Gibbule ombiliquée

Gibbula umbilicalis | (da Costa, 1778)

N° 1358

Manche, Océan Atlantique

Clé d'identification

Coquille conique spiralée, plus large que haute
Ombilic nettement visible, apex souvent érodé
Couleur allant du gris brun clair au gris verdâtre rayé de bandes pourpres
Ouverture oblique, fermée par un opercule corné
Intérieur nacré

Noms

Autres noms communs français

Troque ombiliquée

Noms communs internationaux

Flat top-shell, purple topshell (GB), Peonza plana (E), Genabelte Buckelschnecke, Purpurkreisel (D), (Genavelde) Tolhoren (NL), Burrié (P), Kjeglesnegl (N)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Trochus umbilicalis Da Costa, 1778
Trochus umbilicatus Montagu, 1803
Trochus sarniensis Norman, 1888

Distribution géographique

Manche, Océan Atlantique

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

La distribution de la gibbule ombiliquée s'étend sur la façade Atlantique Ouest, des îles Britanniques jusqu'aux côtes marocaines, et en Manche jusque dans le Pas-de-Calais.

Biotope

La gibbule ombiliquée affectionne les roches et les algues (fucus et ascophylles) de la zone médiolittorale en mode abrité, et s'observe très facilement et en très grand nombre dans les mares de l'estran rocheux, et jusqu'à une vingtaine de mètres de profondeur. Il s'agit d'une espèce qui peut vivre très haut sur la zone intertidale, et qui supporte une exondation prolongée (plusieurs heures) !
On pourra aussi la rencontrer dans des zones saumâtres estuariennes où la salinité descend jusqu'à 25 pour mille.
Les jeunes individus vivent plus bas.

Description

La gibbule ombiliquée est un gastéropode très commun sur le littoral Atlantique. Sa taille peut atteindre 17 mm de haut pour 20 de large. Sa coquille est spiralée. On dénombre sept tours de spire maximum à l'âge adulte, le dernier étant nettement plus important.
Chez les sujets jeunes les premières spires sont moins élevées.
La couleur dominante est gris clair à verdâtre avec de franches bandes pourpres et obliques de l'apex jusqu'à l'ouverture. Celles-ci sont parfois zigzaguantes au niveau des sutures*.
L'apex est souvent usé. L'ouverture de la dernière spire est oblique et fermée par un opercule corné.
L'intérieur est blanc nacré, ce qui est surtout visible dans les coquilles vides qui n'ont pas séjourné trop longtemps dans l'eau.
L'ombilic*, petit orifice central situé près de l'ouverture de la coquille, est nettement visible.
Deux petits tentacules noirs sont visibles de chaque côté de la tête.

Espèces ressemblantes

Il existe plusieurs autres espèces de gibbules :

- Gibbula pennanti : ombilic clos chez l'adulte. Coquille blanchâtre, crème ou verdâtre, motifs colorés plus en réseaux qu'en bandes, ouverture nettement moins oblique, même biotope plus zone vaseuse,
- Gibbula cineraria (gibbule cendrée) : 7 tours, plus petit, plus pointu avec des lignes plus fines alternées de taches violettes à orange, même biotope,
- Gibbula tumida, caractéristique avec sa petite taille et son aspect anguleux, elle est plus claire et marquée de fines stries spiralées, même distribution,
- Gibbula divaricata : plus pointue avec des bandes colorées plus fines rouges ou pourpres et des taches. Cette espèce ne se rencontre qu'en Méditerranée.

Alimentation

La gibbule est un brouteur microphage. Elle se nourrit grâce à sa langue râpeuse, la radula*, de la fine couche qui se développe à la surface des fucus et des rochers, des fucus eux-mêmes ainsi que de détritus d'algues.

Reproduction - Multiplication

Il s'agit d'une espèce gonochorique*, les sexes sont séparés. Les individus sont matures durant leur deuxième année.
L'émission des gamètes dans l'eau a lieu vers mai-juin, mais peut se poursuivre jusqu'en septembre.
La fécondation donne naissance à une larve caractéristique, la véligère*, qui mène une vie pélagique au sein du plancton pendant une brève période. Elle finit par se poser sur le fond puis se métamorphose en une minuscule gibbule.
Les individus plus jeunes peuvent vivre au-delà des vingt premiers mètres, puis remontent près de la côte en grandissant.



Le diamètre de la coquille est environ de 6,5 mm au bout de la première année. Il est d'environ 13 mm à la fin de la deuxième année pour atteindre, chez l'adulte, 16 à 17 mm de haut pour 20 de large.
Les gibbules ombiliquées vivent de 6 ans (au Pays Basque) à 8,5 ans (dans le Pas de Calais).

Vie associée

La coquille des gibbules peut être colonisée par des balanes et des spirorbes.

Informations complémentaires

A la loupe binoculaire les arrêts de croissance sont visibles.

Origine des noms

Origine du nom français

Gibbule ombiliquée est la traduction littérale exacte du nom latin.

Origine du nom scientifique

Gibbula : du latin [gibbus] = bossue, en référence au profil bombé de l'adulte,
umbilicalis = du latin [umb-] = umbo, ombilic, partie initiale de la coquille, à partir de laquelle la croissance s'effectue. Ce nom d'espèce se rapporte à l'ombilic*, nettement visible sous forme d'un petit trou au centre de la coquille.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Vetigastropoda Vétigastropodes Coquille de forme très variable, la plupart des espèces possèdent un opercule. La tête possède une seule paire de tentacules céphaliques et le mufle porte la bouche. Des tentacules épipodiaux (à rôle sensoriel) sont présents sur les côtés du corps.
Famille Trochidae Trochidés

Coquille de 3 à 130 mm, très variable, colorée ou avec des bandes sombres, quelques tours seulement. intérieur de la coquille nacré. Opercule corné, circulaire multispiré. 3 ou plus paires de tentacules épipodiaux le long du pied. d'après Wikipédia.

Genre Gibbula
Espèce umbilicalis

Nos partenaires