Astéronotus verruqueux

Asteronotus cespitosus | van Hasselt, 1824

N° 430

Océans Indien et Pacifique Ouest tropicaux

Clé d'identification

Plutôt rond et grand
Coloration variable et terne – brun grisâtre à vert olive clair à jaune moutarde/brun
Manteau recouvert de grands tubercules avec longue crête centrale de tubercules unis sur le notum, de grands tubercules ronds et d'autres unis en crêtes concentriques plus courtes
Rhinophores lamellés et rétractiles avec partie supérieure en forme de massue
Branchies rétractiles très ramifiées

Noms

Noms communs internationaux

Lumpy asteronotus (GB), Höckerschnecke (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

D'après Marshall & Willan (1999) :
Doris cespitosa Hasselt, 1824
Asteronotus hemprichi Ehrenberg, 1831
Doris mauritiana Quoy & Gaimard, 1832
Doris cerebralis Gould, 1852
Doris exanthemata Kelaart, 1858
Doris foetida Pease, 1860
Asteronotus bertrana Bergh, 1878
Doris mabilla Abraham, 1877
Doris hepatica Abraham, 1877
Doris crescentica Collingwood, 1881
Asteronotus fuscus O'Donoghue, 1924
Asteronotus brassica Allan, 1932
Asteronotus madrasensis O'Donoghue, 1932
Jorunna marchadi Risbec, 1956

Distribution géographique

Océans Indien et Pacifique Ouest tropicaux

Zones DORIS : Indo-Pacifique

Océans Indien et Pacifique Ouest tropicaux jusqu'à Hawaï. Pour les eaux françaises, l'espèce est présente à Mayotte, à La Réunion ainsi qu'en Nouvelle-Calédonie.

Biotope

Asteronotus cespitosus se trouve sous des rochers ou caché dans des trous pendant la journée. La nuit, il rampe dans la zone intertidale et sur le récif entre 1 m et 15 m de profondeur.

Description

Nudibranche plutôt rond et grand – entre 90 mm et 250 mm en tant qu'adulte.
Coloration variable et terne – brun grisâtre à vert olive clair et à jaune moutarde/brun.
Le manteau est recouvert de grands tubercules dont la base est d'une couleur plus claire que le reste : sur le notum* (entre les rhinophores et les branchies) se trouve une longue crête de tubercules unis entourée de grands tubercules ronds qui sont ensuite contournés de crêtes concentriques de tubercules plus courts que la crête centrale. Dans les spécimens jaune moutarde/brun, se trouvent des tubercules ronds et plus petits au lieu des tubercules unis sur la bordure.
Le manteau est assez rigide et d'une texture gélatineuse.
Le bord du manteau est ondulé, plus fin que le manteau et plus clair que la couleur dominante.



Rhinophores lamellés et rétractiles dont la partie supérieure est en forme de massue.
Les branchies rétractiles avec 6 branches principales très ramifiées et contournées d'une couleur plus claire, encerclent l'anus.
Les fourreaux des rhinophores et des branchies sont épais, élevés et avec un bord irrégulier ; celui des branchies porte six grands lobes.
Le pied, complètement caché par le manteau, est beaucoup plus étroit que ce dernier. Il peut présenter des différences de coloration mais est généralement dans des tons de beiges, jaunâtres ou orangés, alors que le dessous du manteau est clair, maculé de grosses taches plus sombres.

Espèces ressemblantes

Le genre Asteronotus comporte plusieurs autres espèces ressemblantes : gros animaux (30 à 40 mm), plutôt ronds. Citons par exemple Asteronotus mimeticus Gosliner & Valdés, 2002 ou Asteronotus spongicolus Gosliner & Valdés, 2002. Chez ces deux espèces, les vésicules sont plus petites, moins en relief que chez A. cespitosus.
Il existe une espèce d'Asteronotus pas encore décrite qui est complètement rouge foncé et qui n'a pas les tubercules prononcés d'A. cespitosus. Il n'a pas encore été déterminé s'il s'agit de la même espèce ou d'une autre espèce. Elle est parfois citée comme Asteronotus hepaticus (Abraham, 1877).

Alimentation

Il est très probable qu'Asteronotus cespitosus se nourrisse d'éponges, notamment du genre Dysidea.

Reproduction - Multiplication

Les doridiens ont leurs organes génitaux qui émergent du corps sur leur côté droit. Ils se présentent donc en position tête-bêche, deux à deux, pour se reproduire et échanger leurs gamètes* mâles. Ils iront pondre, chacun de leur côté, ensuite.
La ponte d'Asteronotus cespitosus est un ruban spiralé sur deux ou trois tours, le tout d'un diamètre d'une dizaine de centimètres. La couleur de cette ponte va du rose au orange.

Vie associée

Parfois, l'on trouve des petites crevettes commensales sur le dorsum*. Il s'agit souvent de Periclimenes imperator Bruce, 1967.

Divers biologie

Asteronotus cespitosus a tendance à se cacher pendant la journée et on le rencontre principalement de nuit, sur le récif.

Origine des noms

Origine du nom français

Asteronotus verruqueux : met en avant la présence des tubercules en relief, sur le dos de l'animal.

Origine du nom scientifique

Asteronotus : du grec [aster] = étoile, et [notus] = dos, soit des étoiles sur le dos (les gros tubercules plus clairs).



cespitosus : du latin [cespit-] = plaque de gazon, gazon. Serait-ce une allusion à l'ornementation du manteau ?

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Mollusca Mollusques Organismes non segmentés à symétrie bilatérale possédant un pied musculeux, une radula, un manteau sécrétant des formations calcaires (spicules, plaques, coquille) et délimitant une cavité ouverte sur l’extérieur contenant les branchies.
Classe Gastropoda Gastéropodes Mollusques à tête bien distincte, le plus souvent pourvus d’une coquille dorsale d’une seule pièce, torsadée. La tête porte une ou deux paires de tentacules dorsaux et deux yeux situés à la base, ou à l’extrémité des tentacules.
Sous-classe Opisthobranchia Opisthobranches Coquille présente, réduite ou absente. Branchies à l’arrière du cœur. Principalement marins ou d’eau saumâtre, rare en eau douce (une dizaine d’espèces, Ordre des Acochlidea).
Ordre Nudibranchia Nudibranches Cavité palléale et coquille absentes chez l’adulte. Lobes pédieux souvent absents aussi. Respiration cutanée, à l’aide de branchies, de cérates ou d’autres appendices. Tête portant une ou deux paires de tentacules, les tentacules postérieurs ou rhinophores peuvent parfois être rétractés dans des gaines. Principalement marins ou d’eau saumâtre.
Sous-ordre Doridina Doridiens Corps aplati. Anus dorsal entouré complètement ou partiellement par des branchies de remplacement ramifiées qui peuvent être rétractées (voire absentes). Mangeurs d’éponges, habituellement armés de spicules calcaires internes.
Famille Discodorididae Discodorididés Forme aplatie ovale ou un peu rectangulaire. Pied plus petit que le manteau granuleux. Possibilité d’autotomie du bord du manteau. Présence de glandes à acide. Tentacules buccaux coniques ou digitiformes.
Genre Asteronotus
Espèce cespitosus

Nos partenaires