Griffes de sorcière

Carpobrotus edulis | (L.) N.E.Br., 1926

N° 3968

Méditerranée, Atlantique Est, sud des îles Britaniques, côtes ouest des Etats-Unis, Amérique du Sud, Australie, Nouvelle Zélande

Clé d'identification

Plante grasse herbacée vivace rampante ou pendante
Tiges de plusieurs mètres de long
Feuilles opposées de 8 à 11 cm de long
Feuilles de couleur verte à rouge selon la température et le taux d'humidité
Limbe des feuilles charnu à 3 angles, plus ou moins recourbé au sommet
Section transversale des feuilles en forme de triangle équilatéral
Fleurs de 7 à 9 cm de diamètre
Fleurs solitaires généralement jaunes ou rosées en fin de floraison, parfois pourpres
Fleurs à nombreux pétales linéaires et sépales inégaux
Fruits en forme de figues mesurant 2 cm environ

Noms

Autres noms communs français

Croc de sorcière, doigt de sorcière, doigt de fée, ficoïde comestible, figuier des Hottentots

Noms communs internationaux

Hottentot-fig (GB), Fico degli Ottentotti, fiore di Garibaldi (I), Flor de cuchillo, hierba del cuchillo (E), Essbare Mittagsblume, Hottentottenfeige (D), Bálsamo, chorào das praias (P), Hottentotvijg (NL), Paardefeige (Afrique du Sud)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Mesembryanthemum edule L. (1759)
Abryanthemum
edule
(L.) Rothm. (1941)

Distribution géographique

Méditerranée, Atlantique Est, sud des îles Britaniques, côtes ouest des Etats-Unis, Amérique du Sud, Australie, Nouvelle Zélande

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Espèce native d'Afrique du Sud dans la région du Cap, Carpobrotus edulis se rencontre sur le littoral méditerranéen, sur les côtes est de l'Atlantique, du sud de l'Angleterre et d'Irlande jusqu'au Portugal et sud de l'Espagne, ainsi que sur les côtes nord d'Afrique. Elle est présente sur les côtes ouest des États-Unis, en Californie, Floride et en Amérique du Sud (Argentine, Chili, Mexique). Sa présence est confirmée en Australie et Nouvelle Zélande. En France et notamment en Bretagne, cette espèce est plus courante que C. acinaciformis.

Biotope

Cette espèce héliophile* fut importée d'Afrique du Sud en Europe au XVIIe siècle. De multiples introductions par l'homme pour l'ornement et la stabilisation des dunes, talus et remblais face à l'érosion ont propagé cette espèce sur le littoral métropolitain de la France. Elle se localise surtout sur les rochers littoraux, les pentes rocailleuses et les falaises côtières, les zones sablonneuses, les dunes de plages et les pelouses. Elle colonise aussi les formations plus rudérales (terrains remaniés) et peut parfois se rencontrer au sein des maquis littoraux denses. Le facteur thermique limite toutefois son extension à l'intérieur des terres (les Carpobrotus ne supportent pas une température inférieure à - 4°C).

Description

Cette plante grasse rampante, aux tiges pouvant atteindre plusieurs mètres de long, forme d'immenses tapis. Le feuillage est de couleur vert franc foncé à clair, l'extrémité des feuilles peut être teintée de rouge.
Les feuilles, à marges presque parallèles et triangulaires, sont opposées et en forme de griffes d'une longueur de 8 à 11 centimètres et de 8 à 13 millimètres d'épaisseur. Le limbe* des feuilles est charnu à 3 angles, plus ou moins recourbé au sommet.
Les feuilles, dont la section transversale ressemble à un triangle équilatéral (3 côtés égaux), sont séparées par des entre-nœuds courts de quelques centimètres (moins de 4 cm généralement).
Les fleurs apparaissent au printemps vers le mois d'avril. Elles sont solitaires, d'un diamètre de 7 à 9 cm, généralement jaunes ou rosées en fin de floraison, parfois pourpres, à nombreux pétales* linéaires et sépales* inégaux.
Les fruits de 2 centimètres en forme de figue ont la même couleur que les feuilles.

Espèces ressemblantes

Carpobrotus acinaciformis : cette espèce possède des feuilles plus courtes de forme incurvée, la forme triangulaire de ses feuilles ressemble à un triangle isocèle (2 côtés égaux). Les fleurs de C. acinaciformis sont de couleur pourpre, alors que celles de C. edulis sont de couleur jaune voire rose pâle. Les sépales de C. acinaciformis sont presque égaux alors que ceux de C. edulis sont inégaux. La fleur de C. acinaciformis porte plus de 12 stigmates* et carpelles*, alors que la fleur de C. edulis porte moins de 12 carpelles.
Il existe des hybridations entre C. acinaciformis et C. edulis, ce qui rend l'identification difficile. Des hybridations ont été mises en évidence sur les îles d'Hyères (Suechs et al. 2001, 2004a).
Carpobrotus edulis var. chrysophthalmus
Carpobrotus edulis var. edulis
Carpobrotus edulis var. rubescens
Carpobrotus glaucescens :
espèce native d'Australie ; les feuilles triangulaires ont des angles moins saillants que C. edulis et C. acinaciformis, l'extrémité des feuilles paraît plus arrondie.

Alimentation

C'est un végétal autotrophe* qui élabore sa matière organique par photosynthèse* à partir de gaz carbonique et d'eau, grâce à la chlorophylle* de ses pigments qui capte la lumière solaire. Ses racines lui permettent de capter l'eau et les sels minéraux présents dans le sol.

Reproduction - Multiplication

C. edulis est une plante monoïque* à floraison printanière (avril­/mai) et pollinisation* entomophile*.

Cette plante peut se reproduire de façon sexuée via plusieurs types de fécondation. Elle est capable d'autogamie* spontanée (les gamètes* femelles sont fécondés par les gamètes mâles provenant d'un même individu) mais la fécondation peut être facilitée par les insectes (entomogamie*). Elle est aussi capable d'allogamie* (les gamètes femelles sont fécondés par les gamètes mâles provenant de deux individus distincts).

D'autre part, C. edulis est capable d'agamospermie* (formation de graines sans processus sexuel). Les organismes qui en résultent sont des individus génétiquement identiques à la plante mère. L'espèce produit aussi des stolons* qui ont une croissance rapide (jusqu'à 1m/an) et lui permettent de couvrir rapidement de grandes surfaces. Enfin, cette espèce se bouture facilement. Chaque morceau de plante est capable de produire des racines pour reformer un individu, puis une colonie.

Les fruits comestibles riches en sucre, protéines et eau sont ingérés par les mammifères (lapins, rats, bovins) favorisant ainsi les capacités germinatives des graines (Bourgeois et al. 2004). Un fruit de C. edulis peut contenir de 1000 à 1800 graines. La germination peut aussi être favorisée par les incendies modérés et la présence de sel.
Les fruits ont la forme d'une figue, ils sont charnus, ils contiennent les nombreuses graines emprisonnées dans un mucilage* collant.

Divers biologie

Les fruits ont la forme d'une figue, d'où l'un des noms vernaculaires : le figuier des hottentots (les hottentots était le nom des habitants d'Afrique du Sud à l'arrivée des hollandais).
Les feuilles charnues des Carpobrotus leur permettent de bien résister à la sécheresse.
Il a été démontré que les tapis formés par ces plantes induisent une baisse de la biodiversité de 35 % et jusqu'à 60 % dans les zones étudiées par concurrence directe avec les espèces indigènes. Les racines de Carpobrotus émettent des toxines inhibant le développement des plantes autochtones.
Un impact sur le fonctionnement des écosystèmes est démontré par diminution du pH du sol des sites envahis. Cette modification du pH reste après arrachage et empêche la recolonisation du site par les espèces indigènes (Vilà et al. 2006 ; Conser & Connor 2009).

Informations complémentaires

C. edulis est plus fréquent que C. acinaciformis et est aussi plus invasif. Les Carpobrotus sont toujours proposés à la vente dans les jardineries. Les habitants du littoral devraient cependant éviter de cultiver ces plantes qui ont une certaine tendance à s'échapper et à proliférer, un seul pied de C.edulis peut couvrir plus de 20 m² en 10 ans et former une matte de 55 cm de haut : (études réalisées en Californie ; D'Antonio 1990, 1993).

L'apparition en Corse est effective vers la deuxième moitié du XIXe siècle, avec une première signalisation en 1877. C'est ainsi que les populations s'approprient cette espèce introduite et naturalisée et lui donnent un nom à consonance locale. En Corse la figue marine est appelée : Unghie di Strega.

Carpobrotus edulis et C. acinaciformis (Aizoaceae) originaires d'Afrique du Sud, sont incluses dans la liste noire des douze plantes les plus invasives du bassin méditerranéen, îles comprises (Hulme, 2004).
Cette espèce est interdite à l'introduction en Nouvelle-Calédonie.

Les fruits des Carpobrotus sont comestibles, consommés par les animaux, ils peuvent l'être également par l'homme, ceux ci se mangent crus ou cuits en confiture. Ces fruits ont une saveur aigrelette, et ont des propriétés laxatives, il faudra donc les consommer avec modération.

Origine des noms

Origine du nom français

Griffes de sorcière : en raison de la forme incurvée de la feuille faisant penser à des griffes.

Origine du nom scientifique

Carpobrotus : du grec [Karpos] = fruit et [brota] = comestible.
edulis
: du latin [edulis] = bon à manger, comestible.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Classe Equisetopsida Equisetopsida
Sous-classe Magnoliidae Magnioliales
Ordre Caryophyllales Caryophyllales
Famille Aizoaceae Aizoacées
Genre Carpobrotus
Espèce edulis

Nos partenaires