Crapaud commun

Bufo bufo | (Linnaeus, 1758)

N° 1248

Europe

Clé d'identification

Face dorsale recouverte de verrues
Yeux a pupille horizontale et iris doré ou cuivré
Glandes parotoïdes volumineuses et légèrement obliques
Orteils presque entièrement palmés
Pas de sac vocal

Noms

Autres noms communs français
Grapet, grapaud, crapaud vulgaire
Noms communs internationaux
Common toad, european toad (GB), Rospo comune (I), Sapo común (E), Erdkröte (D), Gewone pad (NL)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Il existe plusieurs sous-espèces :
- Bufo bufo bufoverrucosissimus Pallas, 1814,
- Bufo bufo bufo Linnaeus, 1758 : présent généralement dans le nord de l'Europe,
- Bufo bufo gredosicola Müller & Hellmich, 1935 : présent dans un petit lieu en Espagne centrale (la Sierra de Gredos),
- Bufo bufo spinosus Daudin, 1803 : présent généralement dans le sud de l'Europe, la femelle a une taille supérieure aux individus plus nordiques et des verrues plus ou moins épineuses.

Distribution géographique

Europe

Zones DORIS : Eau douce d'Europe

On le trouve partout en Europe sauf en Norvège, dans le nord de la Suède, en Finlande et en Irlande. Il est absent de certains grands endroits isolés en Espagne ainsi que des îles méditerranéennes.
Présent partout en France sauf en Corse.

Biotope

Le crapaud commun vit dans tous les biotopes et zones climatiques : dans les forêts comme dans les lieux ouverts, dans les villes comme en montagne (jusqu'à la limite des arbres à 2100 m d'altitude), dans les milieux humides comme dans les milieux relativement secs.
Il vit sur terre et ne rejoint l'eau que pendant la brève période de reproduction. Il reste pendant la journée dans un trou naturel (sous des pierres, dans des trous ou fissures de murailles) ou creusé par ses soins. La nuit, il part en chasse et on peut le rencontrer très loin des plans d'eau.

Description

Bufo bufo est le plus grand des crapauds d'Europe et le plus commun. Il est massif, court sur pattes et trapu. Sa taille varie de 8 à 10 cm pour les mâles, 10 à 15 cm pour les femelles (les mâles sont plus petits et moins robustes que les femelles).
On le reconnaît parmi tous les crapauds à ses yeux dont la pupille est horizontale et l'iris doré ou cuivré. Son museau est arrondi.
Sur la face dorsale, la peau est sèche et recouverte de pustules ressemblant à des verrues. Il s'agit de glandes sécrétant un mucus permettant de préserver l'hydratation et l'élasticité de son épiderme. La couleur de sa face dorsale varie beaucoup : grisâtre, verdâtre, brunâtre ; elle est uniforme avec parfois, chez les populations méridionales, la présence de quelques taches sombres sur le haut des flancs. La face ventrale va du brun-roux au blanc gris en passant par le jaune sale, avec une série de petites taches foncées. La face interne de ses cuisses est rose.
Présentes juste derrière les yeux, les glandes parotoïdes* sont volumineuses et s'écartent vers l'arrière (légèrement obliques).
Le crapaud commun a quatre doigts à la main et cinq au pied dont les orteils sont presque entièrement palmés.
Il n'a pas de sac vocal.
Le mâle a des callosités nuptiales (excroissances noirâtres et rugueuses) sur les 3 premiers doigts, particulièrement visibles pendant la période de reproduction.
Bufo bufo est une espèce nocturne sauf pendant la période de reproduction.



Remarque : la taille des adultes varie selon les sous-espèces :
- ssp. bufo : les mâles mesurent jusqu'à 90 mm de long et les femelles jusqu'à 110 mm de long,
- ssp. spinosus : les mâles mesurent jusqu'à 100 mm de long et les femelles jusqu'à 150 mm de long (max. 180 mm de long).

Espèces ressemblantes

Adultes
Grenouilles : la peau pustuleuse des crapauds permet de les distinguer aisément des grenouilles.
Alytes obstetricans (alyte ou crapaud accoucheur) :
- taille plus petite : jusqu'à 55 mm ;
- yeux aux pupilles verticales.
Bufo calamita (crapaud calamite) :
- lui aussi possède une pupille horizontale mais l'iris des yeux est jaune ;
- presque toujours une ligne dorsale jaune orange qui parcourt tout le dos du museau à l'anus ;
- verrues dorsales piquetées de rouge ;
- pattes arrières uniquement palmées à la base ;
- glandes parotoïdes plus petites et parallèles.
Bufo viridis (crapaud vert) :
- la taille est plus petite : jusqu'à 9 cm ;
- les yeux sont plus rapprochés et l'iris est vert-gris ;
- il couleur gris clair avec des grandes marbrures vertes.
Pelobates fuscus (pélobate brun) :
- peau presque lisse et portant rarement de petites verrues ;
- pupille verticale ;
- une bosse bien visible sur le sommet du crâne en arrière des yeux.
Bombina variegata (sonneur à ventre jaune) :
- pupilles en forme de cœur ;
- peau du dos très verruqueuse et dont les verrues portent de minuscules épines noires.



Têtards
Le têtard de Bufo bufo se distingue de ceux des autres espèces par :
- l'extrémité de la queue arrondie ;
- le bord de la nageoire supérieure atteint juste l'extrémité du tronc ;
- il forme des bancs, se déplace de manière synchrone et ne fuit pas lorsqu'on lui fait ombrage.

Alimentation

Bufo bufo chasse à l'affût dès le crépuscule et pendant la nuit. Son œil voit très bien dans l'obscurité grâce à sa pupille horizontale très extensible. Il se nourrit principalement d'insectes divers et de petits animaux (limaces, vers de terre, chenilles, cloportes, mille-pattes, petits coléoptères, etc...) qu'il attrape en projetant sa langue collante avant de les ramener vers sa bouche. Il mastique sa proie en l'écrasant avec le palais. Quand il mange, ses yeux se ferment et rentrent dans sa tête.
Des études sur son comportement prédateur devant une ruche le soir (lorsque les abeilles sont moins agressives) ont démontré que :
- il n'y a pas de refus instinctif de l'abeille de la part de Bufo bufo ;
- peu de crapauds apprennent à éviter systématiquement les abeilles et aucun ne les refuse totalement ;
- son comportement de prédateur est déterminé par sa taille et son poids : seules les grandes femelles (plus de 10 cm et pesant plus de 100 g) peuvent vraiment s'adapter à cette proie ;
- le nombre d'abeilles avalées est déterminé par le nombre de piqûres douloureuses reçues ; ce nombre dépend de l'agressivité des abeilles et de la dextérité du crapaud.
Il ressort de ces études que le crapaud est capable d'opérer une sélection parmi les proies qu'il rencontre mais que la mémorisation des proies à éviter n'est jamais définitive et doit être renouvelée périodiquement.



Les têtards mangent de la végétation, une grande proportion de fourmis, du pollen...

Reproduction - Multiplication

Suivant les régions, Bufo bufo hiverne d'octobre à mars dans une cavité à l'abri du gel (tunnel d'animal, cave, tas de bois).
La sortie d'hibernation et la migration vers la zone de ponte commencent dès que la température atteint 5°C au coucher du soleil avec une humidité relative de 60% environ. Il semble qu'une durée de nuit inférieure à treize heures soit également nécessaire. La femelle sort généralement plus tard que le mâle.
La saison de reproduction peut durer de un à deux mois ; début au plus tôt en février et fin au plus tard à mi-avril.
Le choix des sites pour la reproduction semble privilégier les plans d'eau situés en milieu relativement ouvert et en lisière de forêt. Ils drainent les crapauds dispersés dans un rayon de 1 km (parfois jusqu'à 3 km). Des dizaines, des centaines, voire des milliers d'individus se regroupent. Le crapaud commun est généralement fidèle à un site de reproduction. En conséquence, la colonisation d'un nouvel endroit est très lente et si une population est éliminée, il faut longtemps pour qu'elle soit remplacée.
Les mâles sont beaucoup plus nombreux que les femelles et les combats pour le droit de s'accoupler sont fréquents. Pendant les ardeurs du rut, le mâle, généralement plus petit que la femelle, la harcèle parfois avec maladresse avant de se hisser pour de bon sur son dos (pas d'accouplement ventre à ventre). Les mains du mâle sont enfoncées dans les aisselles de la femelle. Les callosités nuptiales présentes sur trois de ses doigts et très foncées pendant la saison de reproduction, l'aident à maintenir sa prise. Il n'est pas rare de voir plusieurs mâles s'agripper autour de la même femelle.
L'accouplement peut durer des heures, le mâle chevauchant la femelle souvent bien avant d'atteindre l'eau. Son instinct de reproduction l'amène à s'accrocher à tout ce qui bouge (grenouille, poisson, autre mâle) et à ne lâcher prise parfois que plusieurs jours après.
Quand la femelle est prête à pondre, le mâle commence à lui caresser les flancs. La ponte se présente sous la forme de deux longs cordons contenant trois ou quatre rangées d'œufs. Le mâle les saisit, les attache à une tige de plante et féconde les œufs au fur et à mesure. Son intervention est déterminante dans le développement ultérieur des œufs : si la ponte tombe dans la vase ou au fond de la mare, moins d'œufs arriveront à maturité ; de même l'étirement du cordon (œufs en deux rangées plutôt que trois ou quatre) améliore le taux de réussite. Un cordon peut mesurer jusqu'à 5 m de long, de 8 à 10 mm de diamètre, et contenir entre 2000 et 3500 œufs.
La femelle quitte le lieu de reproduction dès qu'elle a pondu, tandis que le mâle y séjourne plusieurs jours (ce qui pourrait expliquer en partie le nombre plus grand de mâles que de femelles). Ils se dispersent ensuite vers les sites de séjour du printemps et de l'été.
L'œuf est un petit embryon noir dans une enveloppe transparente. Il mesure environ 2 mm de diamètre. Son incubation dure de 21 à 28 jours.
A l'éclosion, le têtard mesure entre 3 et 5 mm de long (il est parmi les plus petits des anoures). Il est de couleur noirâtre avec des petites taches marron. Sa petite queue à l'extrémité arrondie, ne se prolonge pas sur le dos. Ses yeux sont assez rapprochés. Il grandit jusqu'à une longueur de 40 mm.
Les hormones thyroïdiennes guident sa métamorphose en crapelet. Métamorphose qui sera achevée en juillet quand les poumons prennent le relais des branchies et qu'il quitte la mare (taille de 7 à 12 mm). Cette sortie s'effectue en grand nombre et les crapelets se cachent dans les fissures, la vase, les pierres ou la végétation en attendant les températures douces ou la pluie pour s'éloigner de l'eau.
La maturité sexuelle est atteinte à 3 ans chez les mâles et 4 ans chez les femelles. Des études semblent indiquer que la taille du corps serait un facteur plus important que l'âge dans le déterminisme de la maturité sexuelle. Et le fait que la croissance diminue brusquement après la maturité sexuelle indiquerait qu'ensuite la nourriture servirait surtout pour la maintenance et la préparation de la reproduction suivante.
L'espérance de vie est d'environ 12 ans pour les mâles et de 9 ans pour les femelles. Il faut souligner que généralement les spécimens des régions froides vivent plus longtemps que ceux des régions chaudes (les plus vieilles femelles observées en Suisse à une altitude de 1850 m, atteignaient entre 14 et 18 ans). En captivité, il peut vivre 36 ans.



Remarque : en zone méditerranéenne, Bufo bufo se reproduit aussi en automne. Cependant, les spécimens méditerranéens ne se reproduisent pas tous les ans.

Vie associée

Ses prédateurs principaux sont certains oiseaux comme les buses et les hérons, la couleuvre vipérine (Natrix maura), la couleuvre à collier (Natrix natrix), et des mammifères comme les blaireaux. Ces derniers le dévorent par le ventre, évitant ainsi le contact avec les glandes toxiques. Un chien attrapant sans cette précaution un crapaud, le lâche ; sa gueule présente une écume blanche (heureusement, pas de réelle blessure).
Le hérisson supporte le venin qu'il utilise pour enduire ses piquants.
La petite mouche verte Lucilia bufonivora (lucilie) est un parasite qui pond ses œufs sur le dos de Bufo bufo. Les larves éclosent, vont dans le nez et mangent la muqueuse. Mais elles ne s'arrêtent pas là et finissent par manger le crapaud de l'intérieur. Après avoir tué leur hôte, elles se métamorphosent et s'échappent du cadavre de l'amphibien.



Le têtard du crapaud commun est toxique pour les poissons.

Divers biologie

Chant
Le chant du mâle est faible car il n'a pas de sac vocal. C'est un appel lent qui ressemble à: "oeck...oeck...oeck...". S'il est plus rapide (environ 3 fois par seconde) : c'est un appel de détresse.
Ssp. bufo et ssp. spinosus n'ont pas le même chant, celui de ssp. spinosus est plus lent.
La femelle est muette.
Systèmes défensifs
En présence d'un ennemi naturel, il se dresse sur ses pattes, se gonfle et baisse la tête pour paraître plus gros et décourager le prédateur.
S'il est touché ou soulevé, il excrète de l'urine.
Sans oublier l'action des deux glandes parotoïdes. Elles sécrètent un poison dont les principes actifs sont la bufonine et la bufotaline. Ce liquide blanchâtre irritant sert de défense contre les ennemis potentiels. Inoffensif pour l'homme, cependant une simple manipulation du crapaud commun peut provoquer des irritations si les mains sont portées à la bouche ou aux yeux (il n'est efficace qu'en contact avec les muqueuses).
Un têtard blessé dégage dans l'eau une substance qui permet d'avertir les autres d'un possible danger.
Déplacement
Il se déplace d'habitude en marchant. S'il se sent en danger, il saute.
Respiration
Le crapaud commun ne possède pas de côtes lui permettant de dilater et de contracter ses poumons. C'est en levant et en abaissant régulièrement le plancher buccal, qu'il aspire l'air par ses narines et le fait refluer vers ses poumons (comme s'il avalait l'air). Ce système est insuffisant pour assurer tous les échanges gazeux nécessaires. Sa peau lui permet de compléter ces échanges : l'oxygène de l'air se dissout dans la mince couche de mucus et est absorbé directement par le sang qui circule dans les vaisseaux sous-cutanés.
Boisson
Autre particularité de sa peau : elle lui permet d'absorber l'eau dont il a besoin car il ne boit pas par la bouche.
Territorialité
Le crapaud ne défend pas de territoire.

Informations complémentaires

Comme la plupart des amphibiens, il est menacé par la destruction et l'assèchement des marais et des milieux humides, et par les pesticides.



Beaucoup de crapauds communs sont écrasés sur les routes en rejoignant leur zone de reproduction. En de nombreux endroits, les routes ont été creusées pour mettre en place des buses de ciment : les crapauducs. Elles servent aux crapauds pour traverser sans danger. On utilise aussi des barrières temporaires : une bâche plastique disposée verticalement et supportée par une corde tendue entre des piquets. Installée sur le bas côté de la chaussée, elle interdit le franchissement de la route aux amphibiens qui sont contraints de la longer. Des seaux de capture, enterrés le long de la bâche assurent leur collecte. Les seaux sont visités matin et soir, et les individus collectés transférés de l'autre côté de la route.



Beaucoup plus commun qu'une grenouille, ce serait le crapaud qui aurait inspiré La Fontaine pour sa fable : "La grenouille qui se veut faire aussi grosse que le bœuf".

Réglementation

International :
Convention de Berne : Annexe III
UICN : Préoccupation mineure
De portée nationale :
Amphibiens et Reptiles protégés : Article 3
Loi relative à la protection de la nature du 13 juillet 1976 : interdiction sur le territoire national et en tout temps de détruire ou d'enlever les œufs ou les nids, de détruire, de mutiler, de capturer, de naturaliser ou d'enlever qu'il soit vivant ou mort, de colporter, d'utiliser, de commercialiser Bufo bufo.
Belgique :
Partiellement protégé en Wallonie par le décret dit "Natura 2000" du 6 décembre 2001 (espèce de l'annexe III) ;
Entièrement protégé à Bruxelles (Ordonnance du 27 avril 1995) ;
Entièrement protégé en Flandre (Arrêté royal du 22 septembre 1980).

Origine des noms

Origine du nom français

Crapaud : du germanique [krappa] = crochet,
commun : c'est le crapaud le plus présent dans nos contrées.

Origine du nom scientifique

Bufo : du latin [bufo] = crapaud.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Classe Amphibia Amphibiens Vertébrés tétrapodes caractérisés par deux stades distincts : un stade larvaire aquatique et un stade adulte en partie terrestre. Quelques formes tropicales apodes.
Sous-classe Lissamphibia Lissamphibiens Tous les amphibiens actuels.
Super ordre Salientia Salientiens
Ordre Anura Anoures Amphibiens dont la queue disparaît après la métamorphose. Ce sont les grenouilles, crapauds, et rainettes.
Famille Bufonidae Bufonidés Famille des crapauds.
Genre Bufo
Espèce bufo

Nos partenaires