Corail-anémone

Heliofungia actiniformis | (Quoy & Gaimard, 1833)

N° 2142

Indo-Pacifique central

Clé d'identification

Scléractiniaire solitaire et libre de forme arrondie et plate pouvant atteindre 21 cm
Grande bouche centrale
Tentacules toujours épanouis, longs et épais, terminés par une acrosphère blanche ou rose
Disque oral recouvert d'un tissu strié

Noms

Autres noms communs français

Heliofungia, corail actinimorphe

Noms communs internationaux

Anemone coral, heliofungia, long tentacle fungia, sunflower mushroom hard coral, plate coral (GB), Corallo a piatto (I), Anemonenkoralle (D), Anemoonkoraal (NL)

Distribution géographique

Indo-Pacifique central

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Heliofungia actiniformis se rencontre depuis la mer d'Andaman, l'Indonésie, les Philippines jusqu'aux îles Salomon, l'Australie tropicale et le sud du Japon. Cette espèce est présente en Nouvelle-Calédonie.

Biotope

Le corail-anémone vit librement sur des fonds plats sédimentaires ou sur des débris de coraux entre 5 et 15 m de profondeur, dans les lagons coralliens et sur les pentes douces peu turbides.

Description

Heliofungia actiniformis est un scléractinaire solitaire, de très grande taille pouvant atteindre 21 cm de diamètre (un des plus grands scléractiniaires), de forme ronde à ovale assez plate. Il n'est pas attaché au substrat*.
La bouche, à disposition centrale, peut atteindre jusqu'à 3 cm de longueur.
Les tentacules* sont épanouis jour et nuit. Ils sont très longs (jusqu'à 10 cm de longueur), sinueux, et ressemblent aux tentacules des grandes anémones de mer. Leur couleur est variable selon les régions : bleu-vert ou gris avec des veinures parfois visibles et une extrémité munie d'une petite vésicule arrondie (acrosphère*) rose ou blanche.
Le disque oral est recouvert d'un tissu strié. Les septes* sont peu visibles. Ils portent de grandes dents arrondies.
Les jeunes forment des agrégats attachés au substrat par une sorte de tige puis se séparent.

Espèces ressemblantes

Euphyllia glabrescens, un scléractiniaire de la famille des Euphylliidés, ressemble à H. actiniformis. Cependant, cette espèce coloniale est fixée au substrat et a des polypes plus courts et plus fins.

On peut aussi confondre ce corail avec un jeune individu de l'anémone de Mertens, Stychodactyla mertensii, dont les polypes sont épais, arrondis et courts. Cependant, les actinies ne possèdent pas de squelette calcaire externe comme les scléractiniaires.

Le squelette calcaire d'Heliofungia actiniformis est semblable à celui des autres Fungiidés, cependant les dents arrondies des septes sont caractéristiques de l'espèce. De même, les tentacules très longs et très épais ne se rencontrent pas chez les autres Fungiidés.

Alimentation

Le corail-anémone vit en symbiose* avec des algues unicellulaires symbiotiques qui lui fournissent une partie de sa nourriture, via la photosynthèse que ces algues font in situ dans les tissus du corail.
Il est aussi carnivore et capture de petites proies qui passent à portée de ses tentacules armés de cellules urticantes, les cnidocytes*.

Reproduction - Multiplication

Ce corail se reproduit de manière sexuée et asexuée.
Lors de la reproduction sexuée, les gamètes* mâles et femelles sont lâchés dans l'eau et donnent naissance à des larves qui se posent sur le substrat. Le polype juvénile est accroché au substrat par une sorte de tige. Ses tissus endommagés se séparent et forment des agrégats de nouveaux individus par reproduction asexuée. La mortalité est très forte à ce stade d'agrégat attaché.
Au stade juvénile, le polype prend une forme de vase, qui va s'aplatir en grandissant. Au stade adulte, la tige disparaît et le polype devient libre.
Aucune saisonnalité n'a été relevée pour la reproduction.

Vie associée

Heliofungia actiniformis peut accueillir des crevettes commensales. En particulier, la crevette Cuapetes kororensis est fréquemment rencontrée sur ce corail. De plus, un syngnathe, Siokunichthys nigrolineatus, vit en association avec Heliofungia actiniformis.
Deux gastéropodes Epitoniidés, Epifungium hoeksemai et Surrepifungium patamakanthini et un Muricidé Leptoconchus sp. sont des prédateurs du corail-anémone. Ils vivent à l'abri sous le corail et se nourrissent du mucus de leur hôte. Néanmoins, les Fungiidés sont réputés pour leur capacité à régénérer leurs tissus et à résister à ce type de prédation.

Divers biologie

Cette espèce est commune dans son aire de répartition. Elle vit à l'état libre et peut se déplacer sur le substrat.
En milieu naturel, la taille la plus fréquente est de 12 cm, ce qui correspond à un âge de 20 ans environ. Ce corail fait partie des espèces qui ont une croissance lente.

Informations complémentaires

Heliofungia actiniformis est la seule espèce du genre Heliofungia.
Cette espèce est très appréciée des aquariophiles, bien qu'elle soit fragile. Les prélèvements sont effectués en milieu naturel, principalement en Indonésie. Son statut récent d'espèce vulnérable va-t-il faire diminuer les quotas de pêche ? (NB : il y a entre 40 000 et 49 000 individus importés par an dans la communauté européenne).

Réglementation

Heliofungia actiniformis est inscrite sur la liste rouge de l'UICN des espèces menacées du Pacifique (statut vulnérable code A4cd depuis 2008). L'UICN a motivé sa décision en considérant la lenteur du renouvellement des générations par rapport à la dégradation de son habitat. Une nouvelle évaluation du statut sera faite au bout de 10 ans.

Heliofungia actiniformis figure à l'annexe II de la convention de Washington. Sa commercialisation est donc réglementée et ne peut se faire qu'après l'obtention d'un permis CITES.

Origine des noms

Origine du nom français

Corail-anémone du fait de sa ressemblance avec une anémone de mer.

Origine du nom scientifique

Heliofungia : du grec [helios] = soleil et du latin [fungus] = champignon.
C'est un corail champignon qui ressemble à un soleil (ses tentacules sont comme des rayons).
actiniformis : en forme d'actinie, du fait de sa ressemblance avec une anémone de mer.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Cnidaria Cnidaires

Organismes aquatiques (marins pour la plupart) libres ou fixés, carnivores, principalement à symétrie radiaire, caractérisés par des cellules urticantes : les cnidocytes. Deux morphologies principales : le polype et la méduse. La larve est une planula.

Classe Anthozoa Anthozoaires Cnidaires exclusivement marins, solitaires ou coloniaux, uniquement sous la forme polype (jamais de phase méduse dans le cycle de vie).
Sous-classe Hexacorallia / Zoantharia Hexacoralliaires / Zoanthaires Anthozoaires coloniaux ou solitaires, tentacules lisses, polypes à symétrie d’ordre 6.
Ordre Scleractinia Scléractiniaires / Madréporaires Hexacoralliaires coloniaux (quelques espèces solitaires) produisant un exosquelette calcaire abritant de petits polypes.
Sous-ordre Fungiina
Famille Fungiidae Fungiidés Coraux-champignons.
Genre Heliofungia
Espèce actiniformis

Nos partenaires