Bryozoaire flocon blanc

Bicellariella ciliata | (Linnaeus, 1758)

N° 1684

Manche, Atlantique Nord-Ouest et Nord-Est, Méditerranée, Indo-Pacifique

Clé d'identification

Flocons blancs de 1 à 2 cm
Points noirs régulièrement répartis le long des ramifications
Longs cils sur le haut des zoïdes (à la bino)

Noms

Noms communs internationaux

Haarcelpoliep, wimpermosdiertje (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Sertularia ciliata Linnaeus, 1758
Bicellaria ciliata Hincks, 1880

Distribution géographique

Manche, Atlantique Nord-Ouest et Nord-Est, Méditerranée, Indo-Pacifique

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Indo-Pacifique, Atlantique Nord-Ouest

Cette espèce cosmopolite est répertoriée des côtes sud de la Norvège jusqu'au sud de l'océan Atlantique, dans l'Atlantique Nord-ouest (du cap Cod au golfe du Saint-Laurent), en Méditerranée ainsi que dans l'océan Indo-Pacifique.

Biotope

On trouve cette espèce dans des zones rocheuses, parois verticales exposées au courant, souvent en épibionte* sur d'autres organismes. On la rencontre à partir de 10 m jusqu'à une trentaine de mètres de profondeur environ. Sa présence aurait été remarquée jusqu'à 140 m.

Description

Les colonies de Bicellariella ciliata se présentent sous forme de petites touffes plumeuses blanchâtres de 1 à 2,5 cm de haut. Les ramifications sont très denses et forment une demi sphère. On voit des points sombres correspondant aux zoïdes*, régulièrement répartis le long des ramifications. La colonie est fixée par un petit pied souple qui donne une grande souplesse d'ondulation dans la masse d'eau. A la loupe binoculaire, on observe que les zoïdes se superposent alternativement à gauche et à droite. La logette (ou cystide*) a une forme double : un tube en cône surmonté d'une chambre en forme de haricot ; elle est munie, sur la partie supérieure, de 4 à 6 longs appendices courbés. Les cystides sont fixés les uns sur les autres par la zone "basse" (tube conique). Les aviculaires (zoïdes de défense, en forme de "bec denté") sont munis d'un pédoncule et implantés régulièrement à la base des cystides.

Espèces ressemblantes

Il existe plusieurs espèces qui forment des petits flocons blancs (exemple : Crisia spp.). Plusieurs bugules (Bugulina flabellata, Bugula plumosa ou Bugulina turbinata) ont également un port dressé et branchu. Il est difficile (voire impossible) de les différencier sans passer par une observation à la loupe binoculaire.

Alimentation

Comme tous les bryozoaires, c'est un filtreur actif (le lophophore est en perpétuel mouvement) qui se nourrit principalement d'algues unicellulaires planctoniques (diatomées).

Reproduction - Multiplication

Il semble que cette espèce se développe principalement en hiver et au printemps : les embryons sont produits de fin mars à avril donnant des larves en mai-juin. Ces dernières sont matures en août et donnent naissance à une nouvelle génération qui hivernera. Sa présence l'été est beaucoup plus discrète, peut-être du fait de la compétition avec d'autres espèces annuelles ou d'une plus forte prédation.

Vie associée

Cette espèce vit en épibionte* sur certains mollusques, sur des hydraires ou d'autres bryozoaires.
Elle semble une proie de prédilection pour le mollusque nudibranche Polycera faeroensis.

Informations complémentaires

Cette espèce est classée depuis peu dans la famille des Bicellariellidae. On la trouve cependant encore dans la famille des Bugulidae dans de nombreux ouvrages ou publications.

Origine des noms

Origine du nom français

Bryozoaire flocon blanc (proposition DORIS) : en rapport à l'aspect général que donne cette espèce.

Origine du nom scientifique

Bicellariella : du latin [bi] = deux et [cellarium] = chambre
ciliata : du latin [cilium] = cils.
Donc bryozoaire à double chambre (logettes en deux parties) et muni de cils (caractères microscopiques).

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Bryozoa / Ectoprocta Bryozoaires / Ectoproctes Petits animaux coloniaux filtreurs aquatiques fixés à un substrat. Tous les zoïdes sont en continuité physique et issus de bourgeonnement à partir d’un individu unique. Chaque zoïde porte un lophophore rétractile et est abrité dans une logette.
Classe Gymnolaemata Gymnolèmes Colonies polymorphes. Les zoïdes sont cylindriques ou aplatis, les lophophores circulaires. Les parois peuvent être calcifiées ou non. Presque tous marins.
Ordre Cheilostomatida Cheilostomes Bryozoaires calcifiés, zoïdes* en forme de boîte obturée par un opercule à charnière. Gymnolèmes les plus nombreux et les plus diversifiés des régions littorales, souples à rigides. Groupe au polymorphisme marqué où l’on trouve des individus différenciés (aviculaires, vibraculaires, ovicelles globuleux…).
Sous-ordre Flustrina Flustrine
Famille Bugulidae Bugulidés Colonies érigées et ramifiées.
Genre Bicellariella
Espèce ciliata

Nos partenaires