Gorette Ti-bouch

Haemulon chrysargyreum | Günther, 1859

N° 3000

Atlantique tropical Ouest

Clé d'identification

Adulte :
F
orme oblongue et cylindrique
Corps argenté couvert de cinq rayures longitudinales jaunes, régulièrement espacées, de même largeur
Une sixième rayure sur l'arête dorsale
Nageoires jaunes
Nageoire caudale fourchue

Juvénile :
Forme allongée
Couleur argentée
3 longues rayures parallèles marron sur la partie haute du corps
Longue rayure médiane passant au dessus de l'œil
Rayure au niveau de la ligne latérale se terminant par une tache sur le pédoncule caudal

Noms

Autres noms communs français

Gorette Ti bouch (Guadeloupe), Kia Kia rélé (Martinique), Gorette petite gueule, grogneur à petite bouche, scie

Noms communs internationaux

Smallmouth grunt, yellowstripe grunt, bronze grunt (GB), Grugnitore dalla boca picola (I), Ronco boquichica, chacchi boquilla, saboga, ararà, jeniguano amarillo, bocayate (E), Gelbstreifen- Grunzer (D), Xiras (P), Geelgestreepte grommer , kleinbek grommer (NL)


Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Brachygenys chrysargyreus (Günther, 1859)
Brachygenys taeniata (Poey, 1860)
Haemulon taeniatum Poey 1860

Distribution géographique

Atlantique tropical Ouest

Zones DORIS : Caraïbes

La gorette Ti-bouch se rencontre dans les eaux tropicales et subtropicales de la zone ouest de l'océan Atlantique, du sud de la Floride (U.S.A.), où elle est commune, jusqu'aux côtes du Brésil, en passant par l'Amérique centrale et en incluant le golfe du Mexique et la mer des Caraïbes ainsi que les grandes et petites Antilles.

Biotope

La gorette Ti-bouch vit dans les eaux de faible profondeur, depuis la surface jusqu'à 25 mètres. Cette espèce se positionne aux abords des récifs en journée, et forme de grands bancs inactifs. Elle chasse en solitaire la nuit en pleine eau ou dans l'herbier sous-marin et se reproduit de préférence dans l'herbier sous-marin ou dans la mangrove. Les juvéniles sont souvent rencontrés en banc sur les fonds durs, autour des récifs coralliens ou dans les herbiers.

Description

La gorette Ti-bouch de forme oblongue et cylindrique, est de taille moyenne, environ 15-17 cm. Sa longueur ne dépasse pas 23 centimètres.
Son corps argenté est traversé de cinq rayures jaunes longitudinales, approximativement de même largeur, rectilignes et parallèles. Ces rayures vont de la tête à la queue et sont réparties sur tout le corps : sur les flancs et sur le ventre. Une sixième rayure sur l'arête dorsale, un peu plus fine, démarre à l'arrière du front.

Toutes les nageoires sont jaunes y compris la nageoire caudale qui est fourchue.

Le juvénile est de forme allongée, de couleur argentée et présente 3 longues rayures parallèles marron sur la partie haute du corps. La rayure médiane passe au dessus de l'œil. La rayure la plus basse se termine par une tache oblique sur le pédoncule caudal*. Il n'y a pas de jaune ni sur le corps, ni sur les nageoires.

De tous les Haemulidés, c'est l'espèce qui a la plus petite bouche. Celle-ci est horizontale et placée en position terminale : les deux mâchoires sont de même longueur et la bouche est dirigée vers l'avant. Par ailleurs, même si cela est rarement visible en plongée, l'intérieur de la bouche est rouge sang.

Espèces ressemblantes

On identifie les gorettes par la couleur de la robe et des nageoires, l'agencement des bandes sur le corps et la présence ou non d'une tache sur la caudale. Les gorettes adultes présentent des caractéristiques qui permettent de les identifier facilement.
Néanmoins, la gorette Ti-bouch peut être confondue avec :

  • la gorette dorée, Haemulon aurolineatum, qui se distingue de la gorette Ti-bouch par une rayure horizontale jaune passant par l'œil qui est plus large que les autres rayures. Parfois une tache noire est présente au niveau du pédoncule caudal. Ses nageoires sont grises.
  • la gorette rayée, Haemulon striatum. Elle possède 5 rayures de couleur jaune à brune, mais contrairement à Haemulon chrysargyreum, il n'y a pas de rayure horizontale jaune sous le ventre. Ses nageoires sont blanches.

Une espèce de la famille des rougets, le barbarin blanc, Mulloidichthys martinicus, ressemble par sa forme et sa couleur à la gorette Ti-bouch, mais il possède une seule large bande horizontale au milieu du corps, et surtout, les barbillons spécifiques à cette espèce permettent de le différencier de la gorette Ti-bouch.

Par contre, la reconnaissance et l'identification des différentes espèces de gorettes juvéniles est beaucoup plus difficile et subtile. Human et Deloach (2003) les identifient toujours par le nombre et la largeur des rayures.

Alimentation

La gorette Ti-bouch est un poisson carnivore qui se nourrit la nuit de zooplancton* (copépodes, ostracodes, amphipodes, larves* de crabes) et parfois de petits crustacés ou de mollusques. Une étude néerlandaise montre que cette espèce trouve sa source de nourriture partiellement ou complètement dans les mangroves plutôt que dans l'herbier.

Une bouche en position terminale trahit les poissons qui chassent en pleine eau

Reproduction - Multiplication

La gorette Ti-bouch est une espèce à sexes séparés, ovipare*. La fécondation des gamètes* se fait en pleine eau. Les œufs sont pélagiques*.

Vie associée

Haemulon chrysargyreum est une espèce grégaire qui, en journée, forme des bancs de grande taille le long des tombants, avec d'autres espèces d'Haemulidés comme par exemple la gorette bleue ( Haemulon sciurus), la gorette dorée (Haemulon aurolineatum), la gorette jaune (Haemulon flavolineatum), le lippu rondeau (Anisotremus virginicus), la gorette marchand (Haemulon parra). Sur les côtes du nord-est du Brésil, des bancs de 40 à 1000 individus ont été observés.

Une étude brésilienne montre que le barbarin blanc, Mulloidichthys martinicus, et Haemulon chrysargyreum, qui sont de même aspect et de couleur semblable, se regrouperaient afin d'améliorer leur protection contre les prédateurs orientés visuellement vers ces espèces. Les auteurs utilisent le mot de mimétisme protecteur ou social pour définir cette association de protection par le plus grand nombre.

Divers biologie

La nageoire dorsale est constituée de 12 rayons épineux et de 13 rayons mous. La nageoire anale a 3 rayons épineux et 9 rayons mous.

La gorette Ti-bouch est commune et abondante sur les côtes de l'ouest de l'Atlantique. Au Brésil, elle fait partie des cinq espèces les plus courantes de la famille des Haemulidés.
Cette espèce n'étant pas commercialisée à cause de sa petite taille, la pêche reste avant tout locale. Mais la destruction des mangroves pourrait avoir un effet sur le frai, les juvéniles fréquentant les eaux peu profondes à proximité des rivages. La protection des écosystèmes (herbiers, mangroves et récifs coralliens) contribue donc à sa protection.

La gorette Ti-bouch étant méfiante, son approche reste délicate mais en manœuvrant doucement, on peut l'observer de près.

Réglementation

Aucune menace majeure ne pesant sur cette espèce, elle est classée par la liste rouge de l'UICN dans la catégorie LC pour "préoccupation mineure".

Origine des noms

Origine du nom français

Gorette : féminin de goret de l'ancien français « gore » qui veut dire « truie ». Porc, grogneur, gorette font référence aux bruits de frottement des dents pharyngiennes de ces poissons. La vessie natatoire amplifie ce son assimilable a un grognement.

Le nom créole "gorette Ti-bouch" et le nom "grogneur à petite bouche" font référence à la petite bouche du poisson.

Origine du nom scientifique

Haemulon : du grec ancien [haem] = sanglant et du grec [oulon] qui est la gencive. Ce mot désignerait la gueule rouge, caractéristique de cette famille

chrysargyreum : du grec [chrys] = or, doré et du grec [argyreum] = argent, en référence aux bandes alternées jaune comme l'or et argent.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Percoidei Percoïdes Une ou deux nageoires dorsales dont les éléments antérieurs sont des épines aiguës. Nageoires pelviennes avec une épine, rayons mous.
Famille Haemulidae Haemulidés
Genre Haemulon
Espèce chrysargyreum

Nos partenaires