Pagure sédentaire

Calcinus tubularis | (Linnaeus, 1767)

N° 685

Méditerranée, îles de l'Atlantique Est

Clé d'identification

Bernard-l’ermite de petite taille : jusqu’à environ 2,5 cm
Pagure très coloré
Extrémités des pattes et des pinces blanches à pois rouges
Espèce peu poilue
Yeux noirs et petits, pédoncules oculaires ponctués de rouge
Antennes striées rouge et blanc

Noms

Autres noms communs français

Pagure sédentaire

Noms communs internationaux

Hermit crab (GB), Paguro sedentario (I), Ermitaño sedentario (E), Bunter einsiedlerkrebs (A)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Calcinus ornatus (P. Roux, 1828)
Pagurus ornatus P. Roux, 1828

Distribution géographique

Méditerranée, îles de l'Atlantique Est

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Cette espèce se rencontre dans toute la Méditerranée, en étant plus commune dans les zones chaudes. Elle est signalée également aux Açores, à Madère, aux Canaries, et dans les îles du golfe de Guinée.

Biotope

Calcinus tubularis se rencontre depuis la surface jusqu’aux environs de 70 mètres de profondeur. Il vit dans les zones rocheuses et dans les herbiers de posidonies.

Description

C'est un bernard l’ermite de petite taille, environ 2,5 cm au maximum (en comptant les pattes et les pinces). Ce petit pagure est peu poilu, en revanche il est très coloré. Les pattes locomotrices sont ponctuées de rouge sur fond bleuté. Leur extrémité est blanche à pois rouges. Les pinces sont tachetées de rouge et de bleu. Comme pour les pattes, leur extrémité est blanche ponctuée de rouge. Les yeux sont petits et noirs. Les pédoncules oculaires présentent un dégradé de bleu à la base vers le blanc à l’extrémité, le tout ponctué de rouge. Les antennes sont finement striées blanc et rouge. Le céphalon* présente des dessins rouges sur fond bleuté, des ponctuations rouges et une tache foncée triangulaire derrière l’implantation des pédoncules oculaires. La pince gauche est plus grosse que la droite.

Espèces ressemblantes

Calcinus tubularis peut être confondu avec les autres pagures de petite taille comme Clibanarius erythropus ou Pagurus anachoretus. Toutefois sa coloration caractéristique devrait permettre d’éviter toute erreur.

Alimentation

Animal détritivore*. Lorsque ce pagure choisit un habitat fixé, il consomme ce qui passe à sa portée : plancton*, débris divers. Il se comporte alors presque comme un animal filtreur*.
On peut assister également à l'attaque du petit pagure sur de plus gros animaux, comme des limaces de mer (voir les photos sur les fiches de Thuridilla hopei et de Caloria elegans) mais sans savoir s'il agit avec une visée alimentaire ou simplement de défense de territoire.

Reproduction - Multiplication

La reproduction de Calcinus tubularis est sexuée. Les sexes sont séparés (espèce gonochorique*). La période de ponte se situe entre mai et octobre avec un maximum en août. Les femelles incubent en moyenne 30 œufs d’un diamètre d’environ 0,3 mm, fixés sur leur abdomen. Ces œufs donnent naissance à des larves* planctoniques* appelées glaucothoés. Après plusieurs mues, les larves planctoniques subissent une métamorphose à la suite de laquelle les animaux deviennent benthiques*. Les "bébés" Calcinus tubularis recherchent une mini-coquille ou un mini-tube à leur taille dès leur arrivée sur le fond et grandissent jusqu'à devenir adultes.

Vie associée

Contrairement à de nombreux pagures, Calcinus tubularis n’est pas associé à d’autres espèces.

Divers biologie

Cette espèce a la particularité de pouvoir loger dans des coquilles de gastéropodes libres comme la plupart des autres pagures ou fixés (en particulier le petit vermet, Vermetus triquetus) ce qui est caractéristique de ce petit pagure, mais aussi dans des tubes calcaires fixés de vers sédentaires. Dans ce cas le pagure est sessile*.
Espèce très petite, son observation nécessite de l’attention.
Il est moins fréquent dans les parties froides de la Méditerranée.

Informations complémentaires

Les pagures sont souvent utilisés comme appâts par les pêcheurs.
Cette espèce est discrète, de petite taille et ne se comporte pas comme un "bulldozer". Ces caractéristiques font que Calcinus tubularis est parfois apprécié par les aquariophiles.

Origine des noms

Origine du nom français

Il est appelé pagure sédentaire car il utilise souvent des tubes de vers polychètes sédentaires comme abri. Dans ce cas, son habitat est fixé au substrat.

Origine du nom scientifique

Calcinus : du latin [calcis] = chaux, calcaire. L'auteur du genre (Dana, 1851) précise l'avoir nommé ainsi car les extrémités de ses appendices sont calcifiées, et non cornées comme dans d'autres genres de la même famille.

tubularis : du latin [tubulus] = tuyaux, tube, en référence aux tubes de vers servant fréquemment d'habitat à ce pagure.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Arthropoda Arthropodes Animaux invertébrés au corps segmenté, articulé, pourvu d’appendices articulés, et couvert d’une cuticule rigide constituant leur exosquelette.
Sous-embranchement Crustacea Crustacés Arthropodes à exosquelette chitineux, souvent imprégné de carbonate de calcium, ayant deux paires d'antennes.
Classe Malacostraca Malacostracés 8 segments thoraciques, 6 segments abdominaux. Appendices présents sur le thorax et l’abdomen.
Sous-classe Eumalacostraca Eumalacostracés Présence d’une carapace recouvrant la tête et tout ou partie du thorax.
Ordre Decapoda Décapodes La plupart marins et benthiques. Yeux composés pédonculés. Les segments thoraciques sont fusionnés avec la tête pour former le céphalothorax. La première paire de péréiopodes est transformée en pinces.  Cinq paires d'appendices locomoteurs (pinces comprises).
Sous-ordre Anomura Anomoures Les anomoures sont caractérisés par une cinquième paire de pattes atrophiée. Ils sont essentiellement représentés par les galathées et les Bernard l'ermite.
Famille Diogenidae Diogénidés Dissymétrie générale, une pince plus grosse que l'autre. L’abdomen n’est pas protégé par l’exosquelette.
Genre Calcinus
Espèce tubularis

Nos partenaires