Bryozoaire palmier

Idmidronea atlantica | (Forbes, in Johnston, 1847)

N° 694

Atlantique Nord oriental, Méditerranée

Clé d'identification

Petit (1-4 cm) bryozoaire arbustif, très calcifié et blanc
Branches claires, peu ramifiées, non anastomosées
Forme d'éventail ou de petit palmier
Zoïdes en quinconce sur une seule face = aspect finement dentelé

Noms

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Idmonea atlantica Forbes in Johnston, 1847
Idmonea triforis Heller, 1867
Tubulipora atlantica Harmer, 1915
Exidmonea atlantica (Forbes, in Johnston, 1847), synonyme valide ou une espèce distincte (très proche) suivant les auteurs.

Distribution géographique

Atlantique Nord oriental, Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Caraïbes

Idmidronea atlantica est une espèce de l'océan Atlantique nord européen (mer du Nord et Manche comprises) jusqu'en Méditerranée au sud. Elle est aussi décrite dans le golfe du Mexique, en Floride et au Canada, mais sa distribution exacte est mal connue et la confusion avec d'autres espèces proches n'aide pas à définir cette dernière.

Biotope

Ce petit bryozoaire se fixe sur des substrats durs primaires et secondaires (coralligène) et sur des débris coquillers dans les zones sédimentaires. Cette espèce peut s'établir en épibiose sur de nombreux organismes, avec une préférence pour les organismes branchus filiformes (gorgones et hydraires).
C'est dans les grottes semi-obscures, la sous-strate des peuplements coralligènes et les peuplements précoralligènes au niveau du faciès à Eunicella cavolini que I. atlantica trouve son plus grand développement. L'hydrodynamisme de la zone est un facteur primordial, il explique localement l'importance des populations.
C'est une espèce du large caractérisée par une grande amplitude bathymétrique : elle a été observée dès la zone des 20 mètres et jusqu'à plusieurs centaines de mètres (Ifremer : 1973 collecté à 330 m dans le golfe de Gascogne. Dragué à 100 mètres de fond à Banyuls au début du 20ième siècle).

Description

Idmidronea atlantica est un petit bryozoaire très calcifié et arbustif. La taille des colonies est de l'ordre du centimètre (diamètre maximal de 4 cm). Les colonies érigées semblables à de petits éventails sont constituées de branches rigides, relativement épaisses aux divisions peu nombreuses, dichotomes, symétriques et non anastomosées. La largeur des branches est constante. La forme des colonies est liée à leur environnement immédiat, ainsi elles peuvent être très allongées avec des branches aux formes irrégulières ou prendre la forme d'un petit palmier (forme circulaire quand les conditions sont homogènes). La couleur blanc calcaire, parfois verdie par des algues microscopiques, est caractéristique.
Les autozoïdes* d'une grande longueur et placés en quinconce sont situés sur une seule face des axes squelettiques (face frontale). De forme cylindrique, la partie terminale du tube de chaque autozoïde est libre et perpendiculaire à l'axe de la branche. Ceci donne cet aspect finement dentelé aux branches de la colonie. Le lophophore, visible uniquement sur des macrophotographies, comprend 10 tentacules.
En Méditerranée, cette espèce peut présenter des aspects très variables. Il y a une relation directe entre les microhabitats et la forme de la colonie. En condition d'éclairement et d'hydrodynamisme accentués (parois précoralligènes et fonds détritiques), les colonies sont robustes, alors qu'elles sont grêles dans les zones obscures et calmes des grottes sous-marines.

Espèces ressemblantes

Exidmonea (Idmidronea) coerulea (Harmelin, 1976) : espèce robuste de grande taille, très voisine d'aspect de I. atlantica avec laquelle elle cohabite en Méditerranée. Espèce profonde peu ou pas observable en plongée.

Hornera frondiculata est également un petit bryozoaire arbustif calcifié et déployé en de fins éventails beaucoup plus serrés que I. atlantica. La taille des colonies est aussi bien plus grande (plusieurs cm) mais la couleur blanche est similaire.

Frondipora verrucosa : souches aplaties ou en entonnoir (3 à 5 cm) à l'aspect de feuille calcifiée et perforée brun jaunâtre à beige. Les ramifications courtes, dichotomes et anastomosées ont des extrémités poreuses et renflées, les branches sont nettement plus grosses que I. atlantica.

Parmi les bryozoaires souples des eaux européennes, certaines petites colonies de Bugula spp. (B. plumosa) ou de Scrupocellaria spp. présentent des ramifications dichotomes qui peuvent faire penser à I. atlantica, mais la rigidité et la blancheur de cette dernière permettra de faire la différence.

Alimentation

Comme tous les bryozoaires, c'est un filtreur suspensivore* microphage*. Les diatomées (algues unicellulaires) sont la base de l'alimentation des bryozoaires. Les cils des tentacules sont capables de créer des microcourants permettant l'acheminement des particules alimentaires vers la bouche au centre du lophophore* (dont les fonctions sont aussi celles de respiration et de nettoyage de la colonie).

Reproduction - Multiplication

Comme tous les bryozoaires, cette espèce est capable de se reproduire de manière sexuée. Les œufs fécondés vont incuber dans une chambre (ovicelle*) avant d'être libérés, la larve nageuse va ensuite se fixer pour démarrer une nouvelle colonie par multiplication asexuée. Cette multiplication asexuée peut aussi se faire à partir d'un fragment cassé ou d'un clivage des rameaux de la colonie en plusieurs colonies filles, qui vont pousser dans des directions différentes.

Informations complémentaires

Fait partie des cyclostomes fossiles très abondants (aire quaternaire, Néocène) entre -14 500 et -20 600 ans avant J.C.

Origine des noms

Origine du nom français

Bryozoaire palmier : proposition du site DORIS.

Origine du nom scientifique

Idmidronea : ?
atlantica : Atlantique.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Bryozoa / Ectoprocta Bryozoaires / Ectoproctes Petits animaux coloniaux filtreurs aquatiques fixés à un substrat. Tous les zoïdes sont en continuité physique et issus de bourgeonnement à partir d’un individu unique. Chaque zoïde porte un lophophore rétractile et est abrité dans une logette.
Classe Stenolaemata Sténolèmes Leur lophophore est cylindrique, les zoïdes sont bien calcifiés et ils sont majoritairement marins. La classe des Stenolaemata est constituée d’un seul ordre vivant (et de trois fossiles) : l’ordre des Cyclostomatida ou cyclostomes qui sont formés d’un assemblage de tubes rigides.
Ordre Cyclostomatida Cyclostomes Tous marins. Les zoïdes sont tubulaires avec des parois calcifiées qui peuvent fusionner avec celles des zoïdes adjacents.
Sous-ordre Tubuliporina Tubuliporinés Zoécies tubuleuses, disposées sur la face frontale des rameaux ou des lobes, en une file unisériée ou en plusieurs séries placées côte à côte très régulièrement.
Famille Tubuliporidae Tubuliporidés
Genre Idmidronea
Espèce atlantica

Nos partenaires