre avec 3 à 7 taches noirâtres à rouille distribuées en deux séries inégalement alignées le long des radius*. Ces taches sont souvent coalescentes transversalement quand elles sont en regard l'une de l'autre, au point que certains individus peuvent paraître porter des selles noirâtres sur le bivium. La couleur de fond d'autres individus peut être un ocre uniforme plus ou moins foncé.
La zone anale est marquée par un anneau noir piqueté de petites taches blanches.
Le trivium est uniformément beige clair à grisâtre.

Les papilles du bivium sont portées par de grosses verrucosités distribuées sans ordre ; elles sont translucides avec un anneau noir. Les podia du trivium sont relativement nombreux, gros et courts avec une bague noire sur le pédoncule située à peu près à mi-distance de sa base et du disque terminal, qui est blanc. Ils sont distribués sur toute la surface du trivium mais ils sont plus nombreux sur les radius*.

La bouche, ventrale, porte 20 gros tentacules peltés* entourés de papilles. L'anus est dorsal.
L'organe de Cuvier* est présent et très fonctionnel : cette espèce expulse des tubes de Cuvier bleutés peu nombreux mais de gros diamètre, souvent dès le premier contact.

Espèces ressemblantes

Le patron de couleur claire avec deux séries de taches foncées ornant les radius du bivium est relativement répandu chez les holothuries et peut produire des confusions. Pour citer quelques espèces manifestant cette caractéristique dans la zone de distribution d’Holothuria fuscocinerea (sachant qu'aucune ne présente un anneau noir autour de l'anus ni des podia ventraux bagués de noir) :

Holothuria pervicax : c'est avec cette espèce que les confusions sont les plus fréquentes. La couleur de fond est beige à jaunâtre parfois cendré. Les taches foncées présentes sur le bivium constituent des paires transversales souvent coalescentes plutôt que des lignes parallèles longitudinales. Les papilles sont portées par des verrucosités de grande taille de couleur rosâtre avec de multiples petites taches blanches. L'organe de Cuvier est présent et très fonctionnel, les tubes de Cuvier ressemblent à ceux d'Holothuria fuscocinerea. L'espèce est répandue dans tout le domaine indo-pacifique et on la trouve aussi en mer Rouge.

Holothuria arenicola : cette espèce est de couleur généralement uniforme beige à ocre plus ou moins foncé, ses deux séries de taches radiaires sont marron rouge, son tégument est rugueux et elle porte des podia (vs des papilles) sur le bivium. Cette espèce ne possède pas d'organe de Cuvier. On la trouve en mer Rouge et dans les zones tropicales et subtropicales des océans Indien, Pacifique et Atlantique.

Holothuria insignis : c'est une holothurie de petite taille (entre 2 et 8 cm). Son bivium est noirâtre à gris-brun et le trivium est grisâtre. Bivium et trivium portent de petites verrucosités blanchâtres, et le corps est couvert par une multitude de points clairs correspondant à des amas de spicules*. Cette espèce peu connue n'est signalée que de Hong-Kong, du nord-est de l'Australie et du sud-est de l'Iran.

Holothuria pardalis : la couleur de fond est en général un beige jaunâtre à rosé piqueté d'une multitude de minuscules points blancs et d'un grand nombre de petites taches brun foncé à forme et répartition aléatoires. Cette couleur de fond présente des zones diffuses marron clair et d'autres blanches, dont les emplacements sont variables. Deux séries longitudinales comprenant généralement de 5 à 10 paires de taches brun foncé suivent les radius du bivium. Le trivium est blanc jaunâtre à jaune. Cette espèce ne possède pas d'organe de Cuvier. Sa distribution est globalement identique à celle d'Holothuria fuscocinerea.

Holothuria verrucosa : la couleur de fond est marron clair à beige rosâtre avec des zones plus claires que les autres. De larges taches brun foncé forment deux séries parallèles sur les radius du bivium. Ces taches peuvent être coalescentes longitudinalement et transversalement. Il existe des individus à couleur dominante blanc jaunâtre. Ce qui distingue le plus facilement cette espèce d'H. fuscocinerea est la présence de hautes papilles coniques sur le bivium. Cette espèce ne possède pas d'organe de Cuvier. On rencontre H. verrucosa en mer Rouge, dans l'océan Indien et dans les zones tropicales et subtropicales du Pacifique.

Holothuria lineata : cette espèce peut présenter deux séries de taches brunes parallèles le long du bivium, mais la couleur de fond est blanc sale à jaunissant moucheté d'une multitude de points blancs et de nombreuses petites taches noires éparses. Les papilles sont coniques, petites et la base de certaines d'entre elles est jaune, notamment auprès des taches brunes. Cette espèce discrète n'est signalée que par des spécimens prélevés en mer Rouge, au Mozambique, à l'île Maurice, en Australie, dans les îles Cocos (ex-Keeling) et à Hawaï.

Alimentation

Holothuria fuscocinerea est limnivore*, ce qui signifie qu'elle ingère le sédiment et en retient les nutriments d'origine végétale et animale, les déchets et les bactéries qui y sont contenus. Elle participe ainsi à l'équilibre des écosystèmes* côtiers tant par élimination de débris organiques que par remaniement du substrat*.
Elle ne sort de son abri pour se nourrir que la nuit.

Reproduction - Multiplication

Le mode de reproduction de cette espèce ne diffère pas de celui des autres holothuries de l'ordre des Aspidochirotes : en situation de reproduction la majorité des holothuries, mâles et femelles plus ou moins regroupés, se dresse le plus haut possible pour diffuser les gamètes* émis dans la colonne d'eau. La fécondation* a lieu au hasard des rencontres de ces gamètes dans le courant. Les larves* sont pélagiques*. Les stades larvaires (blastula*, puis auricularia*, puis doliolaria*) se déroulent en pleine eau. A la fin du dernier stade, le juvénile rejoint définitivement le substrat et évolue vers l'âge adulte.

La reproduction se déroule durant la saison chaude. Selon les saisons, la fécondité des femelles va de 500 000 à 9,9 millions d'œufs par individu, la moyenne étant d'un peu moins de 3 millions. Ce grand nombre d'œufs et leur petite taille autorise à supposer que les larves se nourrissent de plancton (vs les espèces à faible nombre d'œufs de plus grande taille, dont les larves sont lécitotrophiques*, ce qui signifie qu'elles se nourrissent des réserves abondantes présentes dans l'œuf). C'est sans doute pourquoi la reproduction a lieu pendant la saison chaude et humide, qui correspond aux périodes d'accroissement de la masse de phytoplancton* qui sert de nourriture aux larves.

Divers biologie

Comme la majorité des espèces d'holothuries les tissus de H. fuscocinerea contiennent des molécules extrêmement toxiques groupées sous le nom de saponines, l'ensemble étant communément appelé holothurine. Cette substance provoque une hémolyse (destruction des globules rouges) pathologique dont l'effet sur les poissons et d'autres organismes marins est mortel.

On peut voir cette espèce, comme beaucoup d'autres, couverte de lambeaux de peau morte, comme si l'holothurie muait : un lien a été suggéré entre ces périodes de désquamation et l'excrétion de résidus de l'activité métabolique par les arbres respiratoires. Ces résidus seraient portés vers le tégument et ainsi périodiquement éliminés. Il peut également s'agir de déparasitage externe, la fonction précise de ce comportement n'est pas clairement élucidée. On peut voir parfois des poissons picorer cette « peau » dont se débarrasse l'holothurie.

L'armature du corps (les spicules*) est composée de tables et de boutons peu développés pour ce qui concerne le tégument* dorsal et ventral, les tentacules portent des bâtonnets incurvés, les podia ventraux des bâtonnets perforés, des plaques, des boutons et des tables, les papilles dorsales de longs bâtonnets et des tables de grand diamètre.

Informations complémentaires

L'espèce est commune dans certaines parties de sa distribution, mais elle n'est pas pêchée préférentiellement, du fait de sa faible valeur commerciale. Toutefois, la raréfaction des espèces à forte valeur commerciale du fait de leur surpêche risque de reporter à court ou moyen terme le risque de déclin des populations sur les espèces de moindre valeur.
Elle est pêchée notamment en Chine, en Malaisie, aux Philippines et au Mexique.

Réglementation

La Liste Rouge de l'UICN classe cette espèce sous la rubrique « LC » (Least Concerned, soit : préoccupation mineure), ce qui signifie selon les texte de UICN qu'il s'agit d'une espèce pour laquelle le risque de disparition est faible (et qui est donc faiblement concernée par la nécessité de mesures de protection).

Origine des noms

Origine du nom français

Holothurie cendre brune : traduction libre du nom scientifique : holothuria fuscocinerea.

Origine du nom scientifique

Holothuria : le terme grec [holothourion] est le nom donné par Aristote à un animal que les ambiguïtés de description rendent impossible à déterminer. Le mot latinisé « holothurium » a désigné d'abord des cnidaires, puis a été appliqué aux échinodermes.
Une tentative de décomposition du mot grec [holothourion] en : [holo-] = entier ; et [thouro-] = impétueux, produit l'interprétation fréquente : « tout à fait impudique ». La forme phallique de ces animaux motive cette interprétation.

fuscocinerea : cette épithète spécifique est composée de deux mots latins : l'adjectif [fuscus] qui signifie sombre, noir, et le nom [cinis, cineris], qui désigne la cendre. L'adjectif [cinereus] ([cinerea] au féminin), désigne un raisin de couleur cendrée. Le mot fuscocinerea évoque donc la couleur cendrée de cette espèce, en insistant sur son aspect noirâtre.

NB : le nom scientifique complet de cette espèce est Holothuria (Stauropora) fuscocinerea. Le sous-genre Stauropora a été créé par Rowe en 1969. L'auteur compose explicitement ce nom par l'association des mots grecs [staurus], croix, et [pora], trou, et le justifie par l'existence d'un trou en forme de croix situé au centre de certains spicules caractéristiques de l'espèce-type, Holothuria discrepans. Pour ce qui concerne la morphologie externe, ce sous-genre est caractérisé par un corps d'assez petite taille (de 10 à 12 cm), dorsalement arqué et à trivium plat, des podia ventraux alignés sur trois rangs, des papilles dorsales courtes à distribution irrégulière et un collier de papilles entourant parfois la base des tentacules. Le tégument est souple et peu épais, mesurant usuellement entre 1 et 2 mm.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Echinodermata Echinodermes Symétrie radiale d'ordre cinq (chez les adultes). Squelette de plaques calcaires bien développé sous le derme. Présence d'un système aquifère auquel appartiennent les podia souvent visibles extérieurement.
Classe Holothuroidea Holothuroïdes Echinodermes vermiformes, ouverture buccale à l’extrémité antérieure du corps et entourée d’une couronne de tentacules rétractiles, anus postérieur, une seule gonade : holothuries, concombres de mer.
Endosquelette réduit à de microscopiques ossicules ou plaques, inclus dans la paroi du corps.
Super ordre Aspidochirotacea Aspidochirotacés
Ordre Holothuriida Holothuries

(Anciennement: Aspidochirotida / Aspidochirotes) Symétrie bilatérale, avec une sole de reptation et des podia buccaux en forme d’écusson. Présence de poumons, pas de muscle rétracteur de la bouche.

Famille Holothuriidae Holothuriidés Podia munis d’ampoules. La gonade est placée à gauche du mésentère dorsal.
Genre Holothuria
Espèce fuscocinerea

Nos partenaires