Chartelle délicate de Méditerranée

Chartella tenella | (Hincks, 1887)

N° 2007

Méditerranée (endémique)

Clé d'identification

Colonies dressées et flexibles, en touffes denses
Frondes foliacées ou le plus souvent en longues et fines lanières
Extrémités plutôt tronquées et souvent élargies
Couleur jaune pâle
Zoïdes sur les 2 faces

Noms

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Flustra tenella Hinck, 1887
Flustra papyracea Calvet, 1902
Flustra securifrons var. tenella Friedl, 1917
Flustra laciniosa Barroso, 1921
Flustra barrosoi Calvet, 1927

Distribution géographique

Méditerranée (endémique)

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Chartella tenella est endémique de Méditerranée. Elle a été répertoriée de la mer d'Alboran à l'Italie en passant par l'Espagne, la Tunisie et la France.
Elle est particulièrement visible en plongée sur la Côte Vermeille (France) et la Costa Brava (Espagne).
Sa distribution exacte n'est pas connue au-delà du bassin occidental, où elle a été bien étudiée.

Biotope

Espèce de l'infralittoral* (parfois dès les premiers mètres) et du circalittoral* en milieu rocheux, ombragé et à l'hydrodynamisme modéré. Elle se rencontre aussi sur les fonds rocheux du plateau continental dans la zone des 150 à 200 mètres.

Description

Chartella tenella est un bryozoaire marin formant de petites colonies de un à cinq centimètres de hauteur. Ces colonies érigées et foliacées* forment des lames ou frondes plates, souples, parcheminées et très fines de 5 à 10 mm de large environ. Ces lames, souvent très ramifiées, portent plusieurs centaines de zoïdes* sur les deux faces (fronde bilamellaire). Ces fines et longues lanières jaune pâle, divisées de façon dichotomique*, montrent des extrémités tronquées et élargies. Dans certain cas, les lames forment de simples lobes pas encore découpés en fines lanières. Lorsque les lophophores* sont déployés, la colonie a un aspect duveteux sur les deux faces.


Voir "Divers biologie" pour la description microscopique.

Espèces ressemblantes

Chartella papyrea (Pallas, 1766), également endémique de Méditerranée, forme de petites touffes jaunes souples aux lames courtes, larges et aux extrémités arrondies. Ces lames très fines à l'aspect parcheminé ne portent des zoïdes que sur une seule face.


Hors zone de distribution :


Securiflustra securifrons (Pallas, 1766) forme des colonies similaires aux lames étroites, rectilignes, tronquées et portant des ramifications latérales courtes en forme de coin. Rencontrée à partir des eaux peu profondes sans trop de lumière. Cette espèce boréale arctique présente beaucoup d'affinités avec Chartella tenella, elle est absente de Méditerranée.


Chartella papyracea (Ellis et Solander, 1786) à ne pas confondre avec l'espèce méditerranéenne Chartella papyrea (!) forme des colonies plus grandes, plus hautes aux lames étroites et découpées. On la rencontre à partir de la zone intertidale (estran) sur des substrats rocheux modérément exposés. Cette espèce nord-atlantique va jusqu'au Portugal.


Les chartelles ou flustres peuvent également faire penser de prime abord à des algues foliacées, mais ces dernières ont le plus souvent un toucher doux contrairement à ces bryozoaires souples mais au contact rêche.

Alimentation

Comme les autres bryozoaires, la chartelle délicate de Méditerranée filtre activement l’eau de mer afin d’y puiser les particules nutritives, et l’oxygène dont elle a besoin pour vivre.
Seuls les autozoïdes* disposent d’un système digestif complet. Ils possèdent une couronne de tentacules ciliés, le lophophore*, qui crée un courant d’eau dirigé vers la bouche.
Ces tentacules ciliés, recouverts de mucus, piègent les particules nutritives, micro-organismes planctoniques et particules organiques, qui sont ensuite amenées jusqu’à la bouche.
Les polypides* n'ont pas de système excréteur spécialisé. La majeure partie des déchets s'accumule dans la paroi du tube digestif, provoque la dégénérescence, puis la mort du polypide, qui devient un "corps brun"*. Ultérieurement, un nouveau polypide se forme par bourgeonnement, et expulse ou digère le corps brun.

Reproduction - Multiplication

Chez les bryozoaires, les deux types de reproduction, sexuée et asexuée, concourent au développement.
Au sein d'une même colonie, des zoïdes mâles et femelles existent, mais on connaît aussi des zoïdes hermaphrodites*.
La fécondation (reproduction sexuée) conduit à la formation d'œufs, incubés dans les ovicelles*. Les œufs et les larves, de couleur orangée, sont parfois visibles sur les frondes. Ils donnent ensuite des larves libres nageuses, assurant la dissémination spatiale de l'espèce. Puis, ces larves se fixent sur un substrat dur et libre, et se transforment en zoïdes primaires isolés appelés ancestrules*.
Chaque ancestrule forme une nouvelle colonie (reproduction asexuée) par bourgeonnement*, qui assure la croissance de la colonie. Cela s'accompagne d'une spécialisation de certains individus au sein de la colonie.
Des colonies de Chartella tenella chargées de larves orange ont été observées en juin et juillet sur la Costa Brava, en septembre dans la mer d'Alboran.

Vie associée

Les colonies âgées de Chartella tenella abritent une micro-faune importante, notamment d'autres bryozoaires (Aetea truncata) et des petits hydraires dont les polypes peuvent être confondus avec les lophophores.

Divers biologie

Description microscopique :
Zoarium* bilamellaire.
Les zoécies* sont grandes, rectangulaires, allongées et lises (0,8 - 1,05 X 0,47 - 0,67 mm).
Deux épines orales courtes sont à peine visibles.
De petits aviculaires interzoïdaux obliques munis d'une large mandibule arrondie sont bien visibles.
Les tentacules du lophophore sont au nombre de 24 environ.
L'ovicelle endozoéciale* (à l'intérieur de la zoécie ou zoïde) de petite taille, recouverte par une membrane, présente une forme hémisphérique.
Les embryons, visibles par transparence, sont orange.


A l'opposé, Chartella papyrea, une espèce proche présente également en Méditerranée, est unilamellaire (une seule couche de zoïdes) et ne présente ni aviculaires ni épines.

Informations complémentaires

C'est en 1741 que le physicien marseillais Jean André Peyssonnel et le célèbre botaniste Bernard de Jussieu établirent l'animalité des Flustres.

Origine des noms

Origine du nom français

Chartelle délicate de Méditerranée est une francisation du nom scientifique précisant sa localisation géographique. C'est une proposition du site DORIS.

Origine du nom scientifique

Chartella : du latin [charta] = feuille de papier.
tenella : en latin = tendre, délicate, frêle. Diminutif de [tener] = même sens.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Bryozoa / Ectoprocta Bryozoaires / Ectoproctes Petits animaux coloniaux filtreurs aquatiques fixés à un substrat. Tous les zoïdes sont en continuité physique et issus de bourgeonnement à partir d’un individu unique. Chaque zoïde porte un lophophore rétractile et est abrité dans une logette.
Classe Gymnolaemata Gymnolèmes Colonies polymorphes. Les zoïdes sont cylindriques ou aplatis, les lophophores circulaires. Les parois peuvent être calcifiées ou non. Presque tous marins.
Ordre Cheilostomatida Cheilostomes Bryozoaires calcifiés, zoïdes* en forme de boîte obturée par un opercule à charnière. Gymnolèmes les plus nombreux et les plus diversifiés des régions littorales, souples à rigides. Groupe au polymorphisme marqué où l’on trouve des individus différenciés (aviculaires, vibraculaires, ovicelles globuleux…).
Sous-ordre Anasca Anasques La paroi frontale (ventrale) est membraneuse, flexible.
Famille Flustridae Flustridés Colonie encroûtante ou le plus souvent érigée, foliacée, uni ou bilamellaire et flexible, fixée au substrat par une base encroûtante. Zoïdes peu calcifiés au contour rectangulaire. Avec ou sans épines, parfois nombreuses et recouvrant la membrane frontale. Ovicelle réduite.
Genre Chartella
Espèce tenella

Nos partenaires