Napoléon

Cheilinus undulatus | Rüppell, 1835

N° 975

Indo-Pacifique, mer Rouge

Clé d'identification

Grand poisson de forme massive
Bosse frontale chez les mâles
Lèvres très développées
Lignes noires derrière l'œil
Grandes écailles

Noms

Autres noms communs français

Kakatoi vareur (Seychelles)

Noms communs internationaux

Humphead wrasse, maori wrasse, Napoleon wrasse, giant wrasse, truck wrasse, undulate wrasse (GB), Becculongu (I), Napoleòn (E), Napo-Panzerwels, Riesenlippfisch (D), Maraia, tamure, tapiro, tatika (Tuamotu)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Chelinus undulatus (Rüppell, 1835),
Cheilinus mertensii (Valenciennes in Cuvier and Valenciennes, 1840),
Cheilinus godeffroyi (Günther, 1872),
Cheilinus rostratus (Cartier, 1874)

Distribution géographique

Indo-Pacifique, mer Rouge

Zones DORIS : Indo-Pacifique

On trouve le napoléon dans toute la région indo-pacifique, de la mer Rouge aux Tuamotu, au nord jusqu'aux îles Ryükyü, y compris la Chine et Taïwan, à l'est jusqu'à l'île de Wake, au sud jusqu'en Nouvelle-Calédonie, à travers la Micronésie. L'aire de répartition de l'espèce recouvre 48 pays et territoires d'outre-mer.

Biotope

Cheilinus undulatus vit dans des eaux de 0,5 à 100 m de profondeur. L'espèce est peu répandue à rare partout où elle se rencontre. La densité des adultes est estimée à 10 pour 10 km² de récif
Les adultes fréquentent les pentes et tombants récifaux externes, occasionnellement sur les formations récifales des lagons. Ils ont tendance à préférer de plus grandes profondeurs lorsqu'ils deviennent grands et âgés. La nuit, ils se réfugient dans une grotte ou dans une anfractuosité du récif. Il semble que les individus adultes soient sédentaires et se cantonnent à des formations récifales bien délimitées pour des périodes assez longues.
Les juvéniles vivent dans les Acropora et dans les herbiers.

Description

Le napoléon est le plus grand de tous les labres : il peut mesurer jusqu'à 2,30 m et peser jusqu'à 190 kg. Les écailles sont grandes et peuvent atteindre 10 cm de diamètre chez des poissons de taille moyenne. La forme du corps ainsi que sa couleur changent au cours de sa vie.
Les mâles possèdent d'épaisses lèvres charnues et une bosse frontale d'autant plus grande que le poisson est âgé. Leur livrée est dans les couleurs vertes, et les écailles ont des lignes verticales foncées. La tête est bleu-vert à bleue, parcourue de lignes verticales ondulées foncées. La partie postérieure de la nageoire dorsale et les nageoires anales sont pointues, la nageoire caudale est arrondie et bordée de jaune. La livrée des femelles varie du brun-vert au vert olive. Chez les mâles comme chez les femelles, les motifs dessinés à l'avant du corps sont composés de lignes sinueuses et de points sur la tête, puis de lignes entrelacées dessinant des labyrinthes à l'arrière de la tête et sur le ventre. Deux courtes lignes noires horizontales sont dessinées derrière l'œil qui est rond et petit.
Le juvénile possède deux lignes noires diagonales qui traversent l'œil et qui s'estompent avec l'âge. Les plus petits présentent des taches noires sur les écailles disposées en larges bandes verticales. Ces bandes de taches foncées alternent ainsi avec des bandes blanches. Lorsque le poisson grandit les bandes blanches deviennent vert pâle et les tâches foncées s'allongent.

Espèces ressemblantes

Le napoléon, lorsqu'il est adulte, ne peut se confondre avec une autre espèce : la bosse sur le front, les lignes noires derrière l'œil, les grosses lèvres sont très caractéristiques. Le juvénile pourrait se confondre avec les deux espèces de labres décrites ci-après.
Cheilinus abudjubbe que l'on rencontre en mer Rouge, ou dans l'océan Indien Ouest. Des lignes roses rayonnent autour de l'œil. Il possède de nombreux points rouges à l'avant du corps qui se transforment en lignes verticales sur chaque écaille sur l'arrière du corps. Sa taille est d'environ 20 à 30 cm.
Cheilinus trilobatus est une espèce que l'on rencontre dans l'océan Indien et l'océan Pacifique Ouest. Les adultes ont des stries verticales rouges sur chaque écaille. La tête est couverte de petites taches rouges. Des lignes rouges, partent de l'œil et rayonnent vers l'avant de la tête. La nageoire caudale des adultes possède trois lobes. Sa taille maximale est de 45 cm.

Alimentation

Le napoléon se nourrit de mollusques qu'il broie avec ses robustes dents molariformes*, de crustacés et d'échinodermes. Il mange des oursins venimeux comme Asthenosoma pileolus par exemple, des étoiles de mer comme Acanthaster planci et des poissons-coffres. Les napoléons ont été observés écrasant de grands morceaux de corail mort pour se nourrir de moules et de vers ou bien encore tournant autour de décombres afin d'y attraper les animaux vivant dessous. Le napoléon possède une bouche protractile* et une puissante capacité d'aspiration lui permettant de capturer des proies à distance.
Par ailleurs, il gobe volontiers œufs de poule et autres nourritures proposées par des plongeurs peu soucieux de son bien être. Il est également observé sous les bateaux de pêche dans les lagons des récifs au large, profitant sans doute des restes des poissons nettoyés par les pêcheurs.

Reproduction - Multiplication

Cheilinus undulatus atteint sa maturité sexuelle vers l'âge de 5 ou 7 ans, à une taille d'environ 50 cm. L'espèce est hermaphrodite* protogyne*: certaines femelles se transformant en mâle vers l'âge de 9 ans, après avoir atteint une taille d'environ 70 cm. A certaines époques de l'année, les poissons adultes se rassemblent dans des zones de frai. Ces rassemblements peuvent compter d'une dizaine à plusieurs centaines de poissons dans les zones protégées. La nageoire caudale des mâles est dressée et la nageoire anale est effilée. Il semble exister une hiérarchie entre les mâles, dépendant de la taille. La ponte a lieu en couples, pendant la journée. Les œufs planctoniques se dispersent dans l'eau. Après l'éclosion, la larve reste en pleine eau puis s'installe sur le substrat.

Des données mettant en relation la taille et le sexe des poissons ont montré que la plupart des adultes de petite taille sont des femelles. La petite taille de certains spécimens de sexe mâle, suggère que cette espèce serait diandrique*, c'est à dire que les mâles ont deux façons de se développer, soit directement à partir de la phase juvénile, soit par le changement de sexe d'une femelle adulte. Cette hypothèse reste à vérifier. Les petits mâles ne se distinguent pas des femelles par leur coloration, et sont rarement observés en train de s'accoupler.

Vie associée

Divers biologie

Comportement : en règle générale, ces grands poissons sont plutôt prudents, voire craintifs. Néanmoins, ils peuvent devenir familiers avec les plongeurs dans les sites de plongée très fréquentés et protégés, ou près des mouillages (voir le paragraphe sur l'alimentation).

Taille et longévité : les plus grands spécimens ont été observés en Australie, au Queensland : 2,29 m pour 190,5 kg et 2,50 m pour 191 kg. Il est peu fréquent d'observer des spécimens mesurant plus de 1,50 m, soit parce qu'ils sont rares, ou bien parce qu'ils préfèrent de plus grandes profondeurs, ou encore parce qu'ils sont plus craintifs. Les mâles croissent plus vite que les femelles. L'âge, estimé grâce aux otolithes*, suggère une longévité d'au moins 32 ans pour les femelles et 25 ans pour les mâles. Sur la grande barrière de corail d'Australie, les poissons atteignent la longueur d'1 m en 28 ans environ et sont sexuellement matures vers 5 ans.

La consommation de grands spécimens peut provoquer une intoxication alimentaire appelée ciguatera*.

Réglementation

Cheilinus undulatus est inscrit dans la catégorie en danger par l'UICN, Union Internationale pour la Conservation de la Nature.
Il s'est en effet considérablement raréfié en raison de la surpêche. Ce poisson est un mets de choix coûteux dans les restaurants de Hong-Kong. Il se vend 100 US$ le kilo au marché au détail. Ses lèvres épaisses sont considérées comme aphrodisiaques en Asie, ses mâchoires pouvant se vendre jusqu'à 40 000 €.
Traditionnellement, le poisson est pêché à la ligne, à la lance ou au filet, selon sa taille, mais il est également pêché à l'aide de fusil de chasse sous-marine par des pêcheurs utilisant des bouteilles, souvent de nuit. Afin de répondre à une demande croissante pour l'achat de poissons vivants, la pêche au cyanure est pratiquée dans certains endroits. Ce mode de pêche a des conséquences catastrophiques car il entraîne la mort de nombreux autres poissons du récif et des coraux. De plus comme le poisson se réfugie dans le récif, sa capture nécessite la casse des coraux qui l'entourent et par conséquence, la destruction de son habitat. De par son comportement, le napoléon est un poisson facile à pêcher. Il est facile à trouver, car c'est un poisson plutôt sédentaire. Là où la pêche de nuit est pratiquée, il est facilement délogé de la grotte où il se réfugie. Lors des périodes de reproduction, les poissons se rassemblent en grands groupes et sont ainsi faciles à repérer pour les pêcheurs.
Cheilinus undulatus ne peut endurer une pression de pêche aussi forte, car c'est une espèce dont la maturité sexuelle intervient tardivement. La plupart des poissons en vente sur le marché de Hong-Kong ont moins de 60 cm de long. Ainsi, ceux d'entre eux qui sont juvéniles n'ont pas eu le temps de se reproduire.
La production de ces poissons en captivité à partir d'un œuf fécondé, est inopérante aujourd'hui. Tous les animaux commercialisés sont des animaux sauvages. Les fermes marines, sont en fait des lieux d'engraissement de juvéniles, pêchés à une taille de 20-40 cm. Ils seront vendus lorsqu'ils atteindront la taille réglementaire ou la taille demandée par les restaurants de luxe (celle d'un poisson pouvant constituer une portion individuelle). Ainsi les poissons de petite taille sont davantage demandés que les gros, et ce sont donc essentiellement des juvéniles qui sont pêchés aujourd'hui.

Depuis 2004, après plusieurs années de mobilisation, l'espèce est inscrite sur les listes de la CITES, Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction, ce qui permettra un meilleur contrôle de son commerce. Cheilinus undulatus est classé à l'annexe II de la Convention qui concerne les espèces qui "bien que n'étant pas nécessairement menacées actuellement d'extinction, pourraient le devenir si le commerce de leurs spécimens n'était pas étroitement contrôlé". Ainsi le commerce de cette espèce est régulé par des quotas et la capture dans les zones protégées est illégale. Il est interdit à l'exportation par de nombreux pays. Malheureusement, le napoléon est l'espèce la plus chère de tous les poissons des récifs vendus vivants. Etant un produit de luxe, son prix augmente avec sa raréfaction, ce qui encourage la poursuite de la pêche alors même que l'espèce est en déclin. En dépit de sa répartition étendue, il n'existe plus d'endroit où l'espèce soit abondante. En mer Rouge, le napoléon a presque disparu, y compris des zones protégées. Compte tenu des conditions actuelles, le pronostic pour la survie de l'espèce est pessimiste.

Origine des noms

Origine du nom français

La bosse présente sur le front des adultes est à l'origine de son nom vernaculaire français.

Origine du nom scientifique

Cheilinus : du grec [chèilos] = lèvre
undulatus : du latin [undulatus] = ondulé. Peut-être en référence aux lignes ondulées dessinées sur la tête.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Labroidei Labroïdes Une seule dorsale, dents molariformes formant un puissant appareil masticatoire.
Famille Labridae Labridés Lèvres épaisses.
Genre Cheilinus
Espèce undulatus

Nos partenaires