Ascidie de Blochmann

Synoicum blochmanni | (Heiden, 1894)

N° 2796

Méditerranée et Atlantique Nord-Est limitrophe

Clé d'identification

Ascidie coloniale érigée de couleur rouge foncé vif
Colonie formée de 1 à 20 petits lobes charnus
Courts pédoncules trapus sous chaque lobe
5 à 16 zoïdes organisés en cercle autour d'un siphon cloacal commun
Taille des lobes : 2,5 cm de haut sur 1,5 cm de large, taille des colonies : ≤ 10 cm

Noms

Autres noms communs français

Synascidie de Blochmann

Noms communs internationaux

Blochmann's ascidian (GB), Ascidia di Blochmann (I), Ascidia de Blochmann (E), Blochmann-Ascidie (D)

Autres noms scientifiques parfois utilisés, mais non valides

Amaroecium blochmanni Heiden, 1894

Distribution géographique

Méditerranée et Atlantique Nord-Est limitrophe

Zones DORIS : Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord

L'ascidie de Bochmann a été originellement décrite à Minorque aux îles Baléares, elle semble commune à Ibiza et Formentera. Peu commune mais régulièrement observée en Catalogne, elle devient rare à très rare dans le reste de sa zone de distribution qui comprend l'ouest de la Méditerranée, le détroit de Gibraltar et l'Atlantique Nord-Est limitrophe (Galice et îles Canaries). Il ne s'agit donc plus vraiment d'un espèce endémique* de Méditerranée comme indiqué initialement.

Biotope

Synoicum blochmanni vit dans des zones parcourues par des courants modérés, plutôt ombragées et de préférence sur des fonds rocheux ou coralligènes*. Elle s'implante aussi bien sur des surfaces horizontales que verticales. Elle s'observe également sur des fonds détritiques*, de gravier, et à la base des herbiers de posidonies.
L'ascidie de Blochmann supporte les milieux pauvres ainsi qu'un certain envasement. On rencontre généralement cette espèce du bas de l'infralittoral* à partir de 10/15 mètres de profondeur, jusqu'aux premiers niveaux circalittoraux* (observations validées dans la zone des 70 m).

Description

L'ascidie coloniale érigée Synoicum blochmanni se caractérise par sa couleur rouge foncé et son organisation en petits lobes capités* et pédonculés*. Les lobes, au nombre de 1 à 20, sont globuleux, parfois digiformes et souvent très serrés. Chaque lobe mesure approximativement 2,5 cm de haut pour 1,5 cm de diamètre. Ils sont reliés à une base commune par des pédoncules courts, lisses et trapus pouvant se ramifier secondairement. Ces pédoncules sont souvent masqués par les lobes serrés entre eux. Chaque colonie ne dépasse guère 10 cm de diamètre ni 3 à 5 cm de hauteur. La consistance des lobes est charnue, relativement dure.
L'ensemble de la colonie évoque un bouquet de grosses framboises.
Les zoïdes* s'organisent en petits groupes de 5 à 16 individus autour d'un gros siphon* exhalant* commun. Les zoïdes sont regroupés sur la partie supérieure des lobes formant une tête arrondie (capités). Lorsque les zoïdes sont en phases de filtration, la tête arrondie des lobes présente une surface légèrement rugueuse due aux siphons inhalants et exhalants tubulaires. La coloration est alors rouge foncé et mate. A contrario, lorsque la colonie se rétracte, la tunique commune devient lisse et brillante.

(Voir "Divers biologie" pour la description microscopique)

Espèces ressemblantes

Son aspect de "grosses framboises rouge intense" est assez caractéristique pour ne pas la confondre avec une autre espèce de sa zone géographique.

Alimentation

Ces animaux sont des filtreurs* microphages*. Pour se nourrir et pour respirer, les ascidies créent un courant d'eau entrant par les orifices inhalants de chaque zoïde* individuel. Ce courant d'eau est ensuite rejeté après filtration par les siphons* exhalants*. Ceux-ci sont communs à chaque petit système composé de 6 à 16 zoïdes. Ce courant est généré grâce à l'action des cils du pharynx* de chaque individu. Il permet la capture d'organismes suspensivores* et permet aussi les échanges gazeux en retenant l'oxygène dissous dans l'eau.

Reproduction - Multiplication

La reproduction des ascidies coloniales présente une alternance de cycles sexués et asexués. Les ascidies sont hermaphrodites*, la fécondation est interne et le développement indirect. Celle du genre Synoicum est mal connue.

- Reproduction sexuée : les gonades* se trouvent dans le post abdomen*, la présence d'un oviducte* et d'un spermiducte* suggère une fécondation externe, mais nous n'en avons pas trouvé la confirmation. Après une vie pélagique*, les larves* se fixent au substrat*. A partir de là, commence la métamorphose* qui donnera un individu adulte.
- Reproduction asexuée : formation de la colonie par bourgeonnement à partir de l'individu souche et réunion de plusieurs petites colonies sœurs pour former des masses ovoïdes pédonculées.

Divers biologie

Description microscopique :

Les zoïdes* filiformes, très allongés, perpendiculaires à la surface de la tunique*, plongent profondément dans la masse pulpeuse commune. Ils mesurent jusqu'à 12 mm de long.
Le zoïde se divise en 3 parties : thorax (siphons, branchie et cloaque), abdomen (estomac en "U" vrillé) et post-abdomen (ovaires et testicules). Le post abdomen mesure de 2 à 5 fois la taille du thorax.
Le sac branchial possède de nombreuses rangées de stigmates* (ou trémas*), de 17 à 21 suivant la taille de la colonie.
Le siphon buccal possède 6 lobes, le cloacal se termine par une languette trilobée ou non qui débouche sur un cloaque commun. Les 12 tentacules buccaux s'organisent en 2 couronnes.
L'estomac des plus grands zoïdes est véritablement aréolé*, c'est-à-dire qu'il présente un grand nombre de diverticules arrondis irrégulièrement disposés. On parle d'un aspect de mûre caractéristique pour l'estomac de cette espèce.
Deux longues rangées d'ovaires et de follicules mâles plus petits occupent la première partie du post-abdomen.

Informations complémentaires

Des travaux ont mis en évidence la présence de composés chimiques intéressants présents dans cette ascidie, les rubrolides. En effet, ces composés auraient des propriétés antibactériennes, anti-inflammatoires, voire anticancéreuses.
Un de ces métabolites produit par l'ascidie de Bochmann a trouvé une application médicale sous forme d'une molécule antibiotique.

Origine des noms

Origine du nom français

Ascidie de Blochmann traduit en partie le nom scientifique.

Origine du nom scientifique

Synoicum : du grec [syn] = ensemble, serré et [oikos] = maison (ici, logette).

blochmanni : en hommage au biologiste allemand (études des brachiopodes) Friedrich Blochmann (1858-1931) de Rostock.

Classification

Termes scientifiques Termes en français Descriptif
Embranchement Chordata Chordés Animaux à l’organisation complexe définie par 3 caractères originaux : tube nerveux dorsal, chorde dorsale, et tube digestif ventral. Il existe 3 grands groupes de Chordés : les Tuniciers, les Céphalocordés et les Vertébrés.
Sous-embranchement Urochordata / Tunicata Urochordés / Tuniciers Chordés marins fixés (ascidies) ou pélagiques (thaliacés), solitaires ou coloniaux. Epaisse tunique cellulosique. Deux siphons, pharynx bien développé, la chorde larvaire régresse chez l'adulte (sauf chez les Appendiculaires).
Classe Ascidiacea Ascidies / Ascidiacés Tuniciers fixés. Solitaires ou coloniaux (seuls capables de bourgeonnement). Chorde uniquement au stade larvaire. Siphon inhalant au sommet, proche du siphon exhalant latéral. Souvent en eau peu profonde.
Ordre Aplousobranchia Aplousobranches Ascidies coloniales.
Famille Polyclinidae Polyclinidés Aplousobranches avec thorax, abdomen et post abdomen (où se trouvent les gonades et le cœur). Tunique sans incrustation calcaire.
Genre Synoicum
Espèce blochmanni

Nos partenaires