Bryozoaire encroûtant rouge

Schizobrachiella sanguinea | (Norman, 1868)

N° 623

Atlantique Est, Manche, Méditerranée

Clé d'identification

Lames plates (croûtes) ou érigées (cornets)
Coloration marron rougeâtre à orange foncé
Bande plus claire en périphérie (pas toujours)
Lophophores rouge sang
Zoïdes quadrangulaires en lignes régulières

Noms

Noms communs internationaux
Red encrusting bryozoan (GB), Briozoi rossi incrostante (I), Briozoo rojo encrostante (E), Rote Krustenförmige Moostierchen (D)
Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides
Hemeschara sanguinea Norman, 1868
Schizoporella sanguinea Hincks, 1880

Distribution géographique

Atlantique Est, Manche, Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Atlantique Est, Manche comprise, du Portugal aux îles Britanniques et en Méditerranée (principalement dans le bassin occidental).
Alors qu'il est très fréquent en Méditerranée française, les observations bretonnes sont rares : ce bryozoaire encroûtant rouge n'y est commun qu'aux Glénan et rare dans la rade de Brest (ADMS).

Biotope

Ce bryozoaire est présent depuis le voisinage de la surface à environ 50 m de profondeur. Il s'agit d'une espèce pionnière à la croissance rapide (une dizaine de cm2 en 3 mois) qui encroûte tous les substrats durs qu'ils soient en zone semi-obscure ou parmi la communauté des algues sciaphiles* : roches, coquillages, rhizomes des posidonies, coralligène, etc.
Schizobrachiella sanguinea fait ainsi partie des espèces du fouling (coques des bateaux, chaînes, et autres supports artificiels).

Description

Schizobrachiella sanguinea est un bryozoaire encroûtant qui peut recouvrir plusieurs décimètres carrés. Les colonies souvent circulaires forment des croûtes légèrement râpeuses collées au substrat ou partiellement érigées au dessus de celui-ci. Dans ce cas les lames forment des circonvolutions qui se replient jusqu'à former des sortes de cornets multidirectionnels de quelques cm de hauteur (une dizaine de cm au maximum). Ces cornets fonctionnent comme des pièges à sédiments. Plus généralement, les colonies restent encroûtantes. Les différents aspects de ces colonies sont façonnés par l'hydrodynamisme de leur lieu d'implantation et son facteur associé qui est le taux de sédimentation : incrustations planes dans les eaux agitées ou soumises à un fort courant et colonies érigées en cornets dans les eaux calmes avec dépôts de particules. La forme de la colonie dépend aussi de son âge, les jeunes colonies étant toujours encroûtantes.
La coloration est variable, mais le rouge domine (du marron au rouge lie de vin en passant par l'orangé foncé et le noir). Les zoïdes sont souvent bicolores au sein de la même colonie, ainsi une bande plus ou moins large et nettement plus claire (crayeuse) est souvent observée juste avant la marge des encroûtements qui elle, reste rouge.
Les zoïdes de 0,5 mm environ sont clairement visibles, particulièrement lorsque les lophophores de couleur rouge sang sont rétractés et que les zoïdes d'une même colonie sont de couleurs différentes. Les zoïdes de forme quadrangulaire sont disposés en lignes régulières, l'ouverture de sortie du lophophore est située à une extrémité du zoïde, celle qui est orientée vers le bord externe de la colonie.
La paroi des zoïdes est densément perforée par des pores larges et arrondis. Les ovicelles* (pas toujours présentes) sont proéminentes, globuleuses et également perforées.

Espèces ressemblantes

Il y a une confusion possible pour les colonies érigées de Méditerranée avec une espèce proche (Schizoporellidés) formant de larges cornets multiples Schizoporella errata.
Par contre les formes encroûtantes orangées peuvent correspondre à plusieurs espèces d'apparence semblable, particulièrement en Atlantique :
Schizomavella linearis de couleur orange-rose est lisse,
Schizomavella sarniensis de couleur orange vif,
Umbonula littoralis et Escharoides coccinea sont tous deux verdâtres au centre et orange-rouge sur les bords.

Schizoporella dunkeri, orange jaune lumineux (Méditerranée).

Alimentation

Comme tous les bryozoaires, c'est un filtreur suspensivore* microphage*. Les diatomées (algues unicellulaires) sont la base de l'alimentation des bryozoaires. Les cils des tentacules sont capables de créer des microcourants permettant l'acheminement des particules alimentaires vers la bouche au centre du lophophore* (dont les fonctions sont aussi celles de respiration et nettoyage de la colonie).

Reproduction - Multiplication

Cette espèce a un cycle de reproduction annuel, la libération des larves intervient entre mars et juillet chaque année (Méditerranée). Le recrutement (fixation des larves sur un support) se fait de fin mai à fin août. La larve nageuse, sensible à la lumière, peut sélectionner son lieu de fixation, mais ce recrutement est largement compromis par le développement rapide des algues brunes pendant cette même période. Cette compétition avec les algues est déterminante pour la distribution des colonies adultes, c'est-à-dire celles qui ont réussi à se développer après leur fixation.

Divers biologie

Onchidoris neapolitana Delle Chiaje, 1845, est un petit nudibranche (8-10 mm) au corps ovale, à la couleur marron rougeâtre et recouvert de papilles rétractiles. Il se nourrit de bryozoaires comme Schizobrachiella sanguinea duquel il tire sans doute sa pigmentation rougeâtre.
Le petit hydraire Halocoryne epizoica est souvent associé aux colonies de S. sanguinea.

Informations complémentaires

Retrouvé dans diverses bioconstructions (association microbiolithes-bryozoaires) de type récifal dans les strates sédimentaires en Sicile et Sardaigne, ce bryozoaire a ainsi une existence très ancienne.
Les microbiolithes sont des structures organo-sédimentaires qui résultent du développement de micro-organismes (procaryotes ou eucaryotes), d’accumulation de particules détritiques piégées (la forme en cornet de notre bryozoaire est donc très favorable à ce type de formation) et de minéraux précipités (Burne & Moore, 1987).

Origine des noms

Origine du nom scientifique

Schizobrachiella : du grec [schizo-] = fendre, séparer en fendant, du grec [brachi(o)-] = bras et du latin [-ella] = petit.
sanguinea : du latin [sangui] = sang.
Donc bryozoaire en forme de petits bras fendus de couleur rouge sang, relatif à la forme érigée en cornets.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Bryozoa / Ectoprocta Bryozoaires / Ectoproctes Petits animaux coloniaux filtreurs aquatiques fixés à un substrat. Tous les zoïdes sont en continuité physique et issus de bourgeonnement à partir d’un individu unique. Chaque zoïde porte un lophophore rétractile et est abrité dans une logette.
Classe Gymnolaemata Gymnolèmes Colonies polymorphes. Les zoïdes sont cylindriques ou aplatis, les lophophores circulaires. Les parois peuvent être calcifiées ou non. Presque tous marins.
Ordre Cheilostomatida Cheilostomes Bryozoaires calcifiés, zoïdes* en forme de boîte obturée par un opercule à charnière. Gymnolèmes les plus nombreux et les plus diversifiés des régions littorales, souples à rigides. Groupe au polymorphisme marqué où l’on trouve des individus différenciés (aviculaires, vibraculaires, ovicelles globuleux…).
Sous-ordre Neocheilostomatina/Ascophora Ascophores Paroi frontale calcifiée sous laquelle un sac flexible invaginé s'ouvre sur l’extérieur par un pore médian situé derrière le péristome et nommé ascopore.
Famille Schizoporellidae Schizoporellidés Bryozoaires encroûtants, loges à ouverture semi-lunaire.
Genre Schizobrachiella
Espèce sanguinea

Nos partenaires