Doris fidèle

Goniobranchus fidelis | (Kelaart, 1858)

N° 425

Indo-Pacifique

Clé d'identification

Manteau crème à blanc, contourné d'une large bordure ondulante orange
Rhinophores et branchies blancs et noirs

Noms

Noms communs internationaux
Reliable chromodoris (GB)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Doris fidelis Kelaart, 1858
Glossodoris fidelis (Kelaart, 1858)
Chromodoris flammulata Bergh, 1905
Chromodoris lactea Bergh, 1905
Chromodoris krishna Rudman, 1973
Chromodoris fidelis (Kelaart, 1858)

Distribution géographique

Indo-Pacifique

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Océans Indien et Pacifique Ouest tropicaux – de la mer Rouge et l'Afrique du Sud jusqu'aux îles Marshall et le Royaume de Tonga.

Biotope

On trouve cette espèce dès les premiers mètres jusqu'à 20 m, souvent en dessous du corail mort recouvert d'autres organismes benthiques* (éponges, entoproctes, algues, etc).

Description

Plutôt un petit nudibranche, C. fidelis n'atteint pas plus de 26 mm.
Le manteau est crème à blanc ; une large bordure ondulante orange translucide contourne le bord du manteau. Souvent entre l'orange de la bordure et le crème du centre du manteau se trouve un trait de couleur bordeau à noire avec parfois de petites taches de blanc vif. Dans de rares cas, la bordure est rouge vif. Parfois on aperçoit dans la bordure, les glandes d'apparence dorée du manteau.
Le tronc, l'intérieur et le sommet des longs rhinophores sont blanc translucide et les lamelles sont noires.
Les branchies rétractiles sont blanches à l'intérieur et noires à l'extérieur.
Le pied est blanc.
La livrée de Chromodoris fidelis surprend par ses couleurs très nettes et vives.

Espèces ressemblantes

Il n'y a à ce jour pas vraiment d'autre espèce identifiée, de cette taille, avec cette marge chantournée rouge-orange sur fond central crème. Très peu de risques d'erreur, donc.
Citons néanmoins :
Goniobranchus coi (Risbec, 1956), qui a aussi une marge chantournée du même type. Mais la couleur ne correspond pas : le manteau est blanc crème à brun rosâtre, une ligne violette doublée de blanc à l'extérieur ondule autour de la partie centrale du manteau. La marge du manteau est beige soutenu à brun. Rhinophores et branchies sont clairs.

Goniobranchus gleniei (Kelaart, 1858) a une répartition limitée à l'océan Indien (Maldives, Similan). La ligne sombre ondulante sépare la partie centrale du manteau de couleur orange marron avec des taches irrégulières violettes ou noires. La partie externe du manteau est blanche. C'est donc l'inverse que pour G. fidelis ! Les rhinophores lamellés sont jaune doré et les branchies blanc jaune.

Alimentation

Selon [Johnson et Boucher 1983] ce nudibranche mange l'éponge Chelonaplysilla violacea (Lendenfeld, 1883).

Reproduction - Multiplication

Espèce hermaphrodite*. La reproduction se fait en position tête-bêche, les organes génitaux débouchant sur le coté droit de l'individu, derrière la tête. Les partenaires échangent leurs gamètes* mâles. La fécondation est interne.
Les œufs sont déposés en spirale sur le substrat*.

Divers biologie

Plutôt diurne.

Informations complémentaires

La robe de cette doris est très semblable à celle d'une (?) espèce de synascidies : Botrylloides sp., présentant les mêmes motifs et les mêmes couleurs. Mais qui a copié qui ?

Origine des noms

Origine du nom français

Doris fidèle : francisation de son premier nom scientifique.

Origine du nom scientifique

Goniobranchus : ce nom est probablement constitué du grec [gonia] = angle, et [branch] = branchies. On peut donc supposer que le nom décrit une particularité morphologique de ces organes.
Le genre Goniobranchus a été créé en 1866 par William Harper Pease (1824–1871) dans "Remarks on nudibranchiata inhabiting the Pacific islands, with descriptions of two new genera.

fidelis : adj., du latin [fides] = foi, confiance. Donc fidèle mais aussi qui inspire confiance.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Opisthobranchia Opisthobranches Coquille présente, réduite ou absente. Branchies à l’arrière du cœur. Principalement marins ou d’eau saumâtre, rare en eau douce (une dizaine d’espèces, Ordre des Acochlidea).
Ordre Nudibranchia Nudibranches Cavité palléale et coquille absentes chez l’adulte. Lobes pédieux souvent absents aussi. Respiration cutanée, à l’aide de branchies, de cérates ou d’autres appendices. Tête portant une ou deux paires de tentacules, les tentacules postérieurs ou rhinophores peuvent parfois être rétractés dans des gaines. Principalement marins ou d’eau saumâtre.
Sous-ordre Doridina Doridiens Corps aplati. Anus dorsal entouré complètement ou partiellement par des branchies de remplacement ramifiées qui peuvent être rétractées (voire absentes). Mangeurs d’éponges, habituellement armés de spicules calcaires internes.
Famille Chromodorididae Chromodorididés Doridiens au corps mou allongé et étroit, à coloration vive. Dos en général lisse, bord du manteau développé à l’avant. Pied effilé à l’arrière, dépassant du manteau. Rhinophores lamellés, tentacules buccaux courts et coniques, branchies pennées.
Genre Goniobranchus
Espèce fidelis

Nos partenaires