Fucus vésiculeux

Fucus vesiculosus | Linnaeus

N° 2049

Mer du Nord, Manche, Atlantique Nord-Est et Nord-Ouest

Clé d'identification

Crampon discoïde donnant naissance à un stipe cylindrique
Fronde traversée par une côte médiane saillante jusqu’à son sommet
Rameaux à marge ondulée, linéaires, dichotomes
Vésicules aérifères sphériques sur les rameaux de part et d’autre de la côte
Thalle de 15 cm à 1 m, couleur brun-olive, jaunâtre ou brun noir

Noms

Autres noms communs français
Varech vésiculeux, varech, goémon, raquet (Bretagne)
Noms communs internationaux
Bladder wrack, rockweed (GB), Encina marina, fuco, sargazo vejigoso (E), Gemeiner Blasentang (D), Blaaswier, gewone zeeëik (NL), Bloeretang (N), Fuco vesicular, bodelha vesicular (P)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Fucus inflatus Linnaeus 1753
Fucus divaricatus Linnaeus 1753
Fucus excisus Forsskål 1775
Halidrys vesiculosus (Linnaeus) Stackhouse 1809
Fucus balticus C. Agardh 1814
Fucus axillaris var. subecostatus J. Agardh 1868
Fucus axillaris f. balticus (C. Agardh) Kjellman 1880
Virsodes vesiculosum (Linnaeus) Kuntze 1891

Distribution géographique

Mer du Nord, Manche, Atlantique Nord-Est et Nord-Ouest

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Atlantique Nord-Ouest

Cette espèce est observée depuis la Norvège jusqu'aux côtes du Portugal, en Manche, ainsi que sur les côtes nord-ouest de l’Atlantique, depuis l'Arctique jusqu'à la Caroline du Nord. Elle est présente au Québec, à Saint-Pierre-et-Miquelon, et dans l'embouchure du Saint-Laurent.

Biotope

Ce fucus se développe sur les pierres et les rochers de la partie de l’étage médiolittoral moyen intercalé entre Fucus spiralis et Fucus serratus. En mode moyennement battu et abrité il produit une ceinture dense où les flotteurs plus nombreux permettent à l’algue de se redresser vers la surface à marée montante.
Il se développe aussi en mode battu, les vésicules sont alors moins nombreuses, voire inexistantes.

Fucus vesiculosus résiste aux importantes variations de température et de salinité ; on pourra l'observer notamment en estuaire.

Description

Le fucus vésiculeux est une algue brune fixée sur les rochers à l’aide d’un petit crampon en forme de disque. Ce crampon donne naissance à un stipe* cylindrique court et souple qui se divise presque à la base et donne naissance à une fronde plane traversée par une côte médiane saillante allant jusqu'à l’apex*. Les rameaux ont une marge ondulée, ils sont linéaires et presque toujours dichotomes* et portent de part et d’autre de la côte des vésicules aérifères sphériques et lisses de la taille d’un petit pois souvent groupées par deux de façon quasi symétrique. En période de reproduction, en bout de thalle*, on observe des renflements fourchus de couleur claire correspondant aux organes reproducteurs également groupés par paires. Le thalle a la texture du cuir et sa couleur oscille entre le brun-olive, le jaunâtre foncé et le brun noir. Il peut mesurer de 15 cm à 1 m de longueur pour une largeur de 0,5 à 4 cm.

Il existerait plusieurs variétés de Fucus vesiculosus. Citons :

- F. vesiculosus evesiculosus (ou linearis), qui se développe en mode battu, qui possède un stipe plus long et rigide, et dont les vésicules ont régressé.
- F. vesiculosus volubilis, dont le thalle est assez étroit (3 à 8 mm) mais peut atteindre une vingtaine de centimètres de longueur. Sa forme est spiralée avec quelques vésicules ; il présente une nervure centrale comme tous les fucus. Cette variété possède la particularité de ne pas être fixée au substrat, étant dépourvue de disque de fixation ; elle est fichée dans la vase.

Espèces ressemblantes

Fucus vesiculosus peut être confondu avec Fucus ceranoides et Fucus virsoides mais ceux-ci sont dépourvus de vésicules. De plus, F. virsoides ne vit qu'en Méditerranée.

Les jeunes thalles de Fucus vesiculosus peuvent être confondus avec :
- Fucus spiralis, mais ce dernier possède des rameaux spiralés et dépourvus de flotteurs,
- Pelvetia canaliculata, mais cette espèce, également dépourvue de vésicules, se développe plus haut sur l'estran, en zone supralittorale.

Alimentation

Comme toutes les algues, le fucus vésiculeux est un organisme autotrophe* photosynthétique*. L'algue tire son énergie de la lumière solaire, et grâce à l'absorption d'eau, de dioxyde de carbone et des sels minéraux dissous dans l’eau, elle fabrique les matières organiques nécessaires à son développement.
La photosynthèse est facilitée par les vésicules aérifères qui permettent à l'algue d'être érigée vers la surface.

Reproduction - Multiplication

Cette espèce est dioïque* : il existe des thalles mâles et des thalles femelles. Aux alentours de février-mars, l’extrémité des rameaux présente des renflements et change de couleur, verte pour le thalle femelle et jaunâtre à rougeâtre pour le thalle mâle. Les renflements émettent une mucosité contenant soit des gamètes* mâles, soit des gamètes femelles. La fécondation a lieu dans l’eau et aboutit à la formation d’un œuf (ou zygote) qui donnera un nouveau fucus. C’est un cycle monogénétique. Après la reproduction les renflements s’estompent et l’algue peut reprendre sa croissance à raison de 5 mm par semaine.

Vie associée

On pourra observer sur les frondes de Fucus vesiculosus certains petits gastéropodes brouteurs comme la littorine obtuse (Littorina obtusata) et la patelle commune (Patella vulgata).

Le fucus vésiculeux est souvent associé à d'autres fucus, et même à l'ascophylle noueuse, Ascophyllum nodosum.

Le stipe peut être engainé par des bryozoaires, la fronde colonisée par des spirorbes.

Divers biologie

L'espèce est pérenne, sa durée de vie peut aller jusqu'à 15 ans. On calcule son âge en comptant les vésicules, soit une par an à partir de la troisième année.

Elle brunit lors des émersions prolongées. En alguier sa couleur vire au noir ou au brun rouge.

Informations complémentaires

Fucus vesiculosus est utilisé dans l'industrie cosmétique, alimentaire, et en phytothérapie.
L'algue est riche en sels minéraux, en oligo-éléments (Cu, Cr, Fe, Zn, Mn, Se, I...), en fibres, et en vitamines (B1, B2, B6, B12, C...) : mangez du fucus !

Ses principales propriétés : antirhumatismes, émollient, laxatif et anti-inflammatoire.
Il est indiqué pour prévenir et traiter l'hypothyroïdie (de par sa richesse en iode), l’obésité, la cellulite chronique, la peau sèche (bains d'algues), la constipation, la fatigue. Il retarde l’arthrite et réduit le durcissement des artères. Il aide au développement mental et physique des enfants. Il est aussi utilisé comme coupe-faim.

On l’utilise également pour la fabrication de farines et de litières animales.

Sa récolte nécessite une licence professionnelle.

L’espèce est en régression presque partout en Europe et localement en forte régression depuis 1996 en Bretagne-Sud.
Diverses hypothèses ont été émises mais restent à vérifier :
- le réchauffement climatique : le fucus disparaît à une température supérieure à 25°C,
- des espèces invasives concurrentes,
- le broutage par les patelles,
- des pesticides, des polluants, des fuites toxiques...

Origine des noms

Origine du nom français

Fucus vésiculeux est la traduction directe du nom scientifique.
Varech et goémon sont des mots d'origine bretonne qui désignent indifféremment plusieurs espèces d'algues de la famille des Fucacées, émergées à marée basse, et qui sont utilisées comme engrais pour les cultures.

Origine du nom scientifique

Fucus : du latin [fucus] ou du grec [phyco] = teinte rouge extraite des algues, puis par extension = algue, plante marine,
vesiculosus : du latin [vesica] = ampoule, tumeur, vessie, et suffixe diminutif [-ula] ; vesicula = petite ampoule, vésicule.
L'espèce a été décrite par Linné en 1753.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Ochrophyta Ochrophytes ou Hétérokontes, ou Straménopiles: présence d'un stade unicellulaire à 2 flagelles, un lisse et un à poils tubulaires.
Classe Phaeophyceae Phéophycées Algues brunes.
Ordre Fucales Fucales
Famille Fucaceae Fucacées
Genre Fucus
Espèce vesiculosus

Nos partenaires