Esturgeon européen

Acipenser sturio | Linnaeus, 1758

N° 1321

Bassin Gironde-Garonne-Dordogne et Atlantique très proche

Clé d'identification

Museau pointu en forme de rostre
4 barbillons non frangés devant la bouche sur la face inférieure de la tête
Nageoire caudale avec un lobe supérieur plus grand que le lobe inférieur
5 rangées longitudinales de plaques osseuses
Entre 1 et 2 mètres de long, parfois davantage

Noms

Autres noms communs français

Astourion, astouriou, créa, créac, créach, créac'h (breton), estourioun, esturgeon atlantique, esturgeon commun, esturgeon baltique, esturien, esturio, esturioun, esturjon, étrugeon, gaizkata (Pays basque)

Noms communs internationaux

European sturgeon, atlantic sturgeon, baltic sturgeon, common sturgeon, sea sturgeon (GB), Sturione, adano, ladano, porceletto, porcello, storione (I), Esturión común, marion, sollo, sollo real, sulio (E), Stierl, Baltischer Stör, Gemeiner Stör, Schirk, Stoer, Stohr, Sturo (D), Stent, steur (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Acipenser sturio possède de nombreux synonymes dont les plus fréquemment utilisés sont :
Sturio accipenser Strøm, 1784
Acipenser lichtensteinii Bloch & Schneider, 1801
Acipenser latirostris Parnell, 1838
Acipenser hospitus Krøyer, 1852
Acipenser thompsonii Ball, 1856
Acipenser valenciennii Duméril, 1870
Sturio vulgaris Brusina, 1902

Distribution géographique

Bassin Gironde-Garonne-Dordogne et Atlantique très proche

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Eau douce

Autrefois, on trouvait l'esturgeon européen sur les côtes et les cours d'eau de la façade atlantique de l'Europe (du nord de la Norvège au sud de l'Espagne voire même le Maroc), dans la Baltique, dans le bassin occidental de la Méditerranée et en mer Noire.
De nos jours, sa distribution s'est considérablement restreinte :
- en mer : sur la façade atlantique de l'Europe ;
- en eau douce : dans le bassin versant Gironde, Garonne et Dordogne.

Biotope

L'esturgeon peut vivre en eau douce comme en mer (il est dit amphihalin*). Il nage sur le fond, de préférence vaseux ou sableux, et fréquente habituellement la tranche d'eau comprise entre 5 et 60 m de profondeur (jusqu'à 100 mètres en mer).

Description

L'esturgeon européen mesure en moyenne entre 1 et 2 mètres de longueur. Il peut atteindre la taille maximale de 6 mètres pour un poids de 400 kg.
Le dos et les flancs sont de couleur gris cendré à gris brun, les parties ventrales et latérales sont plus claires (blanc jaunâtre). Cinq rangées longitudinales de plaques osseuses sont disposées le long du corps.
La nageoire dorsale est située très en arrière du corps. Le lobe supérieur de la nageoire caudale est plus développé que le lobe inférieur.
Le museau est pointu et en forme de rostre, avec quatre barbillons arrondis et non frangés.
L'esturgeon européen est doté d'une bouche protractile* sur la face inférieure de la tête. La lèvre inférieure est échancrée au milieu.

Espèces ressemblantes

Compte tenu de la distribution extrêmement restreinte de l'esturgeon européen (uniquement le bassin Gironde-Garonne-Dordogne), la confusion ne peut avoir lieu qu'avec deux espèces :
- Acipenser baeri, l'esturgeon de Sibérie : il vit uniquement en eau douce et est élevé en pisciculture pour son caviar ; il a parfois été introduit accidentellement en rivière ; la distinction se fait sur le nombre des écussons dorsaux, latéraux et ventraux, et est donc une affaire de spécialistes.
- Acipenser ruthenus, le sterlet : il vit uniquement en eau douce, son museau étroit et pointu, est relevé vers le haut, ses barbillons sont frangés ; en pisciculture, on le croise avec l'esturgeon de Sibérie car l'hybride stérile a une croissance rapide et échappe à la stricte réglementation régissant le commerce des espèces d'esturgeon.



Remarque : la famille des Acipenseridae est constituée de 24 espèces reconnues d'esturgeons :
- 17 sont du genre Acipenser,
- 2 du genre Huso,
- 3 du genre Pseudoscaphirhynchus
- et 2 du genre Scaphirhynchus.
Pour la plupart de ces espèces, il subsiste des lacunes importantes qui rendent impossible la mise au point d'une clé d'identification. De plus, l'introduction volontaire ou involontaire (échappement à partir d'élevage), de souches pures ou d'hybrides allochtones*, perturbe les aires de répartition naturelles et rend les identifications encore plus complexes. Voir les fiches de l'Esturgeon hybride adriatico-russe et du sterlet.

Alimentation

Sa vue étant mauvaise, l'esturgeon européen fouille le fond à l'aide de son rostre et de ses barbillons qui ont un rôle sensitif et gustatif. Dès qu'il a repéré une proie, il projette sa bouche protractile et l'aspire par un brutal mouvement de succion.
L'alevin consomme du plancton et des larves d'insectes.
Dans l'estuaire, le juvénile mange des larves et des petits crustacés.
En mer, l'adulte se nourrit essentiellement de petits crustacés tels des gammares, des crevettes grises (Crangon crangon), des crabes verts, ainsi que de vers et de mollusques.

Reproduction - Multiplication

Au printemps, les adultes quittent la mer pour remonter les rivières. Ils se dirigent vers les zones de frai situées dans les parties basses de la Garonne et de la Dordogne. Ils ne s'alimentent pas pendant cette migration. Les frayères se trouvent dans des parties assez profondes (entre 5 et 10 m), à fort courant et à substrat de graviers, de galets et de blocs.
La phase de ponte est assez mal connue. Il semble qu'une femelle accompagnée de plusieurs mâles émet de trois cent mille à deux millions d'œufs en pleine eau (soit près de 10% de son poids). Après la ponte, les adultes retournent rapidement à la mer. Les mâles pourront à nouveau se reproduire dès l'année suivante alors que les femelles devront attendre deux ou trois années.
Les œufs gris-noirâtres mesurent environ 3 mm. Ils dérivent avec le courant et deviennent très adhésifs. Ils se collent ainsi au substrat. Ils éclosent au bout de 3 à 7 jours suivant la température de l'eau (entre 14 et 19 °C).
Les alevins croissent rapidement et, au bout de deux semaines, les petits esturgeons mesurent déjà sept à huit centimètres avec des rangées d'écussons bien visibles. En septembre, ils atteignent une taille de 20 à 25 cm. Ils migrent alors vers la partie dulcicole de l'estuaire où ils vont passer l'hiver. Au printemps suivant, ils se répandent dans tout l'estuaire où ils grandissent jusqu'à une taille de 50 cm ce qui leur prend au moins une année. Ils passent alors en mer où ils resteront le temps d'atteindre leur maturité sexuelle. Maturité atteinte vers 10-12 ans pour les mâles (taille comprise entre 110 et 150 cm), 13-16 ans pour les femelles (taille comprise entre 120 et 180 cm).

Remarque : l'essentiel des données scientifiques qu'on possède actuellement sur Acipenser sturio concerne l'esturgeon girondin en raison de la disparition prématurée de l'espèce du reste du territoire européen.

Divers biologie

Son espérance de vie dépasse 100 ans.

Informations complémentaires

En mer, il semble que l'esturgeon européen ne s'éloigne pas trop de son estuaire natal et qu'il se nourrisse sur le plateau continental.
Pendant la bonne saison, il arrive que les juvéniles retournent de la mer vers les estuaires. Cette migration, probablement de nature alimentaire, s'appelle "Mouvée de la Saint-Jean".

L'esturgeon existe depuis plus de 300 millions d'années. Lorsque les dinosaures sont apparus, il était déjà présent depuis 70 millions d'années. C'est un poisson archaïque dépourvu d'écailles, en dehors des écussons, avec un squelette constitué de cartilage et de quelques plaques osseuses sur le crâne.

Au cours du 20ème siècle, la pêche intensive, la dégradation de la qualité des eaux, la destruction des frayères (exploitées par l'homme pour l'extraction de granulats) et la construction de barrages ont provoqué la disparition de ce poisson de presque toute l'Europe. Actuellement, il ne subsiste plus qu'une seule population (entre 20 et 750 individus matures ?) dans le bassin Gironde-Garonne-Dordogne. L'arrêt de l'exploitation des granulats en Dordogne et en Garonne, la mise en œuvre d'un plan de sauvetage qui comprend, entre-autres, le rempoissonnement à partir d'élevages et dont on ne saura le succès reproductif qu'à partir de 2016, sauveront peut-être cette espèce.

Réglementation

Communautaire :
Règlement communautaire CITES : Annexe A
Directive Habitats-Faune-Flore : Annexe II
Directive Habitats-Faune-Flore : Annexe IV
International :
Convention de Barcelone : Annexe II
Convention de Berne : Annexe II
CITES (Convention de Washington) : Annexe I
Convention de Bonn : Annexe II
Convention OSPAR : Annexe V
De portée nationale :
Arrêté du 9 juillet 1999 fixant la liste des espèces de vertébrés protégées menacées d'extinction en France et dont l'aire de répartition excède le territoire d'un département
Arrêté du 20 décembre 2004 relatif à la protection de l'espèce Acipenser sturio (esturgeon)

Depuis 1998, le commerce international de toutes les espèces d'esturgeons est réglementé par la CITES.
Malgré cette protection, l'Esturgeon européen continue de régresser.

Deux centres de recherche travaillent sur cette espèce : le Cemagref (de Cestas) et l'IGB (Institut de recherche sur l'eau douce de Berlin). Un plan de sauvegarde, à l'échelle européenne et animé par le WWF (World Wide Fund), est en cours.

Origine des noms

Origine du nom français

Esturgeon : du francique sturjo

Origine du nom scientifique

Acipenser : du latin [acipenter] = esturgeon.
sturio : latinisation du germanique médiéval [stör] = esturgeon.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Chondrostei Chondrostéens Poissons osseux avec quelques parties cartilagineuses.
Ordre Acipenseriformes Acipensériformes

Groupe des sterlets et des esturgeons.

Sous-ordre Acipenseroidei Acipenséroïdes
Famille Acipenseridae Acipenséridés
Genre Acipenser
Espèce sturio

Nos partenaires