Crevette drimo

Gnathophyllum elegans | (Risso, 1816)

N° 334

Méditerranée, Atlantique oriental

Clé d'identification

Animal oblong d'environ 20à 40 mm de long
Corps brun foncé à noir avec des petits points plus clairs de couleur jaune
A l'avant, le rostre est blanc
Les deux premières paires de pattes, blanches, portent des pinces
Longues antennes et pattes ambulatoires violettes et bleuâtres

Noms

Autres noms communs français

Drimo, crevette-arlequin, crevette ponctuée, crevette-porcelaine

Noms communs internationaux

Mediterranean bumblebee shrimp, spotted bumblebee shrimp (GB), Gambero vinaio (I), Camarón de lunares, drimo, gambita de lunares amarillos (E), Gepunktete Harlekingarneche, Gepunktete Hummelgarnele, Gepunktete Garnele Mittelmeer (D), Camarão pontilhado (P), Goudgestippelde bumblebee garnaal (NL), Kreveta nádherná (Tchéquie)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Alpheus elegans Risso, 1816
Drimo elegans Risso, 1826

Distribution géographique

Méditerranée, Atlantique oriental

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Espèce rencontrée sur tout le pourtour méditerranéen. Dans l'Atlantique oriental, l'espèce est également citée sur les côtes du Maroc, de Madère, des Açores, des Canaries et des îles du Cap Vert.

Biotope

La crevette drimo vit entre la surface et quarante mètres de profondeur, sous les pierres, sur des parois rocheuses et des substrats durs (coralligène), plus rarement dans les herbiers. On la trouve également très souvent dans les grottes sous-marines.

Description

Gnathophyllum elegans est une crevette pouvant atteindre une taille de 40 mm maximum (27 mm pour les mâles et 40 mm pour les femelles). Son corps oblong a un aspect très particulier en forme d'obus. La carapace est lisse. La couleur générale du corps tourne autour de nuances de brun carmélite ponctuée de nombreux petits points jaune doré.
Le céphalothorax est terminé à l'avant par un petit rostre blanc bien visible, court et étroit. Celui-ci porte cinq dents supérieures et une dent inférieure (sous le rostre).
Les quatre antennes de la drimo, épineuses à leur base, sont violettes translucides. Leur longueur correspond à la longueur du corps de la crevette. Le pédoncule des yeux est plutôt jaune et les jolis yeux, bleus.
L'animal possède dix pattes. Les pinces sont portées par les deux premières pattes de couleur blanche. La première paire de pattes est beaucoup moins développée que la seconde paire, plus grosse. Les autres paires de pattes, graciles et destinées à la locomotion (les péréiopodes*), montrent une teinte bleue à violette.
Le dernier segment de l'abdomen, juste avant le telson*, est violet. Derrière cet anneau violet, les pièces natatoires de la queue sont arrondies, blanches et ciliées.

Espèces ressemblantes

Compte tenu de la forme et de la couleur, toutes deux très particulières, de l'animal, il est fort improbable de confondre Gnathophyllum elegans avec une autre espèce dans sa zone de distribution.



Néanmoins, on peut citer une espèce proche, la crevette-bourdon Gnathophyllum americanum Guérin-Méneville, 1855, dont la présence cosmopolite -Atlantique Ouest, Pacifique (Polynésie française), Indo-Pacifique, océan Indien (île de la Réunion)...- a été signalée également dans l'archipel des Canaries que fréquente la crevette drimo. De forme très proche de Gnathophyllum elegans, la robe de la crevette-bourdon est jaune rayée de noir et cette seule différence visuelle permet de lever le doute.
Plusieurs autres espèces du genre Gnathophyllum sont connues dans l'Indo-Pacifique mais ne fréquentent pas les mêmes eaux que notre crevette drimo

Alimentation

La crevette drimo se nourrit de vers et de petits mollusques.
Elle chasse la nuit et reste à l'abri sous les rochers durant la journée.



Notons que des aquariophiles ont pu observer qu'en milieu artificiel, Gnathophyllum elegans semblait apprécier les actinies et ont précisé que la crevette les dévorait de l'intérieur...
De même et en milieu naturel, selon Gonzàlez Pérez [1995] cette espèce se rencontre occasionnellement sur Arbacia lixula et Holothuria sp., et selon Wirtz [1997] sur l'actinie Telmactis cricoides... Qu'en est-il de la réalité alimentaire de Gnathophyllum elegans et de la part d'adaptation déviante induite par la captivité ?

Reproduction - Multiplication

La reproduction de Gnathophyllum elegans, espèce gonochorique*, est de type sexuée.
L'espèce présente un dismorphisme sexuel : les femelles sont plus grandes que les mâles.
La période de ponte se situe entre juillet et septembre. C'est, comme chez beaucoup d'Arthropodes, la femelle qui porte les œufs. Ceux-ci sont de couleur brun-violacé, lie-de-vin.

Vie associée

La crevette drimo développe parfois une association de type commensale avec des oursins ou des holothuries.
En effet, on a pu observer en aquarium que la crevette Gnathophyllum elegans recherchait le contact avec les Echinodermes en général, l'étoile de mer Echinaster sepositus, l'astérie glaciaire Marthasterias glacialis ou l'oursin noir Arbacia lixula en particulier.
En milieu naturel, il arrive également de la trouver en compagnie d'astéries ou d'holothuries. Mais aucune hypothèse ne permet encore d'expliquer définitivement ce comportement. Le caractère commensal de cette espèce mériterait d'être précisé.

Divers biologie

Il est possible d'observer de singulières différences de couleurs, d'un individu à l'autre et notamment des écarts de transparence chez le même individu entre le jour et la nuit. Il a été observé, en aquarium, des crevettes drimo qui devenaient quasiment transparentes la nuit. Peu de rapports très explicites en ce sens dans le milieu naturel à notre connaissance même si l'on peut trouver sur certains sites web des photos de crevettes drimo très claires, évoquant un début de coloration nocturne plus transparente. [NB. Pour savoir si une crevette est réellement en phase nocturne, il faut regarder les yeux ; s'ils brillent et réfléchissent la lumière, les hormones (qui contrôlent la pigmentation) sont en équilibre nocturne ; il faut parfois plusieurs heures pour arriver à cet état après la tombée de la nuit].

Informations complémentaires

En plongée, c'est généralement la nuit (ou bien dans des grottes obscures où elle se remarque aisément sur les murs nus) que l'on rencontre Gnathophyllum elegans. Il convient donc de s'approcher d'elle avec lenteur et douceur, en faisant attention à l'éclairage, phares notamment. La crevette a en effet tendance à essayer de se cacher rapidement sous la lumière et aux premiers coups de flash.

Origine des noms

Origine du nom français

Crevette drimo : cette crevette porte en vernaculaire le nom de son ancien genre scientifique, Drimo (genre formé par Risso en 1827).
Drimo était l'une des Alcyonides de la mythologie grecque. Les Alcyonides, filles du géant Alcyonée, étaient au nombre de douze (sept selon les sources). Désespérées par la mort de leur père, tué durant les gigantomachies d'une flèche empoisonnée par Héraclès et traîné par celui-ci loin de sa terre natale où il était immortel, les Alcyonides se jetèrent à la mer et se métamorphosèrent en alcyons (oiseau fabuleux de la mythologie et autre nom donné ensuite aux martins-pêcheurs).

Origine du nom scientifique

Gnathophyllum : du grec [gnathos]= mâchoire ; et [phyllum] = feuille. Les animaux appartenant à ce genre possèdent des pattes-mâchoires externes foliacées qui les distinguent des genres proches.



elegans : du latin [elegans] = délicat, élégant.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Arthropoda Arthropodes Animaux invertébrés au corps segmenté, articulé, pourvu d’appendices articulés, et couvert d’une cuticule rigide constituant leur exosquelette.
Sous-embranchement Crustacea Crustacés Arthropodes à exosquelette chitineux, souvent imprégné de carbonate de calcium, ayant deux paires d'antennes.
Classe Malacostraca Malacostracés 8 segments thoraciques, 6 segments abdominaux. Appendices présents sur le thorax et l’abdomen.
Sous-classe Eumalacostraca Eumalacostracés Présence d’une carapace recouvrant la tête et tout ou partie du thorax.
Super ordre Eucarida Eucarides Présence d'un rostre.
Ordre Decapoda Décapodes La plupart marins et benthiques. Yeux composés pédonculés. Les segments thoraciques sont fusionnés avec la tête pour former le céphalothorax. La première paire de péréiopodes est transformée en pinces.  Cinq paires d'appendices locomoteurs (pinces comprises).
Sous-ordre Caridea Caridés Les Caridés sont caractérisés par des pléopodes natatoires. C'est à ce groupe qu'appartiennent une grande partie des espèces de crevettes.
Famille Palaemonidae Palaémonidés Pinces de la seconde paire de pattes beaucoup plus fortes que la première ; carpopodite de la seconde paire de pattes non divisé en articles ; rostre généralement moyennement long avec dents sur le bord dorsal et ventral. Espèces marines littorales ou d'eaux saumâtres.
Genre Gnathophyllum
Espèce elegans

Nos partenaires