Gobie de Roule

Gobius roulei | De Buen, 1928

N° 3345

Méditerranée, Atlantique proche (Portugal)

Clé d'identification

Petite gobie de 8 cm maximum
Coloration beige à brun clair avec des marbrures
5 taches brunes reliées par petits points marron sur les flans
Tête et nuque sans écailles
1e dorsale pointue et effilée chez le mâle comme chez la femelle

Noms

Noms communs internationaux
Roule's goby (GB), Ghiozzo di Roulei (I), Rule-Grundel (D)

Distribution géographique

Méditerranée, Atlantique proche (Portugal)

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

Cette espèce a souvent été confondue avec d'autres espèces et sa distribution est mal connue. En 2004, seulement 5 individus avaient été observés et identifiés. Ce gobie est présent en Méditerranée (Espagne, France, Croatie, Grèce, Chypre) ainsi que sur les côtes atlantiques au Portugal. Dans certaines régions, comme au nord de l’Adriatique, ce gobie est assez commun.

Biotope

Le gobie de Roule se rencontre sur le sable, de 3 à 20 m de profondeur en Méditerranée. Il a été également observé en Atlantique, au large du Portugal mais beaucoup plus profond, entre 320 et 385 m. Contrairement à Gobius niger, il évite les zones polluées. Il s’installe sous les coquilles de bivalves, les pierres plates ou d’autres objets.

Description

Gobius roulei est un petit gobie de 8 cm de longueur maximum. Le corps a une forme cylindrique. Sa coloration de base est beige à brun clair avec des marbrures alternant avec des selles grises sur le dos. La partie supérieure du corps et séparée de sa partie inférieure, sur les flancs, par 5 taches brunes reliées par une chaîne longitudinale de petits points marron. La partie inférieure du corps est presque blanche. La nuit sa livrée est plus foncée et contrastée.

La tête est large, avec 2 taches brunes (pas toujours visibles) sous les yeux. Les yeux sont vert bouteille, cerclés de jaune. Les narines antérieures ont la forme d'un petit tube triangulaire. Les lèvres sont épaisses. Les dents sont des canines, disposées en plusieurs rangées. Les joues sont criblées de nombreux pores. Les pores et les canaux muqueux situés sur la tête au niveau et autour des yeux, dessinent un schéma caractéristique et différent pour chaque espèce. L’étude de ces pores à la loupe binoculaire est le seul critère reconnu par les spécialistes pour l'identification. Le corps est recouvert d'écailles cténoïdes*, alors que la tête et la nuque sont nues (unique chez les gobies). La ligne latérale* est peu visible. Elle est constituée de 32 écailles sur le flanc gauche et 33 écailles sur le flanc droit.

Les nageoires sont transparentes, légèrement jaunâtres, voire iridescentes. La première nageoire dorsale débute à la hauteur des pectorales. Elle est constituée de 6 rayons épineux. Le 3e et surtout le 4e rayon sont beaucoup plus longs que les autres, ce qui donne un aspect pointu à cette nageoire, aussi bien chez les jeunes que les adultes. Elle est cependant plus longue et effilée chez les mâles. La deuxième nageoire dorsale comporte un rayon épineux et 12 rayons mous. Le premier rayon, et dans une moindre mesure le deuxième, de la 1re nageoire dorsale, ainsi que le premier rayon de la 2e dorsale sont de couleur brun foncé alternant avec des zones blanches.

Espèces ressemblantes

Gobius niger : seul le mâle a la première nageoire dorsale pointue et chez cette espèce il y a une tache noire sur cette première dorsale. G. roulei n'a pas de phase noire comme G. niger en période de reproduction.

Gobius geniporus : gobie de grande taille (jusqu'à 14 cm) de couleur beige à brun clair, avec une ligne de taches brunes plutôt rectangulaires le long des flancs et une tache sombre sous l’œil.

Gobius gasteveni : C'est une espèce plutôt atlantique, mais elle est quand même présente en Méditerranée occidentale. Sa livrée est claire ponctuée de brun et de rouge, avec 6 à 9 taches sombres allongées sur les flancs. Une ligne brune traverse l'œil.

Alimentation

Gobius roulei est carnivore. Il se nourrit de petites proies rencontrées sur le sable : petits poissons, bivalves, gastéropodes, vers polychètes, bernard l'ermite et autres petits crustacés.

Reproduction - Multiplication

Les sexes sont séparés. Il existe un dimorphisme* sexuel, le mâle ayant la première nageoire dorsale plus effilée et pointue. Le développement des gonades* apparaît dès la deuxième année. La période de ponte s'étend d'avril à août. Le nid est construit par le mâle dans le sable, sous des pierres. Il peut également être aménagé dans des coquilles vides de bivalves. La femelle y pond de 1 200 à 8 000 œufs, qui sont ensuite gardés par le mâle. La nageoire pointue des mâles leur permet de ventiler le nid.

Vie associée

Le gobie de Roule est une espèce solitaire. Lors d’une étude réalisée en Croatie, quelques spécimens ont été observés ensemble mais seulement à proximité de nourriture ou d’autres objets intéressants.

Divers biologie

Le gobie de Roule peut vivre jusqu'à 7 ans.

Informations complémentaires

En Adriatique où il peut être abondant sur certains sites, le gobie de Roule est facilement observable de jour. En France, il est principalement observé de nuit.

Origine des noms

Origine du nom français

Gobie de Roule est la traduction du nom scientifique.

Origine du nom scientifique

Gobius : du latin [gobius] = nom d’un petit poisson, le goujon.

roulei : en hommage à Louis Roule (1861-1942), naturaliste français qui publia de nombreux travaux sur les poissons ainsi que sur les ascidies.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Vertebrata Vertébrés Chordés possédant une colonne vertébrale et un crâne qui contient la partie antérieure du système nerveux.
Super classe Osteichthyes Ostéichthyens Vertébrés à squelette osseux.
Classe Actinopterygii Actinoptérygiens Ossification du crâne ou du squelette tout entier. Poissons épineux ou à nageoires rayonnées.
Sous-classe Neopterygii Teleostei Néoptérygiens Téléostéens Poissons à arêtes osseuses, présence d’un opercule, écailles minces et imbriquées.
Super ordre Acanthopterygii Acanthoptérygiens Rayons épineux aux nageoires, écailles cycloïdes ou cténoïdes, présence d'une vessie gazeuse et pelviennes thoraciques ou jugulaires, sans être systématiquement présents, sont des caractères que l'on ne rencontre que chez les Acanthoptérygiens.
Ordre Perciformes Perciformes Nageoires pelviennes très rapprochées des nageoires pectorales.
Sous-ordre Percoidei Percoïdes Une ou deux nageoires dorsales dont les éléments antérieurs sont des épines aiguës. Nageoires pelviennes avec une épine, rayons mous.
Famille Gobiidae Gobiidés
Genre Gobius
Espèce roulei

Nos partenaires