Murène à taches jaunes

Gymnothorax flavimarginatus | (Rüppell, 1830)

N° 1566

Mer Rouge, océan Indien, Pacifique tropical

Clé d'identification

Corps jaune bigarré de brun
Œil orange
Marge des nageoires jaune
Pas de nageoires pectorale et ventrale
Nageoires dorsale, caudale et anale fusionnées
Nombreuses dents pointues
Ouverture branchiale réduite à un trou

Noms

Autres noms communs français

Murène à liseré jaune, murène à marge jaune, murène à tache noire, murène à points jaunes (Nouvelle-Calédonie)

Noms communs internationaux

Yellow-edged moray, yellowmargin moray (GB), Murena bordata di giallo (I), Morena de borde amarillo (E), Rußkopf Muräne (D), Roodkop murene (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Muraena flavimarginata Rüppell, 1830
Gymnothorax flavomarginatus (Rüppell, 1830)
Lycodontis flavimarginatus (Rüppell, 1830)
Lycodontis flavomarginatus (Rüppell, 1830)
Muraena mauritiana Kaup, 1856
Gymnothorax mauritianus (Kaup, 1856)
Gymnothorax viridipinnnis Bliss, 1883
Muraena viridipinnna Seale, 1917
Lycodontis lemayi Smith, 1949

Distribution géographique

Mer Rouge, océan Indien, Pacifique tropical

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Gymnothorax flavimarginatus est présente de la mer Rouge, l'océan Indien et le Pacifique tropical jusqu'à Panama et le Costa Rica, et du sud du Japon à la Nouvelle-Calédonie et les Australes.

Biotope

La murène à taches jaunes se rencontre dans les trous et crevasses dans les lagons, les platiers et sur les pentes externes de 1 à 150 m de profondeur.

Description

Cette murène peut atteindre 1,30 m.

Le corps est serpentiforme, de couleur jaunâtre bigarré de brun. Le museau est presque marron. L'œil est orange, et il y a une zone sombre au niveau de l'ouverture branchiale. La marge des nageoires est jaune – vert.

La bouche est grande, avec de nombreuses dents pointues, y compris sur le palais. Les nageoires pectorales et pelviennes sont absentes, alors que les nageoires dorsale, caudale et anale n'en forment qu'une, sans épines ni rayons mous, qui court sur pratiquement toute la longueur du corps. L'ouverture branchiale, colorée en brun foncé ou noir sur cette espèce, est réduite à un orifice, particularité non spécifique à cette espèce et qui lui vaut son nom de "murène à tache noire" dans certains ouvrages. Les écailles sont absentes et le corps est recouvert d'un mucus protecteur. Deux petites narines en forme de tube bien visibles sont présentes sur l'extrémité du museau.

Espèces ressemblantes

La murène à taches jaunes peut être confondue avec la murène javanaise aux dimensions supérieures (240 cm) Gymnothorax javanicus. Celle-ci n'a pas l'œil orange, ni de marge jaune sur les nageoires et en plus, elle a des taches plus sombres et de tailles variables.

Alimentation

Gymnothorax flavimarginatus se nourrit généralement de nuit où elle sort de son trou pour chasser des poissons, des crustacés et des céphalopodes.

Reproduction - Multiplication

Gymnothorax flavimarginatus est une espèce gonochorique* (les sexes sont séparés). Elle est ovipare* et les œufs sont pélagiques. Les larves*, appelées leptocephalus*, ont la forme de ruban transparent. Cette phase larvaire est assez longue et peut durer une année.

Vie associée

La murène à taches jaunes vit souvent en association avec des crevettes nettoyeuses, qui profitent de la protection de la murène et des restes de ses repas, et en contrepartie assurent le nettoyage et le déparasitage de la murène.

Il n'est pas rare de trouver des copépodes parasites (Cyclopoida ?) fixés sur leurs mâchoires.

Divers biologie

Les murènes à taches jaunes sont solitaires.

La journée, elles restent dans des trous ou crevasses dont juste la tête sort. Elles gardent généralement la bouche ouverte, toutes dents apparentes, ce qui leur donne un aspect menaçant. Elles ferment régulièrement leur bouche, ce comportement permettant un meilleur passage de l'eau à travers leurs branchies pour une meilleure respiration.

Il a été constaté que cette murène chassait souvent les poissons blessés. Il apparaît clairement que cette espèce est sensible aux stimuli dégagés par de telles proies blessées.

Informations complémentaires

Gymnothorax flavimarginatus peut être ciguatérique*. Elle est péchée et consommée dans certaines régions.

Les murènes sont généralement inoffensives mais en cas de danger ou de blessure elles peuvent mordre. Bien que ne possédant pas de venin, la morsure peut être très douloureuse et s'infecter rapidement.

Certaines murènes (Gymnothorax flavimarginatus, G. javanicus et G. meleagris) peuvent être vénéneuses si elles sont consommées, notamment sous forme de soupe car le poison est soluble dans l'eau. L'empoisonnement se traduit par des picotements et un engourdissement des lèvres, de la langue, des mains et des pieds. Cela peut ensuite se poursuivre par des nausées, des vomissements, des diarrhées, des douleurs abdominales, des difficultés à avaler; des suées, des crampes musculaires et des difficultés pour respirer. Environ 10% des personnes empoisonnées décèdent.

Origine des noms

Origine du nom français

Murène à taches jaunes : du fait de la marge jaune sur les nageoires.

Origine du nom scientifique

Gymnothorax : du grec [Gymnos] = nu et [thorax] = poitrine, car le corps est nu, sans écaille.

flavimarginatus
: du latin [flavus] = jaune et [marginatus] = marge, bord.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Elopomorpha Elopomorphes La larve leptocéphale* se métamorphose en un individu morphologiquement très différent.
Ordre Anguilliformes Anguilliformes Corps allongé, serpentiforme, nageoires anale et dorsale en continuité avec la caudale, pas de nageoires pelviennes.
Sous-ordre Muraenoidei Murénoïdes Pas de nageoires pectorales.
Famille Muraenidae Murénidés Absence de nageoires paires, peau sans écaille.
Genre Gymnothorax
Espèce flavimarginatus

Nos partenaires