Diplastrelle

Diplastrella bistellata | Schmidt, 1862

N° 1930

Méditerranée, Atlantique proche

Clé d'identification

Espèce encroûtante
Couleur jaune pâle
Réseau ramifié et rayonnant de canaux
Pores inhalants très visibles
Sécrète beaucoup de mucus

Noms

Autres noms communs français
Eponge veineuse jaune
Noms communs internationaux
Gelbbrauner Strahlenschwamm (D)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Tethya bistellata Schmidt, 1862
Suberites bistellatus (Schmidt, 1862)
Spirastrella bistellata (Schmidt , 1862)

Distribution géographique

Méditerranée, Atlantique proche

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Atlantique Nord-Ouest

On trouve cette éponge en Méditerranée de la Grèce aux côtes espagnoles ainsi que dans l’Atlantique proche notamment dans l’archipel de Macaronésie (Cap Vert, Açores, Canaries).

Biotope

Cette espèce sciaphile* vit en profondeur (entre 50 et 80 m), dans les grottes semi-obscures ou sous les pierres de l’infralittoral*.

Description

Cette espèce revêtante forme des plaques minces (moins de 1 mm) de couleur jaune pâle ou blanc jaunâtre. On observe à sa surface un réseau aquifère* ramifié et rayonnant de canaux, semblables à des veines, très visibles et qui convergent vers les oscules*. Les pores* inhalants sont bien apparents, ils se détachent comme des points sombres entre les nervures.
Cette éponge forme des plaques de quelques dm², cependant certaines observations mentionnent des colonies jusqu'à 1 m².
D’aspect velouté, elle a la particularité de sécréter une grande quantité de mucus et de se déliter* très facilement.

Espèces ressemblantes

Crambe crambe : couleur orange-rouge, espèce vivant moins profondément et dans un environnement plutôt photophile*.
Spirastrella cunctatrix : espèce très ressemblante mais de couleur orange.

Alimentation

Les éponges sont des animaux filtreurs* qui se nourrissent de microparticules : bactéries, algues unicellulaires, débris organiques, ne dépassant pas en général 3 micromètres. Le courant d’eau nécessaire pénètre via de tout petits trous, les pores ou ostioles*. Nourriture et oxygène sont captés par des cellules ciliées* spécifiques des éponges : les choanocytes*. La digestion est intracellulaire ; les déchets non métabolisables sont évacués par des orifices exhalants : les oscules.

Reproduction - Multiplication

La reproduction peut être sexuée* ou asexuée*.
- Sexuée : les gamètes* de cette éponge ovipare* fusionnent et donnent naissance à un œuf qui se divisera pour donner à son tour une larve* ciliée* nageuse de type parenchymella*. Cette dernière, après une durée de vie très courte (quelques heures), se fixe sur le fond pour se métamorphoser et donner une nouvelle éponge.
- Asexuée : par bourgeonnement*, des amas de cellules se forment et se détachent de l’éponge mère pour coloniser d’autres sites.
Les éponges ont une forte capacité de régénération.

Divers biologie

Cette éponge possède des spicules mégasclères* allongés ; ce sont des tylostyles* droits à tête elliptique* (450-650 µm). Les spicules microsclères sont épineux ; ce sont des asters doubles ou diplasters de deux tailles (13 x 11 µm et 35 x 40 µm).

Origine des noms

Origine du nom français

Diplastrelle : traduction du mot latin.

Origine du nom scientifique

Diplastrella : du grec [di] = deux fois et [asteros] = étoile.
bistellata : du latin [bis] = deux fois et [stellatus] = étoilé, parsemé d’étoiles.
Référence faite à la forme des spicules* microsclères* de cette espèce caractérisée par des asters* doubles.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Porifera Spongiaires / Eponges Organismes exclusivement aquatiques, filtreurs, fixés au substrat, de formes variables, et percés d'orifices inhalants (ostioles ou pores) et exhalants (oscules).
Classe Demospongiae Démosponges

Eponges dont la charpente est constituée de spicules siliceux (différenciés en méga- et microsclères) et de collagène dispersé ou structuré en fibres de spongine. Ovipares ou vivipares, larve typique = parenchymula.

Ordre Hadromerida Hadromérides Squelette constitué de grands spicules de type tylostyles, concentrés à la périphérie et orientés perpendiculairement à la surface. Pas de spongine.
Famille Spirastrellidae Spirastrellidés
Genre Diplastrella
Espèce bistellata

Nos partenaires