Doris marbrée

Dendrodoris limbata | (Cuvier, 1804)

N° 933

Méditerranée, Atlantique proche, Manche

Clé d'identification

Corps allongé moucheté à bordure jaune clair à orange
Rhinophores rétractiles lamellés de couleur foncée avec des pointes claires

Noms

Autres noms communs français

Doris frangée

Noms communs internationaux

Mottled doris (GB), Dendrodoridide orlato (I), Pracht Sternschnecke (D), Doris limbata (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Doris limbata Cuvier, 1804
Doris nigricans Otto, 1823
Doris virescens Risso, 1826
Doris setigera Rapp, 1827
Doris lugubris Ehrenberg, 1831
Doris rappi Cantraine, 1841
Doris sismondae Vérany, 1846
Dendrodoris languida Pruvot-Fol, 1951

Distribution géographique

Méditerranée, Atlantique proche, Manche

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

L'espèce est présente dans tout le bassin méditerranéen et dans l'Atlantique proche : Maroc et sud du Portugal. Sur les côtes méditerranénnes françaises, elle est très commune dans le bassin de Thau et plus rare ailleurs. Elle a été introduite en Manche occidentale : nord de la Bretagne et golfe normand-breton où on l'observe régulièrement en plongée à partir des années 1990.

Biotope

On trouve la doris marbrée sur les fonds de coralligène* (jusqu'à 60 m), près d'éponges, sous les blocs à faible profondeur, dans les algues, et sur des fonds coquilliers.

Description

Le dos est de couleur variable (noir, gris, jaune sale, orange ou marbré) mais marqué de points et taches sombres. Les bords du manteau* sont ondulés avec une bordure jaune clair à orange. La surface du corps est lisse, de consistance molle.
Les rhinophores* rétractiles sont lamellés, de couleur foncée à pointes claires. Le panache branchial est constitué de 6 appendices à 3 ramifications. Il est placé à l'arrière, de couleur sombre (souvent de la couleur du corps) avec des extrémités claires.
La taille de la doris marbrée, est en moyenne de 7 cm mais peut atteindre 10 cm.

Espèces ressemblantes

Dendrodoris grandiflora : allure générale assez semblable, mais aucune ligne jaune ne vient entourer le manteau de l'animal, qui en revanche présente une bordure du manteau plus importante que D. limbata.

Alimentation

Cette espèce est carnivore. Elle se nourrit essentiellement d'éponges. Elle aurait un faible pour Suberites domuncula.
Dendrodoris limbata, comme les autres espèces du genre Dendrodoris, possède une radula* assez primitive et molle. En fait, on peut souvent lire que Dendrodoris limbata n'a pas de radula (en tout cas n'en a pas une comme les autres opisthobranches). Elle doit donc sécréter des enzymes digestives pour pré-digérer la surface de l'éponge qu'elle convoite. Elle récupère ensuite les parties supérieures décomposées par succion.

Reproduction - Multiplication

La reproduction est sexuée. Les individus sont hermaphrodites*. Les juvéniles du genre Dendrodoris, présents en Atlantique, sont tous de couleur rouge, mais Dendrodoris limbata est l'exception qui confirme la règle.

Vie associée

Comme beaucoup de nudibranches, D. limbata sécrète des substances toxiques destinées à repousser les agresseurs potentiels (poissons). Différentes études ont montré la présence de sesquiterpénoïdes (ichtyo-irritant*) dans l'animal et sur ses œufs disposés en amas.
La couleur jaune du bord du manteau (qui contiendrait des substances toxiques) serait un message d'alerte à l'attention des prédateurs potentiels.
Les individus modifieraient leur couleur de manteau en fonction de leur alimentation.

Comme une douzaine d'autres nudibranches, D. limbata peut être parasité par le copépode Doridicola agilis.

Origine des noms

Origine du nom français

Doris : nymphe marine (déesse grecque de la mer).
Marbrée : aspect du dos marqué de points et taches sombres.

Origine du nom scientifique

Dendro : du grec [dendron] = arbre.
Doris : genre de nudibranche dédié à Doris, épouse de Nérée et mère des 50 Néréides.

limbata : du latin [limbatus] = garni d'une bordure.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Opisthobranchia Opisthobranches Coquille présente, réduite ou absente. Branchies à l’arrière du cœur. Principalement marins ou d’eau saumâtre, rare en eau douce (une dizaine d’espèces, Ordre des Acochlidea).
Ordre Nudibranchia Nudibranches Cavité palléale et coquille absentes chez l’adulte. Lobes pédieux souvent absents aussi. Respiration cutanée, à l’aide de branchies, de cérates ou d’autres appendices. Tête portant une ou deux paires de tentacules, les tentacules postérieurs ou rhinophores peuvent parfois être rétractés dans des gaines. Principalement marins ou d’eau saumâtre.
Sous-ordre Doridina Doridiens Corps aplati. Anus dorsal entouré complètement ou partiellement par des branchies de remplacement ramifiées qui peuvent être rétractées (voire absentes). Mangeurs d’éponges, habituellement armés de spicules calcaires internes.
Famille Dendrodorididae Dendrodorididés Corps mou ovale à allongé, manteau large portant des tubercules. Rhinophores à extrémité lamellée. Branchies en arc autour de l’anus.
Genre Dendrodoris
Espèce limbata

Nos partenaires