Gros-yeux commun

Priacanthus hamrur | (Forsskål, 1775)

N° 2151

Mer Rouge, Indo-Pacifique tropical Ouest et central

Clé d'identification

Très grands yeux rouges
Couleur variable, rouge à argentée
Occasionnellement six barres verticales ou grosses taches
Pas de taches sur les nageoires
Extrémité de la lèvre inférieure au-dessus du milieu du corps
Caudale en forme de croissant

Noms

Autres noms communs français
Gros-yeux, beauclaire miroir, beauclaire lanterne, fanal, cardinal, gros œil lyre
Noms communs internationaux
Moontail bullseye, lunartail bigeye, crescent-tail bigeye, duskyfin bulleye, scad, goggle eye (GB), Catalufa espejuelo (E), Grossaugenbarsch (D), Peixe encarnado, olho de vidro (P), Deek, hamrah, sharar (Arabe), Sekelstert grootoog (Afrique du Sud), Hôseki-kintoki (Japon)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Sciaena hamrur Forsskål, 1775
Anthias macrophthalmus Bloch, 1792
Priacanthus fax Valenciennes, 1831
Priacanthus speculum Valenciennes, 1831
Priacanthus dubius Temminck & Schlegel, 1842
Boops asper Gronow, 1854
Priacanthus schlegelii Hilgendorf, 1879
Priacanthus longipinnis Borodin, 1932
Et quelques noms mal orthographiés…

Distribution géographique

Mer Rouge, Indo-Pacifique tropical Ouest et central

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Ce poisson est largement réparti dans le domaine indo-pacifique, depuis la mer Rouge et l’Afrique du Sud jusqu’à l’île de Pâques. Les limites nord-sud sont le Japon et la Corée du Sud, puis l’Australie. Il a migré dans le bassin oriental de la Méditerranée (espèce lessepsienne*).
Il est présent à la Réunion, Mayotte, les îles Eparses, la Nouvelle-Calédonie, Wallis et Futuna et la Polynésie française.

Biotope

Le gros-yeux commun se rencontre entre 8 et 250 m de profondeur dans les lagons et sur la pente externe des récifs, à proximité de surplombs ou de patates de corail.

Description

Le gros-yeux commun est un poisson pouvant atteindre communément la taille de 40 cm, pour une taille maximale de 45 cm. Le corps est fortement comprimé latéralement, les yeux sont très gros et rouges (même en cas de livrée argentée).
La bouche est oblique, tournée vers le haut, l’extrémité de la lèvre inférieure est au-dessus de la ligne médiane du corps. La bordure du préopercule* porte des écailles, l’épine préoperculaire est très courte, voire non visible pour les sujets de plus de 12 cm.
La livrée est de couleur variable, de rouge à argentée, portant occasionnellement six barres rouges ou grandes taches (la première barre rouge traverse l’œil). Une rangée de points sombres est parfois visible sur la ligne latérale. La nageoire dorsale est en une seule partie, elle porte 10 épines et 13 à 15 rayons mous.  La nageoire anale porte 3 épines et 13 à 16 rayons mous. Les nageoires ne portent pas de taches. Elles sont de couleur rouge à rose pâle, avec une membrane pouvant être sombre sur l’anale, la caudale et la dorsale. Les nageoires peuvent avoir des traces de jaune. La nageoire caudale est très échancrée, en forme de croissant.

Espèces ressemblantes

Le gros-yeux commun peut être confondu avec d’autres poissons de la famille des Priacanthidés, dont la couleur varie aussi entre le rouge et l’argenté. Dans la zone Indo-Pacifique, on note :

Priacanthus blochii
(beauclaire pivoine) : les nageoires sont de couleur unie, sans taches, la nageoire caudale est légèrement arrondie. Il est présent dans le domaine indo-pacifique du golfe d'Aden aux Samoa, et des Philippines à la Grande Barrière de Corail, mais absent des territoires français.

Heteropriacanthus cruentatus
 (soleil) : les nageoires médianes (partie molle de la dorsale, anale, caudale) portent de petites taches sombres de forme elliptique. La nageoire caudale est de forme légèrement arrondie. L’extrémité de la lèvre inférieure est au niveau de la ligne médiane du corps. C’est une espèce circumtropicale, mais absente de mer Rouge.

Alimentation

Le gros-yeux commun se nourrit principalement la nuit. Comme d'autres gros-yeux, son menu se compose de petits céphalopodes, de crevettes, crabes, vers polychètes et petits poissons.

Reproduction - Multiplication

Les œufs, les larves et les très jeunes juvéniles sont pélagiques. Cette espèce se regroupe en larges bancs en période de frai. La maturité sexuelle est atteinte à une taille d’environ 20 cm.

Vie associée

Les gonades de ce poisson peuvent être infestées par le ver nématode Philometra priacanthi. D’autres parasites vivent sur ce poisson, comme l’isopodeNerocila priacanthusi et le copépode Lernaeolophus sultanus.

Divers biologie

Le gros-yeux commun peut changer de couleur très rapidement, du rose pâle (avec ou sans les barres transversales rouges) au rouge foncé. Cette espèce vit en général solitaire mais peut se rencontrer en petits groupes.
Ils se rencontrent sous un surplomb quand ils sont solitaires ou en petit nombre, et en pleine eau quand ils sont plus nombreux.

Informations complémentaires

Ce poisson est comestible, il est généralement commercialisé frais mais peut être salé ou séché pour la conservation.

Origine des noms

Origine du nom français

Gros-yeux, en référence à la taille relative des yeux par rapport à celle de la tête.

Origine du nom scientifique

Le nom de genre Priacanthus : du grec [prio] = scie et [acanthos] = épine, se réfère aux écailles épineuses qui couvrent le corps et la tête de ces espèces.
hamrur : de l’arabe [hamr] = rouge, en référence à sa couleur dominante.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Percoidei Percoïdes Une ou deux nageoires dorsales dont les éléments antérieurs sont des épines aiguës. Nageoires pelviennes avec une épine, rayons mous.
Famille Priacanthidae Priacanthidés
Genre Priacanthus
Espèce hamrur

Nos partenaires