Dragonnet

Callionymus lyra | Linnaeus, 1758

N° 120

Mer du Nord, Manche, océan Atlantique, Méditerranée

Clé d'identification

Tête triangulaire
Museau long
Bandes bleues sur le corps et les nageoires du mâle
Yeux orientés obliquement
Petits orifices branchiaux
2 nageoires dorsales
Nageoires pelviennes en avant des nageoires pectorales

Noms

Autres noms communs français
Dragonnet lyre, callionyme lyre, callionyme, doucet
Noms communs internationaux
Common dragonet (GB), Cuccuma stizziata, pisci diavulu, sciorge, testuggine (I), Drago, dragoncillo, primita (E), Gestreifter Leierfisch (D), Pitris (NL), Peixe-pau (P)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Callionymus dracunculus Linnaeus, 1758
Callionymus elegans Lesueur, 1814
Callionymus sueurii Valenciennes, 1837
Uranoscopus micropterygius Gronow, 1854

Distribution géographique

Mer du Nord, Manche, océan Atlantique, Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

On rencontre cette espèce depuis le sud de la Norvège jusqu’à la Mauritanie et dans le nord de la Méditerranée, l’ouest de la mer Noire, la mer Egée, la mer Adriatique, les Açores et les îles Canaries. Cette espèce est également présente dans la mer Baltique.

Biotope

On rencontre les adultes sur les fonds de sable depuis les eaux côtières peu profondes jusqu’à 400 m de profondeur. On peut trouver les juvéniles dans les cuvettes sableuses à marée basse.

Description

Le corps est allongé. On distingue deux nageoires dorsales. La première nageoire dorsale est courte et épineuse, elle est de forme triangulaire chez les femelles et les immatures. Les rayons squelettiques des deux nageoires dorsales sont plus longs chez les mâles que chez les femelles, surtout la première, elle est pointue, oblique et très haute chez le mâle. Les nageoires pelviennes sont disposées en avant des nageoires pectorales. La peau est dépourvue d’écailles. Les yeux sont situés dorsalement, l’espace compris entre les yeux (espace inter-orbital) est très étroit. La tête est triangulaire et le museau est long. La longueur du museau est égale à 2 ou 3 fois le diamètre de l’œil chez le mâle, 1,5 chez la femelle. Les yeux sont orientés obliquement vers le haut. Les orifices branchiaux sont réduits à de petits trous. La coloration des mâles est brunâtre avec des points bleus situés dorsalement et une bande bleue le long des flancs, leurs couleurs sont plus vives en période de reproduction. La seconde nageoire dorsale est jaune avec des points bleus brillants. Le corps des femelles et des immatures est brunâtre et présente une série de points noirs le long des flancs. Trois bandes noires mal définies sont situées sur le dos à partir de la première dorsale. Les deux tiers postérieurs de la première nageoire dorsale sont noir bleuâtre. Les mâles mesurent jusqu’à 30 cm et les femelles jusqu’à 20 cm.

Espèces ressemblantes

Cette espèce diffère de Callionymus maculatus par l’absence de deux rangées de taches noires disposées latéralement sur le corps et de 4 rangées parallèles de taches noires sur la deuxième nageoire dorsale du mâle.
Nota: Les femelles et les juvéniles de différentes espèces de dragonnets nécessitent pour leur détermination des ouvrages de référence très précis.

Alimentation

Le dragonnet se nourrit de petits invertébrés principalement des vers marins, des mollusques et des crustacés.

Reproduction - Multiplication

Il existe un important dimorphisme sexuel (voir la partie description). Les mâles sont territoriaux et agressifs. Le comportement lors de l’accouplement est complexe et comprend 4 phases : la cour, la formation des couples, la nage flanc contre flanc des deux partenaires vers la surface, et l’émission des gamètes*. Les œufs sont pélagiques, sphériques transparents et non collants. La ponte a lieu de février à août en Méditerranée et d’avril à août en mer du Nord. Les larves sont pélagiques.

Divers biologie

Les prédateurs du dragonnet comprennent divers requins, des poissons osseux (grondins, saint-pierre) et des phoques.
Cette espèce ne possède pas de vessie natatoire.
Elle a peu d’importance économique.
Le dragonnet est parfois présenté au public dans les aquariums.

Informations complémentaires

Il faut se montrer très discret pour observer ce poisson qui peut rapidement s’effaroucher et aller se cacher dans le sable un peu plus loin.

Origine des noms

Origine du nom français

Diminutif de dragon, à cause de l’aspect du mâle probablement.

Origine du nom scientifique

Du grec [Callionymus] = qui a un beau nom.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Callionymoidei Callionymoïdes
Famille Callionymidae Callionymidés
Genre Callionymus
Espèce lyra

Nos partenaires