Ascidie blanche encroûtante

Trididemnum solidum | (Van Name, 1902)

N° 1810

Atlantique tropical ouest

Clé d'identification

Colonie encroûtante, d'aspect cireux, de 4 à 5 mm d’épaisseur
Couleur blanc sale tirant très légèrement sur le bleu
En forme de coulure de bougie aux bords arrondis
Orifices inhalants et exhalants réguliers

Noms

Autres noms communs français

Synascidie tapis

Noms communs internationaux

Overgrowing mat tunicate (GB), Sinascidia entapizante (E), Mattenseescheide (D)

Distribution géographique

Atlantique tropical ouest

Zones DORIS : Caraïbes

Elle est présente dans tout l’arc antillais de la Floride aux Bahamas jusqu’au Venezuela. Espèce commune, parfois très abondante dans certaines zones.

Biotope

Cette ascidie coloniale est un animal qui essaie de trouver sa place un peu partout, entre 3 et 35 m, colonisant les madréporaires et éponges. Elle a été observée dès 6 m sur une corde de bouée fixe d’amarrage.

Description

Colonie encroûtante et dure, de 4 à 5 mm d’épaisseur, très envahissante.
Pas de forme définie, la colonie prend la forme de son support. Elle fait parfois penser à des coulures de bougie, les bords de la colonie sont arrondis.
La couleur la plus courante est très claire : blanc sale tirant très légèrement sur le bleu. Les variantes peuvent aller du gris brunâtre au vert.

Les individus, dont les minuscules siphons inhalants ne sont visibles qu’à la loupe, sont noyés dans une masse qui a l’aspect et la consistance du cuir. Les trous inhalants et exhalants sont réguliers. Seuls les orifices exhalants sont visibles à l’œil nu.

Elle peut être facilement confondue avec une éponge encroûtante, une observation attentive à la loupe permettra d’observer l’infime contraction des orifices au toucher.

Espèces ressemblantes

Parmi les autres didemnidés de la même région, on peut citer :

  • Didemnum vanderhorsti, l'ascidie encroûtante noire. Elle possède des siphons inhalants bien visibles et sa couleur est noire.
  • Trididemnum cyanophorum l'ascidie à cyanobactéries, marron-rose à orifices marginés de blanc ;
  • Trididemnum orbiculatum l'ascidie marbré, à l'aspect de petites boursouflures tachetées de brun.

Toutes ces espèces sont facilement distinguées de l'ascidie blanche par leur simple coloration.

Alimentation

Comme toutes les synascidies, c’est une colonie d’animaux filtreurs. Etant donnée la taille des orifices inhalants, seules les microparticules sont ingérées, en particulier l'ascidie blanche est un filtreur très efficace de bactéries.

Les tissus contiennent également des cyanobactéries, qui vivent en symbiose et participent à la croissance de la colonie.

Reproduction - Multiplication

Les individus reproducteurs de la colonie incubent leurs larves dans des "poches" à l'extérieur des zoïdes.
Les larves sont ensuite relâchées vers le milieu de la journée, toute l’année avec un maximum entre juin et décembre. Ces larves nagent pendant une très courte période (quelques minutes à quelques heures) puis s'installent, de préférence là où d'autres larves sont déjà fixées, jamais sur du corail vivant.

Vie associée

Les colonies sont toujours "propres", aucune épibiose* n’a été observée.
Dès le stade larvaire ("têtards"), ces ascidies sont capables de synthétiser des substances répulsives pour leurs prédateurs : poissons, actiniaires. Ces substances, jointes à la rapidité de croissance des colonies, protègent l'ascidie des épibiontes.

Au contraire, c'est plutôt l'ascidie blanche qui a tendance à envahir ses voisins : éponges, coraux, macro-algues. Une augmentation significative du nombre et de la taille des colonies a été observée dans les zones où les récifs coralliens sont détériorés, au point qu'elle est parfois considérée comme envahissante (à Bonaire, l'extraction manuelle a même été envisagée comme moyen de contrôle de cette prolifération).

Une association avec des Cyanophycées (Prochloron) a été signalée pour cette espèce, comme pour l'ascidie à cyanobactéries Trididemnum cyanophorum.

Divers biologie

En plus de leur aspect de "coulure de chandelle", ces colonies d'ascidies sont capables de se déplacer réellement sur leur substrat, pas exactement en rampant, mais par croissance locale suivie de régression des différentes parties de la colonie. La même colonie, vue à quelques semaines ou mois d'intervalle, va ainsi occuper une situation différente sur son substrat selon la phase d'invasion ou de recul observée.

Origine des noms

Origine du nom français

Ascidie blanche encroûtante, pour la distinguer de l'ascidie noire encroûtante.

Origine du nom scientifique

Trididemnum : probablement dérivé du grec [tri-] = trois fois, à cause des trois rangées de stigmates* (perforations dans le sac branchial) qui sont une caractéristique du genre ;
didemnum : [di-] = deux et [demnion] = matelas, lit, ici dans le sens de "logette". En effet, dans le premier de ses "Mémoires sur les animaux sans Vertèbres", Savigny, le créateur de ce nom, décrit ainsi le genre Didemnum : "Polype occupant deux loges, abdomen pédiculé", par opposition au genre Aplidium "Polype occupant une seule loge, abdomen et ovaire sessiles".

solidum (latin), signifie dense, compact.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Urochordata / Tunicata Urochordés / Tuniciers Chordés marins fixés (ascidies) ou pélagiques (thaliacés), solitaires ou coloniaux. Epaisse tunique cellulosique. Deux siphons, pharynx bien développé, la chorde larvaire régresse chez l'adulte (sauf chez les Appendiculaires).
Classe Ascidiacea Ascidies / Ascidiacés Tuniciers fixés. Solitaires ou coloniaux (seuls capables de bourgeonnement). Chorde uniquement au stade larvaire. Siphon inhalant au sommet, proche du siphon exhalant latéral. Souvent en eau peu profonde.
Ordre Aplousobranchia Aplousobranches Ascidies coloniales.
Famille Didemnidae Didemnidés Aplousobranches avec thorax et abdomen. Zoïdes très petits et courts formant de fines colonies encroûtantes. Incrustations calcaires étoilées. (Ce n'est pas le cas du genre Diplosoma).
Genre Trididemnum
Espèce solidum

Nos partenaires