Acétabulaire

Acetabularia acetabulum | (Linnaeus) Silva

N° 1234

Méditerranée

Clé d'identification

Tige ou hampe de 5 cm de haut
Chapeau ou ombrelle en disque de 1 cm de diamètre
Ombrelle à bord lisse
Couleur vert clair à blanc

Noms

Autres noms communs français

Ombrelle de mer

Noms communs internationaux

Mermaid's cup (GB), Acetabularia (I), Acetabularia (E), Schirmalge (D), Parasolwier (NL)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Acetabularia mediterranea
Madrepora acetabulum (Linnaeus)

Distribution géographique

Méditerranée

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Méditerranée occidentale, orientale (sauf Egypte) et mer Adriatique.
Elle est signalée aussi sur les côtes atlantiques du sud de l'Espagne.

Biotope

L'acétabulaire préfère les substrats solides (rochers, coquilles, etc…) bénéficiant d'un fort ensoleillement (c'est une algue photophile *). On la trouve donc à faible profondeur (2 à 5 m le plus souvent, plus profond quand les eaux sont claires), le plus souvent sur le haut des rochers.
Elle n'apprécie pas trop l'agitation. Vous la trouverez donc plutôt en zone calme.

Description

L'acétabulaire est une petite espèce appartenant aux algues vertes (Chlorophycées).
Inutile de la chercher en automne ou en hiver, elle n'est visible qu'à la fin du printemps et en été.
Cette particularité de l'acétabulaire vient du fait que cette algue est unicellulaire, c'est-à-dire constituée d'une seule cellule.
Elle vit fixée par ses rhizoïdes* (espèces d'excroissances servant de crampons) sur des supports solides comme des rochers, dans les zones ensoleillées à faible profondeur. Le noyau de la cellule est toujours présent à ce niveau, près des rhizoïdes.
Au printemps, la cellule qui était jusque-là invisible, se met à grandir et à former une espèce de tige verticale appelée la hampe. Cette hampe mesure environ 5 cm de haut chez A. acetabulum.
Lorsque la hampe a atteint sa taille maximale, elle forme un chapeau ou ombrelle en forme de disque creux d'environ 1 cm de diamètre (entre 5 mm et 1,2 cm), à bord lisse.
L'algue est alors bien visible, vert pâle à blanc, bien reconnaissable : la forme du chapeau est caractéristique de l'espèce.
Le chapeau est marqué de stries radiales, car il est en fait constitué de petits sacs liés entre eux, contenant les éléments reproducteurs de l'algue. Ils se détachent à la fin de l'été, et ceux qui seront fécondés donneront peut-être une nouvelle algue après s'être fixés.

Espèces ressemblantes

Il existe de nombreuses espèces très ressemblantes entre elles, mais Acetabularia acetabulum est la seule à être endémique de Méditerranée. Elle y est abondante et vraiment commune.
On peut citer :
Acetabularia crenulata : le bord de l'ombrelle est crénelé, irrégulier.
Acetabularia dentata : le bord de l'ombrelle est dentelé, le centre de l'ombrelle est plus large
Acetabularia kilneri : chaque sac formant l'ombrelle a l'extrémité arrondie
Acetabularia schenckii : chaque sac formant l'ombrelle a l'extrémité arrondie, et le dessus de l'ombrelle présente des sillons.

Alimentation

Comme toutes les Chlorophytes, les acétabulaires réalisent la photosynthèse, elles sont autotrophes *, c'est-à-dire qu'elles utilisent la lumière comme source d'énergie, pour synthétiser des sucres et se développer, à partir du CO2 dissous dans l'eau.

Reproduction - Multiplication

A la fin de l'été, les sacs remplis de gamètes* se détachent et les gamètes sont libérés dans l'eau. Alors la hampe disparaît également.
Les gamètes mâle et femelle se rencontrent dans l'eau, fusionnent et forment une nouvelle cellule qui doit tomber au fond de l'eau et se fixer dans une zone favorable pour pouvoir se développer et reformer une algue unicellulaire adulte.

Vie associée

A condition d'être patient, on peut trouver l'Elysie timide (Elysia timida, Mollusque Saccoglosse) qui se nourrit de l'acétabulaire durant le printemps et l'été.
Elle ne mesure que quelques millimètres de long et se confond parfaitement avec l'acétabulaire (même couleur).

Divers biologie

L'acétabulaire est visible sous sa forme « entière » (hampe + ombrelle) de la fin du printemps à la fin de l'été ; le reste du temps elle est quasiment invisible, car réduite à une seule cellule collée au substrat.

Informations complémentaires

Cette petite algue étant constituée d'une seule grande cellule, elle est un sujet d'étude privilégié par les généticiens.
Elle a notamment été utilisée par Hämmerling en 1953, pour montrer le lien entre le noyau et le cytoplasme * d'une cellule.
De façon plus précise, Hämmerling a réalisé des coupes et des greffes d'acétabulaires de différentes espèces, ce qui lui a permis de comprendre le rôle essentiel du noyau d'une cellule : il est responsable des caractéristiques de l'individu, et de l'espèce ; par exemple ici, la forme de l'ombrelle de l'acétabulaire.

Origine des noms

Origine du nom français

Acétabulaire est la francisation du nom scientifique Acetabularia.

Origine du nom scientifique

Acetabularia : du latin [acetabulum] qui signifie gobelet, donc « en forme de gobelet » en référence à sa forme de disque creux comme une assiette, ou un gobelet.
Acetabulum répétition du latin [acetabulum].

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chlorophyta Chlorophytes

Embranchement très vaste et hétérogène de plus de 7000 espèces d'algues vertes. Unicellulaires (flagellées ou non), coloniales, filamenteuses, thalles* siphonés* ou non. Benthiques* et fixées ou planctoniques*. Subaériennes, eaux douces, saumâtres et marines.

Classe Ulvophyceae Ulvophycées

Organismes multicellulaires. Zoïdes et spores possèdent généralement 2 et 4 flagelles respectivement. Cycle de reproduction variable. Habitat essentiellement marin et benthique.

Ordre Dasycladales Dasycladales Sécrètent du calcaire, 1 noyau isolé à la base de la cellule.
Famille Polyphysaceae Polyphysacées
Genre Acetabularia
Espèce acetabulum

Nos partenaires