Motelle commune

Gaidropsarus vulgaris | (Cloquet, 1824)

N° 2699

Atlantique Nord-Est, Méditerranée

Clé d'identification

Corps ovalaire et allongé
Deux barbillons sous les narines, un barbillon sous le menton
Long rayon au début de la première dorsale puis 16 à 18 rayons très courts indépendants
Dos et flancs brun clair à beige avec de nombreuses taches sombres
Ventre clair

Noms

Autres noms communs français

Motelle tachetée, motelle à trois barbillons, moustelle commune, gari (Provence)

Noms communs internationaux

Three-bearded rockling (GB), Motella maculata (I), Lota, mollareta (E), Dreibärtelige Seequappe (D), Laibeque (P), Driedradige meun (NL), Tredalet havkvabbe (Danemark), Ugorova majka pecatica (Croatie), Galja (Bulgarie).

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Mustela vulgaris Cloquet, 1824
Motella vulgaris (Cloquet, 1824)
Onos maculata Risso, 1827

Distribution géographique

Atlantique Nord-Est, Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

On rencontre cette espèce en Atlantique Nord-Est, du Portugal à la Norvège et à la côte sud de l'Islande. En Méditerranée, elle est présente sur les côtes espagnoles et françaises, le long des côtes d'Afrique du Nord, jusqu'en mer Adriatique.

Biotope

La motelle commune évolue essentiellement sur des fonds rocheux de 10 à 120 m mais on la trouve aussi, moins souvent, sur des fonds de type sableux et vaseux. De jour, on la rencontre surtout dans des anfractuosités sombres.

Description

La motelle commune est un poisson de forme allongée, avec une tête relativement haute. Le corps, de section ovale, devient plus étroit à partir des nageoires pectorales. Il présente un aspect lisse, visqueux hors de l'eau ; les écailles ne sont pas spontanément visibles.
Sa taille adulte moyenne varie de 25 à 40 cm et peut atteindre 60 cm de longueur.
La bouche est grande ; la commissure labiale dépasse en arrière l'emplacement des yeux. Des petites dents pointues alignées en bandes garnissent la mâchoire supérieure.
La motelle possède trois barbillons caractéristiques, un sur la mandibule, les deux autres situés au bord antérieur des narines.
La première nageoire dorsale, atrophiée, ne laisse apparaître qu'un premier rayon assez long, suivi par une rangée de 16 à 18 petits filaments charnus, insérés dans un sillon de quelques millimètres de profondeur, riche en terminaisons sensorielles. La seconde dorsale, composée d'une soixantaine de rayons mous, court jusqu'à la racine de la queue. Les nageoires pectorales et caudale sont arrondies.
Ce poisson arbore une robe claire marbrée de taches sombres, brunes ou parfois un peu rougeâtres, sur le dos et les flancs ; le ventre est uniformément clair.
La couleur est plus ou moins pâle selon la localisation géographique : les spécimens du sud ont des taches plus sombres que ceux du nord.

Espèces ressemblantes

Bien que sa couleur soit plus claire et parsemée de taches brunes, la motelle commune peut être confondue avec la motelle à trois barbillons, Gaidropsarus mediterraneus Linnaeus, 1758, au corps sombre avec des petites taches claires.

En Atlantique, la confusion est également possible avec la motelle à cinq barbillons, Ciliata mustela Linné, 1758, dont la teinte est brun-chocolat plus ou moins rougeâtre avec un ventre plus clair. Elle est absente de Méditerranée.

Endémique* de Méditerranée, le faufré noir, Grammonus ater (Risso, 1810), ne possède qu'une seule nageoire : dorsale et anale s'unissent au niveau de la queue. C'est une espèce strictement sciaphile* qui ne porte pas de longs filaments mentonniers comme la motelle. Ceux, très courts, du faufré émanent de ses nageoires pelviennes filamenteuses et sont repliés sous le ventre, après la tête. Ils sont très peu visibles.

Alimentation

Elle se nourrit sur le fond de proies vivantes ou mortes : crevettes, crabes, petits poissons, mollusques et vers polychètes, qu'elle chasse la nuit.

Reproduction - Multiplication

La période de frai va de mai à août dans l'ouest de l'Irlande, et l'été en Méditerranée.
Les œufs et les larves* sont pélagiques*.
La croissance est rapide : 18 cm à 1 an et 40 cm à 6 ans.

Vie associée

La motelle commune est plutôt solitaire.
Ce poisson peut être porteur de parasites :
- un ver plat Helicometra fasciata (Rud., 1819) Odhner, 1902 au niveau de l'intestin ;
- et sur la peau, des crustacés : Caligus brevipedis (Bassett-Smith, 1896), Anchistrotos marchesettii Valle, 1884 et Haemaphilus roseus Hesse, 1871.

Divers biologie

Elle se cache le jour dans des endroits sombres et s'active la nuit pour chasser ses proies.

Informations complémentaires

La motelle commune est pêchée occasionnellement ; elle présente un faible intérêt commercial. Sa chair, fine cependant, se conserve très mal.

Origine des noms

Origine du nom français

Motelle : de l'ancien français [moteule], [moteille], [mostela] = lotte, poisson de mer, provenant du latin [mustela] = belette, poisson de mer.
commune : traduction de [vulgaris].

Origine du nom scientifique

Gaidropsarus, nom de genre composé par Rafinesque en 1810, avec :
- Ga : du grec [gè] = la terre, peut-être parce que ce poisson vit sur le fond ou bien la contraction de [galéè] = belette, mostelle,
- idro : du grec [idros] = la sueur et
- psarus : du grec [psaros] = étourneau, par extension = tacheté, moucheté. Donc "belette en sueur tachetée"
vulgaris : fréquent, commun.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Paracanthopterygii Paracanthoptérygiens
Ordre Gadiformes Gadiformes Présence d’un barbillon mentonnier (peut être absent). Inclut les morues, aiglefins (haddocks), merlans, tacauds, mostelles, lieus, etc.
Famille Gadidae Gadidés Corps fusiforme à allongé. La plupart des espèces ont des dents bien développées sur la tête du vomer (voûte buccale). Barbillon mentonnier souvent présent. Nageoires dépourvues d'épines. 1, 2 ou 3 dorsales et 1 ou 2 anales. Pelviennes thoraciques.
Genre Gaidropsarus
Espèce vulgaris

Nos partenaires